La justice rattrape Mohamed Karimine, ancien maire de Bouznika

12 mai 2023 - 16h55 - Maroc - Ecrit par : S.A

Mohamed Karimine, président de la commune de Bouznika, destitué, après les accusations de mauvaise gestion, a reçu une convocation du juge d’instruction.

Suite à une convocation qu’il a reçue de la part du juge d’instruction, Mohamed Karimine devrait entendu dans l’affaire des dysfonctionnements relevés dans le secteur de l’urbanisme de la commune qu’il présidait, rapporte le quotidien arabophone Al Akhbar. Quatre autres individus dont un de ses adjoints et des fonctionnaires du service de l’urbanisme à Bouznika devraient, eux aussi, comparaître dans cette même affaire. Ces comparutions programmées font suite à une perquisition par les éléments de la gendarmerie royale du siège de la commune.

À lire : Bouznika : enquête sur une spoliation foncière impliquant des élus

Ceux-ci mènent des investigations sur des accusations de dysfonctionnements révélés par la plainte d’un ancien responsable de la commission d’urbanisme portant sur des soupçons de falsification de documents officiels, notamment ceux relatifs à des projets immobiliers dans la ville de Bouznika et le rapport d’une expertise technique effectuée pour prouver l’existence de dysfonctionnements au sein de cette commune. Ils ont ainsi consulté plusieurs documents des services techniques de la commune et effectué le contrôle de certains documents liés à des projets de construction.

À lire : Maroc : un ancien président de région soupçonné de corruption

Mohamed Karimine est accusé de plusieurs dysfonctionnements notamment la délivrance de deux autorisations de construire datées du même jour accordées à un même projet immobilier et sur des plans architecturaux différents, l’obtention par le porteur d’un projet de lotissement d’une autorisation basée sur des plans autres que ceux approuvés par la commission d’urbanisme de la commune, l’absence de mise en œuvre du plan d’actions prévu par la loi, l’absence de décisions et de mesures à même d’améliorer la qualité des services rendus par la commune, ou encore l’amélioration du rendement de la commune dans plusieurs domaines, dont celui de l’urbanisme. Sans oublier des dysfonctionnements liés à la gouvernance de la commune. L’élu destitué est visé par plusieurs plaintes déposées par des conseillers communaux appartenant à l’opposition mais aussi à la majorité.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Bouznika

Aller plus loin

Maroc : un ancien président de région soupçonné de corruption

Un ancien président de région serait impliqué dans une affaire de corruption liée à la réalisation des programmes de mise à niveau urbains dans plusieurs villes.

Maroc : convoqué par la police, un député prétexte être atteint du Covid

Impliqué dans une affaire de falsification, de faux et usage de faux, le député élu sous la bannière de l’Union Constitutionnelle, Sghir Babour, a prétexté être malade du...

Bouznika : enquête sur une spoliation foncière impliquant des élus

Sur instructions du Procureur général près la Cour d’appel de Casablanca, la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) mène une enquête sur un lotissement anarchique...

Maroc : un maire condamné pour falsification et escroquerie

Le président de la commune de Loudaya, dans la région de Marrakech, et six autres personnes ont été condamnés à des peines de prison ferme et à des amendes pour avoir falsifié...

Ces articles devraient vous intéresser :

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.