Maroc : le séisme a réveillé des sources endormies

9 octobre 2023 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Des sources d’eau pure sont apparues dans la région de Marrakech après le séisme dévastateur qui a frappé la province d’Al Haouz et fait près de 3 000 morts.

Depuis un mois, un torrent d’eau claire traverse la route reliant Taroudant à Marrakech, à environ 1 500 mètres d’altitude. « D’habitude, pour avoir autant d’eau, il faut qu’il pleuve beaucoup. Mais ce débit-là, c’est grâce au séisme qu’il est apparu. Tout cela est dans les mains d’Allah », explique à France Info Mohammed Mbarek, propriétaire d’une petite épicerie située près de la source.

Le séisme du 8 septembre est bien à l’origine de l’apparition de ce phénomène géologique, assure le professeur Hassan Ibouh, enseignant en géologie structurelle à l’université de Marrakech. « L’eau qui est sortie existait déjà dans la montagne. Elle est emmagasinée dans des roches poreuses. Les fissures, les fractures, les déchirures de roches sont un espace où elle va se stocker. Et le séisme a libéré cette eau à la surface topographique », détaille-t-il.

À lire : Le Maroc face au défi de l’eau et de l’hygiène après le séisme

Depuis un mois, ces sources d’eau pure se jettent en continu dans la vallée du col de Tizi N’Test. Mais les habitants de cette zone montagneuse habituée aux sécheresses ne pourront malheureusement pas exploiter ces sources d’eau en raison des nombreux dégâts matériels provoqués par le séisme, regrette pour sa part Driss Bouzid, chef du douar d’Ighil Targ. L’heure est à la reconstruction des terrasses agricoles et à la réadaptation des circuits d’irrigation d’eau au nouveau débit.

En même temps que le séisme a entraîné l’apparition de nouvelles sources d’eau, il en a fermé d’autres, une situation qui « va probablement changer la vie des gens », fait savoir le professeur Hassan Ibouh. « Si la source qui est à côté des terres des riches est perdue, elles seront difficiles à travailler et abandonnées petit à petit. Mais si un pauvre avait des terrains qui n’avaient pas d’eau et qu’aujourd’hui une source en sort, c’est une chance pour lui. Ça va changer son contexte économique ». L’avenir de ces sources dépend des précipitations à venir cet hiver.

Sujets associés : Marrakech - Eau - Séisme - Tremblement de terre du 8 septembre au Maroc

Aller plus loin

Séisme au Maroc : le sol s’élève de 20 centimètres selon des chercheurs

Selon des chercheurs japonais, s’appuyant sur des données satellitaires, le sol marocain s’est élevé de 20 centimètres près de l’épicentre du séisme qui a secoué le royaume...

Maroc : ces sources miraculeuses nées après le séisme

Malgré le lourd bilan, le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre au Maroc a eu des retombées positives.

Apparition de cascades après le séisme : toujours une énigme au Maroc

Les Marocains continuent de chercher une explication à l’apparition de sources d’eau claire et de cascades dans les zones arides après le séisme dévastateur qui a frappé la...

Le Maroc face au défi de l’eau et de l’hygiène après le séisme

L’eau et l’hygiène dans les campements, où vivent désormais sous des tentes les sinistrés du séisme dévastateur du 8 septembre au Maroc, constituent un enjeu majeur pour les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le séisme réveille des sources d’eau asséchées depuis 20 ans

Le tremblement de terre du 8 septembre au Maroc n’a pas été que dévastateur. Il a ravivé des sources d’eau totalement asséchées depuis 20 ans, mais aussi augmenter le débit des anciennes dans les montagnes d’Al Haouz.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Sécheresse au Maroc : appel à arrêter la culture de l’avocat et de la pastèque

En cette période de sécheresse sévère et de risque de stress hydrique au Maroc, le mouvement Maroc environnement 2050 demande « l’arrêt immédiat » de la culture de certains fruits comme l’avocat et la pastèque qui assèchent les nappes phréatiques.

Ayoub, 16 ans : l’impossible deuil après le séisme au Maroc

Ayoub, 16 ans, est l’un des survivants du puissant et dévastateur séisme qui a touché une partie du Maroc dans la nuit du 8 septembre. Il a perdu cinq membres de sa famille dans la catastrophe.

Maroc : une deuxième usine géante de dessalement en projet à Nador

Le Maroc se prépare à lancer un appel d’offres pour une nouvelle usine de dessalement d’eau de mer à Nador, d’une capacité de 250 millions de mètres cubes par an, a annoncé Nizar Baraka, ministre de l’Eau et de l’Équipement.

Les ministres marocains offrent un mois de salaire aux victimes du séisme

Les ministres marocains viennent de décider de faire don d’un mois de salaire suite au terrible séisme que le Maroc a connu dans la nuit de vendredi à samedi.

Plus de 90% des puits au Maroc sont clandestins

Les données du recensement et du contrôle des puits, lancé suite à la mort du petit Rayan sont désormais connues. Plus de 90 % des puits sur le territoire marocain ne sont pas autorisés.

La production de voitures électriques «  assèche  » le Maroc

La production des métaux nécessaires à la fabrication des batteries ou moteurs des voitures électriques exige beaucoup d’eau. Une ressource qui se raréfie de jour en jour dans des pays comme le Maroc, déjà frappé par une sécheresse sévère.

Le très beau geste des joueurs marocains envers les victimes du séisme

Très touchés par le tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc, les Lions de l’Atlas manifestent leur solidarité envers les victimes.

Maroc : une «  reconstruction rapide  » avec «  tous les moyens  »

Le chef du gouvernement marocain Aziz Akhannouch a déclaré que le royaume « utilisera tous ses moyens » dans la phase de « reconstruction rapide » des dégâts causés par le violent et meurtrier séisme qui a frappé la province d’Al Haouz dans la nuit du...