Amnesty International appelle à la libération du militant marocain Rida Benotmane

22 septembre 2022 - 12h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

Incarcéré pour avoir critiqué sur YouTube et Facebook les autorités marocaines, le militant des droits humains Rida Benotmane est soutenu par Amnesty International qui appelle à sa libération immédiate et à l’abandon de toutes les charges qui pèsent contre lui.

Rida Benotmane s’est illustré par la publication sur les réseaux sociaux, d’un certain nombre de messages incendiaires comme celui posté sur Facebook en 2021, appelant à une marche publique contre les atteintes aux droits humains commises par les forces de sécurité. Sur Youtube, il a publié également deux vidéos dans lesquelles il a dénoncé l’injustice sociale et l’utilisation du pass vaccinal comme outil de répression.

À lire : Un Tiktoker arrêté pour offense au roi Mohammed VI

Arrêté le 9 septembre, Rida Benotmane a été inculpé le lendemain pour « outrage à un organisme réglementé par la loi », « outrage à des fonctionnaires publics dans l’exercice de leurs fonctions » et de « diffusion et distribution de fausses allégations sans accord », aux termes des articles 265, 263, 266 et 447-2 du Code pénal, respectivement. Il est également accusé d’avoir enfreint le décret relatif à l’état d’urgence sanitaire.

À lire : Le nouvel appel d’Amnesty International au Maroc

À la veille de l’audience qui se tiendra ce jeudi 22 septembre au tribunal de Rabat, Amna Guellali, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Amnesty International, estime que « le seul crime qu’ait commis Rida Benotmane a été d’exprimer des griefs légitimes contre les autorités dans quelques publications et vidéos sur les réseaux sociaux ». Pour elle, c’est encore une manœuvre pour « faire taire les voix critiques » au Maroc.

À lire : Appel à la libération « immédiate » de la militante marocaine Saida El-Alami

Membre de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) et militant politique, Rida Benotmane a déjà été incarcéré pendant quatre ans dans le passé. Actuellement, il observe une grève de la faim pour protester contre sa détention. Il n’est pas le seul militant des droits de l’homme incarcéré en 2022 au Maroc. Il y a Saida el Alami, condamnée en avril dernier à deux ans de prison pour avoir publié des messages sur les mauvais traitements infligés par la police aux journalistes et autres voix dissidentes. Il y a aussi le blogueur Rabie al Ablaq, condamné en avril à quatre ans de prison pour offense au roi par le biais de deux vidéos postées sur les réseaux sociaux.

Sujets associés : Rabat - Association Marocaine des Droits Humains (AMDH) - Prison - Amnesty international (AI) - Facebook - Youtube

Aller plus loin

Maroc : la militante Saida Al-Alami écope de deux ans de prison ferme

La militante marocaine des droits de l’Homme, Saida Al-Alami a été condamnée, vendredi, à deux ans de prison pour « outrage envers un corps constitué ».

Poursuivi pour avoir insulté le roi Mohammed VI

Le procès du youtubeur Mohamed Sekaki, plus connu sous le nom de "Moul Kaskita", a commencé mardi 24 décembre dernier au tribunal de première instance de Settat, en présence de...

Le nouvel appel d’Amnesty International au Maroc

Amnesty International appelle le Maroc à cesser de poursuivre en justice des défenseur·e·s des droits humains en raison de publications sur les réseaux sociaux.

Appel à la libération « immédiate » de la militante marocaine Saida El-Alami

Le procès en appel de la militante marocaine Saida El-Alami, condamnée en première instance en avril à deux ans de prison ferme pour « outrage envers un corps constitué », a été...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.

Les excuses de Meryame Kitir à ceux qu’elle aurait pu « blesser involontairement »

Après deux mois de silence, Meryame Kitir, ancienne ministre belge de la Coopération, s’est adressée dimanche à ses collègues et autres avec lesquels elle a collaboré durant son mandat au sein du gouvernement belge.

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts.

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Achraf Hakimi fait des promesses aux Marocains

À quelques heures du départ de la sélection nationale du Qatar, l’international marocain Achraf Hakimi s’est adressé aux supporters marocains dont le soutien a été déterminant tout au long de la compétition.

L’Union Européenne brise le tabou des droits humains au Maroc

Le Parlement Européen tiendra la semaine prochaine une séance plénière pour discuter des droits humains au Maroc, une première en 25 ans. Cette décision a été prise suite au scandale de corruption « MoroccoGate » qui a touché l’institution européenne,...

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.

La police marocaine et Facebook lancent « Alerte-enlèvement »

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) met en place actuellement un nouveau système de protection de la sécurité des citoyens, des résidents et des étrangers. Il s’agit d’un programme innovant et intégré d’alerte et de recherche des...

Haine envers les Marocains : prison ferme prononcée par la justice

Le parquet de Valence spécialisé dans les délits de haine a requis trois ans de détention contre un homme accusé de diffusion d’informations mensongères sur les réseaux sociaux ciblant les musulmans, notamment Marocains.