Amnesty International appelle à la libération du militant marocain Rida Benotmane

22 septembre 2022 - 12h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

Incarcéré pour avoir critiqué sur YouTube et Facebook les autorités marocaines, le militant des droits humains Rida Benotmane est soutenu par Amnesty International qui appelle à sa libération immédiate et à l’abandon de toutes les charges qui pèsent contre lui.

Rida Benotmane s’est illustré par la publication sur les réseaux sociaux, d’un certain nombre de messages incendiaires comme celui posté sur Facebook en 2021, appelant à une marche publique contre les atteintes aux droits humains commises par les forces de sécurité. Sur Youtube, il a publié également deux vidéos dans lesquelles il a dénoncé l’injustice sociale et l’utilisation du pass vaccinal comme outil de répression.

À lire : Un Tiktoker arrêté pour offense au roi Mohammed VI

Arrêté le 9 septembre, Rida Benotmane a été inculpé le lendemain pour « outrage à un organisme réglementé par la loi », « outrage à des fonctionnaires publics dans l’exercice de leurs fonctions » et de « diffusion et distribution de fausses allégations sans accord », aux termes des articles 265, 263, 266 et 447-2 du Code pénal, respectivement. Il est également accusé d’avoir enfreint le décret relatif à l’état d’urgence sanitaire.

À lire : Le nouvel appel d’Amnesty International au Maroc

À la veille de l’audience qui se tiendra ce jeudi 22 septembre au tribunal de Rabat, Amna Guellali, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Amnesty International, estime que « le seul crime qu’ait commis Rida Benotmane a été d’exprimer des griefs légitimes contre les autorités dans quelques publications et vidéos sur les réseaux sociaux ». Pour elle, c’est encore une manœuvre pour « faire taire les voix critiques » au Maroc.

À lire : Appel à la libération « immédiate » de la militante marocaine Saida El-Alami

Membre de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) et militant politique, Rida Benotmane a déjà été incarcéré pendant quatre ans dans le passé. Actuellement, il observe une grève de la faim pour protester contre sa détention. Il n’est pas le seul militant des droits de l’homme incarcéré en 2022 au Maroc. Il y a Saida el Alami, condamnée en avril dernier à deux ans de prison pour avoir publié des messages sur les mauvais traitements infligés par la police aux journalistes et autres voix dissidentes. Il y a aussi le blogueur Rabie al Ablaq, condamné en avril à quatre ans de prison pour offense au roi par le biais de deux vidéos postées sur les réseaux sociaux.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Rabat - Association Marocaine des Droits Humains (AMDH) - Prison - Amnesty international (AI) - Facebook - Youtube

Aller plus loin

Poursuivi pour avoir insulté le roi Mohammed VI

Le procès du youtubeur Mohamed Sekaki, plus connu sous le nom de "Moul Kaskita", a commencé mardi 24 décembre dernier au tribunal de première instance de Settat, en présence de...

Un Tiktoker arrêté pour offense au roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont arrêté à Tétouan, Mohamed Malali, un célèbre influenceur et Tiktoker, pour avoir proféré des insultes contre le royaume et ses symboles dans l’une...

La justice réduit la peine de Rida Benotmane, il fait appel

Le militant des droits de l’homme, Rida Benotmane, a vu sa peine de prison réduite de trois ans à un an et demi par la justice marocaine. Il avait été condamné pour avoir publié...

Appel à la libération « immédiate » de la militante marocaine Saida El-Alami

Le procès en appel de la militante marocaine Saida El-Alami, condamnée en première instance en avril à deux ans de prison ferme pour « outrage envers un corps constitué », a été...

Ces articles devraient vous intéresser :

Achraf Hakimi fait des promesses aux Marocains

À quelques heures du départ de la sélection nationale du Qatar, l’international marocain Achraf Hakimi s’est adressé aux supporters marocains dont le soutien a été déterminant tout au long de la compétition.

Les excuses de Meryame Kitir à ceux qu’elle aurait pu « blesser involontairement »

Après deux mois de silence, Meryame Kitir, ancienne ministre belge de la Coopération, s’est adressée dimanche à ses collègues et autres avec lesquels elle a collaboré durant son mandat au sein du gouvernement belge.

Saad Lamjarred sanctionné par Youtube ?

Le chanteur marocain Saad Lamjarred explique les raisons qui seraient derrière la baisse inquiétante du nombre de vues de ses chansons sur la plateforme YouTube.

Cheikh Mohammed Al Fizazi critique vivement la série de Mohamed Bassou

Le président de l’Association marocaine de la Paix et de la Transmission, Cheikh Mohammed Al Fizazi, a critiqué le comédien Mohammed Bassou pour sa série « Si Al Kala » diffusée sur sa page YouTube pendant ce mois de Ramadan, estimant qu’il ne fait que...

Maroc : Une vague de racisme contre les mariages mixtes ?

Des activistes marocains se sont insurgés ces derniers jours sur les réseaux sociaux contre le fait que de plus en plus de femmes marocaines se marient avec des personnes originaires des pays d’Afrique subsaharienne. Les défenseurs des droits humains...

Le prince Moulay Hassan, star des réseaux sociaux

Le prince héritier Moulay Hassan, 21 ans, est suivi par des milliers d’abonnés sur les différents comptes qui lui sont dédiés sur Instagram, Facebook et TikTok.

Maroc : le terrible bilan des suicides

Les cas de suicide augmentent au Maroc. Plus d’un millier de Marocains se sont donné la mort l’année dernière, selon l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) qui alerte sur un phénomène inquiétant.

Salma Rachid sous le feu des critiques

Salma Rachid est la cible d’attaques sur les réseaux sociaux. De nombreux internautes fustigent l’arrogance de la chanteuse de la pop marocaine.

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.