Les Marocains boudent la pastèque

10 juin 2021 - 17h40 - Economie - Ecrit par : J.D

Les prix de la pastèque marocaine sont en forte baisse sur le marché local et international alors que la campagne de récolte bat son plein. En cause, plusieurs facteurs dont le plus en vue, est la campagne menée sur les résidus chimiques et l’utilisation de semences OGM. L’été, période de grande consommation de ce fruit, va-t-il inverser la tendance ?

Selon les professionnels dela filière pastèque, les prix au détail chutent pour se fixer de 1 à 1,5 DH/Kg sur le marché local et quasiment dans toutes les régions de production. La même pastèque marocaine est cotée entre 1 et 1,10 euro le kilo sur le marché de Rungis, soit dix fois plus que les prix pratiqués sur le marché local. Un prix jugé toutefois faible par rapport à deux semaines auparavant, lit-on sur Médias24.

À l’export également, les prix ont connu un repli par rapport la semaine dernière. «  Cette semaine, les prix du melon et de la pastèque ont accusé une forte baisse  », indique l’organisation agricole l’Asaja-Almeria (Espagne) qui précise que la chute a atteint plus de 30%.

A lire : Maroc : les semences de pastèque ne sont pas génétiquement modifiées

Évoquant les causes de cette chute des prix de la pastèque marocaine, en pleine campagne, beaucoup d’observateurs pointent la vague d’informations distillées sur les résidus chimiques et l’utilisation de semences OGM. Pour sa part, l’organisation des semenciers marocains reconnaît qu’il y a eu une campagne d’intox, entretenue par la concurrence étrangère, mais très vite éteinte, nuance-t-elle, affirmant que le consommateur de pastèque a été détourné depuis le mois de mai 2021. Les premiers lots de la récolte précoce émanant de la région de Zagora étaient vendus à 2 DH/Kg à la deuxième vente sur le marché de gros de Casablanca.

«  Aujourd’hui, la chute des prix devrait s’accentuer au fur et à mesure de l’avancée des récoltes, notamment dans les grandes régions de production  », avertissent les professionnels, signalant que la production simultanée des différentes régions de production explique pour l’essentiel, la chute des prix en cette veille de la saison estivale qui stimule en principe la consommation de la pastèque. Normalement, la cueillette a lieu de la mi-mai à fin juillet la cueillette s’étale de la mi-mai jusqu’à fin juillet dans la zone sud (Souss-Draâ), et dans la période de mi-juillet-mi-septembre pour les récoltes dans les régions de l’Oriental et Gharb.

Sur plusieurs marchés extérieurs, notamment européens, expliquent les professionnels de la filière, la priorité est accordée aux produits locaux, en particulier ceux de proximité, en raison de la pandémie du Covid-19.

Sujets associés : Agriculture - Compétitivité - Consommation - Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime - Ministère de l’industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies

Aller plus loin

Les fruits et légumes marocains toujours prisés en Europe

En novembre 2020, les importations communautaires de fruits et légumes frais du Maroc vers l’Europe ont atteint 1,4 million de tonnes, soit une augmentation de 9 %...

Le Maroc fournit 79% des pastèques que consomme l’Espagne

Le Maroc a exporté plus de 85 650 tonnes de pastèques vers l’Espagne pendant cette campagne agricole 2019-2020. Avec ce volume, le royaume occupe la 1ʳᵉ place parmi les cinq...

Espagne : 81 % des pastèques importées sont marocaines

Selon une étude menée par l’organisation COAG avant le lancement de la campagne agricole en Espagne, 81 % des pastèques importées sont marocaines. Pour l’organisation, la...

Les producteurs espagnols de melon et de pastèque dénoncent la concurrence marocaine

Les associations de producteurs de fruits et légumes d’Almería, Coexphal et Aproa, vont manifester ce vendredi pour protester contre la chute des prix du melon et de la pastèque...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : vers une baisse de la production d’olive

Selon les prévisions de la Fédération Interprofessionnelle Marocaine de l’Olive, la production d’olives au titre de la prochaine campagne, devrait être en baisse, en raison des effets du changement climatique et de la sécheresse qui sévit cette année...

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

La « chebakia », la pâtisserie marocaine incontournable lors du ramadan

Lors du ramadan au Maroc, la « chebbakaa », des petits gâteaux traditionnels au miel, est proposée tous les jours sur les tables pour les dîners de rupture de jeûne.

Maroc : baisse de 67% de la campagne céréalière 2021-2022

La campagne agricole 2021/2022 clôture sur une production céréalière 34 Millions de quintaux, contre 103,2 MQX obtenus, un an auparavant, soit une baisse de 67 %, selon le ministère de l’Agriculture.

Le Maroc dispose d’un stock de blé de six mois

Le stock de blé du Maroc s’élève à six mois, selon le gouvernement, en réponse aux craintes de coupures d’approvisionnement et de hausses de prix liés au conflit russo-ukrainienne associé à la sécheresse qui touche le pays.

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Bonne nouvelle pour les MRE : Importations de meubles usagés désormais libres

Le ministère marocain de l’Industrie et du commerce vient de lever les restrictions à l’importation par les Marcains résidant à l’étranger des meubles en bois, des tapis et autres articles électroménagers usagés.

Aïd Al-Adha au Maroc : combien coûte un mouton ?

À la veille de l’Aïd Al-Adha, les Marocains sont focalisés sur l’achat du mouton et surtout son prix. Le ministère de l’Agriculture a donné les nouvelles provenant des points de ventes du bétail.

Les soldes d’été démarrent ce 28 juillet au Maroc

Ça y est. Les soldes d’été commencent ce jeudi 28 juillet au Maroc. Depuis deux ans, elles sont organisées de manière coordonnée dans le pays.