Manuel Valls mise sur Aziz Akhannouch

5 septembre 2021 - 15h40 - Ecrit par : A.S

L’ancien Premier ministre français, Manuel Valls a fait part de son souhait de voir le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, candidat aux élections du 8 septembre, devenir le prochain chef du gouvernement marocain.

Aux yeux du dirigeant franco-espagnol, Aziz Akhannouch est un candidat privilégié pour le poste de Premier ministre. Dans une tribune publiée par Le Journal Du Dimanche, il met en avant les points forts du patron du Rassemblement National des Indépendants (RNI). Il évoque la victoire de son parti aux dernières élections des chambres professionnelles. Le RNI a obtenu 638 sièges sur les 2 230 qui étaient à pourvoir, soit 28.61 %.

À lire : Aziz Akhannouch se voit maire d’Agadir et Chef de gouvernement

Il vante aussi les mérites d’Aziz Akhannouch : « Ministre de l’Agriculture depuis octobre 2007, il a mis en œuvre le plan « Maroc Vert » lancé en 2008 par Mohammed VI. Faisant de l’agriculture une priorité nationale, ce plan affiche de véritables succès avec notamment une augmentation nette du PIB agricole (de 65 milliards en 2008 à 125 milliards de dirhams en 2018), une forte hausse des exportations agricoles (2,4 fois) et 2 milliards de m³ d’eau d’irrigation économisés et valorisés annuellement — ce qui se retrouve dans la croissance du PIB qui est passée de 7 % (1998-2008) à 17 % (2008-2018)  ».

À lire : Elections au Maroc : le RNI In, le PJD Out

Ces réussites, fait-il remarquer, ont poussé le souverain à lui confier également en février 2020 la stratégie de développement agricole du royaume jusqu’en 2030 avec le plan « Generation Green », un nouveau programme clé pour l’avenir du pays. « Les enjeux sont d’importance, car le Maroc, qui a subi de plein fouet la crise du Covid, malgré une bonne gestion sanitaire, vient de lancer un grand chantier de réformes économiques et sociales, avec l’ambition de devenir un pays émergent d’ici à 2030. Parmi les priorités fixées figurent l’éducation, la santé, la réduction des inégalités ou la lutte contre l’économie de rente. »

En tout, 18 millions d’électeurs marocains sont appelés au vote le 8 septembre. « Le jeu politique marocain peut relever de nombreuses surprises. Les partis traditionnels (le PJD, le PAM ou le parti de l’Istiqlal) sont loin d’avoir dit leur dernier mot. Et dans toutes les hypothèses, le mode de scrutin à la proportionnelle implique un gouvernement de coalition. Mais nous aurions (Europe, NDLR) tout à gagner que le gouvernement du Maroc soit dirigé par un stratège, un entrepreneur moderne, avec une véritable vision économique et sociale, capable de relever les défis du Maroc », conclut Manuel Valls.

Tags : France - Elections - Aziz Akhannouch - Manuel Valls - Conseil de gouvernement

Aller plus loin

Elections au Maroc : le RNI In, le PJD Out

À l’issue des élections des Chambres professionnelles, qui se sont déroulées vendredi, sur l’ensemble du territoire national, le Rassemblement national des indépendants (RNI) est...

Aziz Akhannouch se voit maire d’Agadir et Chef de gouvernement

Le président du Rassemblement national des indépendants (RNI), Aziz Akhannouch dit être en mesure de cumuler les fonctions de maire d’Agadir et de président du gouvernement si son...

Maroc : Aziz Akhannouch est le nouveau chef du gouvernement

Le roi Mohammed VI a reçu en audience ce vendredi 10 septembre 2021 au Palais royal de Fès, Aziz Akhannouch, président du Rassemblement national des indépendants (RNI), venu en...

Nous vous recommandons

La ligue arabe adopte la carte du Maroc intégrant le Sahara

Après les États-Unis et plusieurs autres pays ou institutions, c’est au tour de la Ligue arabe d’adopter la carte du Maroc intégrant le Sahara. Dans une note adressée à ses organes et organisations, elle a recommandé son adoption dans tous les...

L’ONSSA réagit au scandale des « vers dans le tagine »

Le scandale du tajine d’Azilal a remis sur le tapis la question de l’hygiène dans les restaurants au Maroc. L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a tenu à apporter quelques précisions sur cette affaire de vers trouvés dans...

Transféré vers le Maroc, un détenu de Guantanamo visé par une enquête

Les États-Unis ont transféré Abdellatif Nasser, un détenu marocain de la base du Guantanamo vers le Maroc. De son côté, la justice marocaine a décidé d’ouvrir « une enquête avec l’intéressé pour son implication présumée dans la perpétration d’actes terroristes...

Un Marocain atteint d’un cancer expulsé de son domicile à Séville

Le tribunal de première instance de Séville a ordonné vendredi l’expulsion d’un Marocain atteint d’un cancer, après avoir rejeté la demande de son avocat de suspendre la procédure d’expulsion pour raison...

Des Colombiens en prison au Maroc affirment être « battus et torturés »

Harold Barona, un Colombien originaire de la municipalité de Puerto Escondido, et ses compatriotes Nelson et Jair, ont été arrêtés par la police marocaine à leur arrivée à Rabat. Depuis, ils sont maintenus en détention et «  maltraités sans raison  »,...

Maroc : le pass vaccinal sera-t-il obligatoire ?

Les autorités sanitaires envisagent de faire du pass vaccinal une condition pour prendre part à la vie publique et pour accéder à certains endroits. Les Marocains sont divisés sur la question.

Prolifération de malades mentaux à Marrakech

Bon nombre de malades mentaux errent dans les rues de Marrakech. Un véritable casse-tête aussi bien pour les autorités locales que pour les commerçants.

Première médicale au Maroc

C’est une première au Maroc. Les médecins ont réussi une allogreffe haploidentique chez un patient atteint de déficit immunitaire.

Le dirham baisse un peu face à l’euro

Le dirham s’est apprécié de 0,15 % face au dollar américain et s’est déprécié de 0,11 % vis-à-vis de l’euro, au cours de la période allant du 19 au 25 août 2021. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib...

La Mauritanie, médiatrice dans la crise Maroc-Algérie

Le ministre mauritanien des Affaires étrangères, Ismail Ould Cheikh Ahmed, a assuré que son pays « travaille sereinement » pour apaiser les tensions entre l’Algérie et le Maroc après la rupture des relations diplomatiques entre les deux...