Maroc : vers une baisse considérable de l’activité immobilière après le ramadan

24 avril 2022 - 21h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Au Maroc, l’activité immobilière tournera au ralenti après la célébration de l’Aïd el-fitr. C’est ce que prédit la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI).

« Suite à la flambée des prix de presque la totalité des matériaux de construction de manière anarchique, bien au-delà de l’inflation, les promoteurs immobiliers traversent une situation inédite qui met gravement en péril les futurs acquéreurs, la préservation de plusieurs centaines de milliers d’emplois et l’équilibre de toute la profession », souligne la FNPI dans un communiqué, qui « s’attend à un ralentissement de l’activité du secteur de plus de 50 % après les fêtes de ramadan ».

À lire : Maroc : le secteur immobilier touché par la hausse des prix

Face à cette situation, la fédération a initié une série d’actions. Sur le plan judiciaire et institutionnel, outre la réunion avec la ministre de tutelle, elle prévoit de déposer une plainte documentée au Conseil de la concurrence. La fédération prévoit également d’introduire une demande d’enquête auprès du Conseil économique, social et environnemental, ainsi qu’auprès du Haut Commissariat au plan (HCP).

À lire : Maroc : baisse globale des prix de l’immobilier à fin 2021

La FNPI a en outre évoqué une « dimension administrative et d’aide à l’acquéreur ». Dans ce sens, elle formule une demande de prolongation des conventions du logement social de deux ans, compte tenu de la difficulté d’approvisionnement et de l’envolée des prix. Aussi, a-t-elle demandé l’arrêt de l’application de la taxe sur les terrains non bâtis, la prorogation d’un an du délai des autorisations de construire et la réduction de 50 % des frais d’enregistrement et de conservation foncière au profit des clients et acquéreurs dont le pouvoir d’achat a été considérablement impacté ces dernières années.

À lire : À Casablanca, les prix de l’immobilier seconde main grimpent

La FNPI a par ailleurs engagé un processus de création d’une centrale d’achat qui permettra de mutualiser les approvisionnements des opérateurs du secteur de la construction immobilière à des conditions d’achat et de règlement totalement optimisés et transparents, tant auprès des fournisseurs marocains, que des importations directes de l’étranger, afin de protéger la profession contre les ententes et les spéculateurs.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier

Aller plus loin

Le Maroc facilite la vie aux promoteurs immobiliers

Le Maroc vient de mettre à jour les textes concernant la conformité des plans de construction dans les villes, pour faciliter la vie aux promoteurs immobiliers.

À Casablanca, les prix de l’immobilier seconde main grimpent

À Casablanca, les prix ainsi que les transactions de l’immobilier seconde main ont connu une augmentation entre le troisième et le quatrième trimestre 2021. C’est que révèlent...

Maroc : le secteur immobilier touché par la hausse des prix

Le secteur immobilier marocain est fortement touché par la conjoncture internationale. Une hausse d’environ 20 % sur les prix de vente par rapport à l’année précédente est...

A Marrakech, le secteur de l’immobilier commence à se réveiller

Touché de plein fouet par la pandémie du Covid-19, le secteur de l’immobilier à Marrakech reprend lentement avec la relance économique et l’ouverture des frontières marocaines.

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, les MRE investissent dans l’immobilier

70 % des investissements de la communauté marocaine résidant à l’étranger sont consacrés au secteur immobilier, selon Fatima Ezzahra El Mansouri, la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de...

Immobilier au Maroc : où en est l’aide directe aux primo-accédants ?

Alors que c’était annoncé pour décembre, puis pour janvier 2023, le décret fixant le montant et les modalités d’attribution de l’aide financière directe aux primo-accédants au logement accuse du retard. Cette aide était initialement annoncée dans la...

Le Maroc va instaurer une aide à l’achat de logement

L’achat de logements au Maroc pourrait bien connaître un nouveau souffle. Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’habitat et de la Politique de la ville, a laissé entendre que des dispositions...

L’activité immobilière au Maroc ralentit fortement

La crise semble s’installer. Les ventes de ciment, principal indicateur de l’activité immobilière continue de baisser au Maroc. À fin août dernier, ces ventes ont diminué de 7,2 % en rythme annuel, selon la Direction des études et des prévisions...

Maroc : le secteur immobilier marque des points malgré la crise

En 2023, malgré les chocs endogènes, la conjoncture internationale et la stagnation de l’activité, le secteur de l’immobilier au Maroc a montré sa résilience. Et, les perspectives pour l’année prochaine s’annoncent meilleures.

L’immobilier au Maroc augmente encore au 3e trimestre

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) s’est apprécié, en glissement annuel, de 1,3 % au troisième trimestre de 2022. C’est ce que précisent Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la...

Le roi Mohammed VI lance l’aide au logement

Les choses se précisent pour la mise en œuvre du nouveau programme d’aide au logement visant à renouveler l’approche d’accès à la propriété, en suppléant au pouvoir d’achat des ménages, via une aide financière directe aux acquéreurs.

Location au Maroc : une hausse générale des prix

Une montée générale des prix des loyers a été observée au Maroc, que ce soit pour les appartements ou les villas et ce dans la plupart des villes. Voyons ça en détail.

Maroc : les MRE font grimper les ventes immobilières

Les transactions immobilières sont en hausse au Maroc en ce début d’été, avec la forte demande des Marocains résidant à l’étranger (MRE) et notamment en Europe, qui affluent vers le royaume pour y passer leurs vacances.

Airbnb échappe au fisc marocain

Airbnb, la plateforme communautaire permettant de mettre en relation des voyageurs avec des entreprises hôtelières (hôtels, gîtes, chambres d’hôtes), des investisseurs en immobiliers locatifs para-hôteliers, échappe au fisc marocain.