Immobilier au Maroc : une loi pour verrouiller les contrats

15 juin 2021 - 20h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

À la Chambre des représentants, la commission de justice va examiner ce mardi 15 juin une proposition de loi sur les contrats immobiliers d’avocats. Le texte propose que les contrats immobiliers dressés par avocats ne soient plus soumis au greffe du tribunal mais plutôt à leurs barreaux.

Malika Khalil, députée du parti authenticité et modernité (PAM), par ailleurs avocate au barreau d’Agadir est l’auteure de cette proposition initiée depuis deux ans. Rangée dans les placards à la première chambre, cette proposition de loi a été exhumée suite aux révélations inquiétantes venues du barreau d’Agadir-Laâyoune-Guelmim. Le texte veut apporter une modification à l’article 4 du Code des droits réels. Cette loi permet entre autres, aux avocats de dresser des actes à date certaine sur les « transferts de propriété ». Seulement, de nombreux abus, favorisés par des lacunes au niveau du contrôle ont été enregistrés.

À lire : Immobilier au Maroc : les explications d’un expert sur les vices cachés

Selon la procédure, les autorités locales procèdent à l’authentification du contrat d’immobilier dressé par l’avocat. Ensuite, un greffier intervient pour viser la signature de l’avocat sur le contrat. Mais les greffiers ne font pas preuve de rigueur quant aux conditions de validité des documents. En conséquence, des opérations manifestement illégales sont relevées. Le fléau a touché les terrains soulalyates, patrimoine pourtant sous tutelle du ministère de l’Intérieur.

« Une réelle menace sur la sécurité immobilière », note Malika Khalil, interrogé par Médias24. Le visa du greffe « a démontré son insuffisance devant certains dépassements », lance-t-elle. Pour l’élue, cette démarche de « procédure de pure forme » est dénuée « d’effets juridiques ». De plus, « les ressources et le temps de l’administration judiciaire sont gaspillés dans une procédure sans impact », fait-elle observer.

À lire : Assainissement du secteur immobilier au Maroc : bientôt, un statut pour les promoteurs

Fort de ces constats, l’élue a initié une proposition de loi sur les contrats immobiliers. Un texte qui vise à rompre avec l’ancienne pratique. Le texte propose que les contrats immobiliers dressés par avocats soient désormais soumis à leurs barreaux. Plus de visa du greffe. « La signature de l’avocat rédacteur de l’acte » serait ainsi « validée par le bâtonnier de l’ordre des avocats auquel il appartient », propose la députée. Selon elle, l’Ordre est le mieux placé pour contrôler les actes dressés par ses avocats.

Sujets associés : Immobilier - Droits et Justice - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Parlement marocain

Aller plus loin

Assainissement du secteur immobilier au Maroc : bientôt, un statut pour les promoteurs

La bataille de la fédération nationale des promoteurs immobiliers est en passe d’être gagnée. La finalisation du statut "promoteur" est sur la bonne voie.

Immobilier au Maroc : les explications d’un expert sur les vices cachés

Après l’achat d’un bien immobilier, des vices cachés peuvent être constatés. Dans une interview accordée à la MAP, le Directeur général du cabinet GUI4, expert en immobilier et...

Immobilier : comment améliorer l’application de la VEFA au Maroc

Alors que la loi sur la Vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) présente plusieurs avantages tant pour les promoteurs immobiliers que pour les acquéreurs, elle s’applique...

Immobilier : la location de bureau toujours en difficulté

Télétravail, coworking, open-space… la crise sanitaire liée au covid-19 a bouleversé les modes de travail et, par conséquent,le marché immobilier des bureaux. Les entreprises...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Des Marocains exploités dans des hôtels associés au Mondial Qatar 2022

Treize des 17 groupes hôteliers associés à la Coupe du monde Qatar 2022 emploient des migrants d’Afrique dont des Marocains et d’Asie, selon une étude.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Airbnb échappe au fisc marocain

Airbnb, la plateforme communautaire permettant de mettre en relation des voyageurs avec des entreprises hôtelières (hôtels, gîtes, chambres d’hôtes), des investisseurs en immobiliers locatifs para-hôteliers, échappe au fisc marocain.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...