Maroc : des avocats s’accaparent des terres soulalyates

10 juin 2021 - 12h30 - Maroc - Ecrit par : J.K

Des avocats marocains sont impliqués dans la vente illégale des terres soulalyates (collectives). Saisi, le ministre de la Justice s’est dit préoccupé et évoque l’ouverture d’une enquête.

Le phénomène de la vente illicite des terres soulalyates devient récurrent au royaume. Face à ce fléau favorisé par les contrats d’avocats, le ministère de la Justice a indiqué dans une note en date du 4 juin, avoir été prévenu par plusieurs « départements gouvernementaux ». Suite aux plaintes de « citoyens » frustrés, des investigations ont été menées, et prouvent que « le phénomène commence à revêtir une grande gravité, et à susciter une inquiétude croissante », a indiqué Mohamed Benabdelkder.

Cette pratique consiste en la cession illégale par des membres des communautés, des terrains soulalyates « dont ils avaient la jouissance, au profit de personnes étrangères à la collectivité ». Ce qui ne respecte pas la loi 62.17 relative à la tutelle administrative sur les collectivités soulaliyate, rapporte Medias24. « En examinant les pièces utilisées, le ministère a constaté que dans de nombreux cas, les opérations sont actées par des avocats agréés près la Cour de cassation dans le cadre de l’article 4 du code des droits réels ».

Au Sud du pays, ce fléau prend de l’ampleur dans les milieux juridiques et est même qualifié d’ « effroyable incendie » par le bâtonnier d’Agadir-Laâyoune-Guelmim, soulignant que même des arrestations ont été menées. Depuis 2011, « tous les actes relatifs au transfert de propriété ou à la création des autres droits réels ou leur cession, modification ou suppression doivent-sous peine de nullité-être établis par acte officiel ou par acte à date certaine établi par un avocat agréé près la Cour d’appel sauf disposition légale contraire ». Pour le respect de la loi régissant les biens des communautés soulalyate, une procédure particulière a été mise en place. Et son non-respect peut être passible d’un emprisonnement de 1 à 5 ans ou plus.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Lois - Administratif - Alerte - Ministère de la Justice et des Libertés - Escroquerie - Plainte - Mohamed Benabdelkader

Aller plus loin

Marrakech : une nouvelle arnaque immobilière

Suite à une plainte du président de l’Association de défense des droits de l’Homme, Abdellah Tatouche, déposée contre le promoteur d’un projet immobilier économique et social...

Maroc : des terres volées par des « étrangers » à Ouarzazate

La communauté tribale Oulad Souleymane dans la province de Ouarzazate dénonce l’exploitation de ses terres par des « étrangers », avec la complicité des autorités locales.

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le...

Une arnaque immobilière à grande échelle à Essaouira, 200 familles touchées

Le directeur commercial d’une société immobilière a été condamné à 5 ans de prison ferme pour escroquerie par le tribunal de première instance d’Essaouira. Cette arrestation est...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

L’inclusion des MRE à l’aide au logement passe mal

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier de l’aide directe au logement au même titre que les Marocains résidant au Maroc, ce qui n’est pas du goût de bon nombre d’internautes. Certains d’entre eux n’hésitent pas à appeler à...

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Maroc : l’aide au logement crée des mécontents

Alors que les primo-acquéreurs ont favorablement accueilli le nouveau programme d’aide au logement, les promoteurs immobiliers, eux, préfèrent jouer la carte de la prudence. Ils invitent le gouvernement à revoir les conditions pour rendre l’offre plus...

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.

Achat de logement au Maroc : les notaires baissent les prix

Les notaires vont accompagner et soutenir les citoyens à travers tout le Maroc, tout au long du processus d’octroi de l’aide directe au logement (2024-2028). Une convention a été signée dans ce sens.

Difficile de trouver une offre adéquate sur le marché de l’immobilier marocain

Le marché de l’immobilier au Maroc fait face à un déséquilibre entre l’offre en logements et la demande émanant des acheteurs. Ces derniers ont du mal à trouver une offre adéquate.

Promoteurs immobiliers au Maroc : le fisc lance une opération coup de poing

La Direction générale des impôts (DGI) va lancer prochainement une vaste opération de contrôle et d’inspection visant les grandes entreprises et notamment les promoteurs immobiliers ayant eu recours à des pratiques frauduleuses pour bénéficier...

Immobilier au Maroc : où en est l’aide directe aux primo-accédants ?

Alors que c’était annoncé pour décembre, puis pour janvier 2023, le décret fixant le montant et les modalités d’attribution de l’aide financière directe aux primo-accédants au logement accuse du retard. Cette aide était initialement annoncée dans la...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.