L’affaire de la spoliation des terres soulalyates devant la justice

27 juin 2022 - 23h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le wali de Marrakech, Karim Kassi-Lahlou a décidé de porter l’affaire dite spoliation des terres soulalyates (collectives) devant la justice. Il a dans son viseur les services communaux et les avocats marocains qui sont impliqués dans la vente illégale de ces terres.

L’affaire de la spoliation des terres soulalyates est officiellement devant la Justice. Karim Kassi-Lahlou, wali de Marrakech, a saisi le procureur général près la Cour d’appel pour ouvrir un dossier sur ces « transactions illégales » recensées dans la région, rapporte Médias24. Il avait entre-temps interpellé les élus sur le phénomène de cessions illégales du foncier soulalyate. La cession de ces biens qui sont soumis à la tutelle du ministère de l’Intérieur est en principe interdite. Seuls l’accord de la communauté concernée et l’observation de procédures complexes peuvent la rendre possible.

À lire : Maroc : des avocats s’accaparent des terres soulalyates

Dans sa saisine, Karim Kassi-Lahlou pointe du doigt les contrats d’avocats au barreau de Marrakech qui constituent un outil permettant de contourner la procédure laborieuse de cession de terres collectives. Ces avocats prétextent de l’article 4 du Code des droits réels pour agir : depuis 2011, « tous les actes relatifs au transfert de propriété ou à la création des autres droits réels ou leur cession, modification ou suppression doivent — sous peine de nullité — être établis par acte officiel ou par acte à date certaine, par un avocat agréé près la Cour de cassation ». Or, les biens soulalyates font l’objet d’une protection spéciale et sont soumis à un régime spécifique.

À lire : Fès : un député cité dans une affaire de détournement de terres soulaliyates

La commune rurale de Souihla est la zone épinglée par le ministère de l’Intérieur dans la ville ocre. Son « service d’authentification des signatures » « procède à la validation, sans les vérifications de mise, des contrats d’avocats portant sur la cession ou la renonciation à des biens collectifs sans tenir compte de la loi 62.17 relative à la tutelle administrative sur les communautés soulaliyates », est-il précisé. Pourtant, la même loi prévoit des sanctions allant de 1 à 5 ans de prison contre « les personnes qui participent à l’élaboration de documents portant cession ou renonciation à ces propriétés ».

Sujets associés : Immobilier - Marrakech - Droits et Justice

Aller plus loin

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le...

Bouznika : enquête sur une spoliation foncière impliquant des élus

Sur instructions du Procureur général près la Cour d’appel de Casablanca, la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) mène une enquête sur un lotissement anarchique...

Maroc : du nouveau pour les terres collectives (soulaliyates)

La nouvelle réglementation sur l’exploitation et la gestion des terres collectives entre désormais en vigueur. Elle fait suite à la prise du décret d’application de la loi 62-17.

Le Maroc durcit la lutte contre la spoliation immobilière

Le ministère de l’Intérieur durcit la lutte contre la spoliation immobilière – surtout dans les communes. De nouvelles mesures ont été prises en ce sens.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Maroc : l’aide à l’achat de logement bientôt effective

Le ministre délégué chargé du budget, Fouzi Lekjaa, a annoncé la mise en place prochaine d’un dispositif d’aides directes au logement pour les primo-acquéreurs.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Le château de Gretz-Armainvilliers, ancienne propriété du roi Hassan II

Le roi Hassan II n’avait pas seulement un goût prononcé pour les voitures de luxe. Il était aussi un amoureux de belles demeures et avait acquis une auprès de la famille Rothschild.

Maroc : les prix de l’immobilier en hausse au premier trimestre 2023

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a enregistré au premier trimestre 2023 une hausse de 0,8 %, en glissement annuel, selon Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Le Maroc va instaurer une aide à l’achat de logement

L’achat de logements au Maroc pourrait bien connaître un nouveau souffle. Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’habitat et de la Politique de la ville, a laissé entendre que des dispositions...

Aide au logement : Un vrai succès chez les MRE

Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, confirme l’intérêt des Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour le nouveau programme d’aide directe au logement.

L’inclusion des MRE à l’aide au logement passe mal

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier de l’aide directe au logement au même titre que les Marocains résidant au Maroc, ce qui n’est pas du goût de bon nombre d’internautes. Certains d’entre eux n’hésitent pas à appeler à...