Maroc : la cacophonie gouvernementale

8 avril 2013 - 13h29 - Maroc - Ecrit par : J.L

"Chaque ministre du gouvernement Benkirane fait ce qu’il veut sans coordination, ni vision commune", a affirmé samedi Hamid Chabat, patron de l’Istiqlal, qui qualifie l’exécutif Benkirane d’orgueilleux.

"Le gouvernement opte pour la facilité en augmentant les prix, faisant ainsi pression sur le peuple, dont le silence a été interprété par Abdelilah Benkirane comme étant une bénédiction populaire de son exécutif", renchérit Chabat.

Toujours selon le patron de l’Istiqlal, le gouvernement doit faire preuve de courage politique et donner des solutions logiques, sinon, "nous n’en avons pas besoin". Le politicien affirme également que l’Istiqlal n’a pas soutenu le gouvernement pour les "beaux yeux" de Benkirane, mais pour éviter que le pays ne sombre dans le chaos.

Mohand Laenser, secrétaire général du Mouvement Populaire a quant à lui estimé lors d’une réunion du bureau politique de son parti samedi, que "les problèmes du Maroc ne seront pas résolus avec des solutions populistes".

"Les initiatives gouvernementales, principalement celles en rapport avec la hausse des prix, et la solution proposée pour régler le problème de la Caisse de compensation étoufferont le citoyen", d’après Laenser pour qui la classe moyenne sera la principale victime de cette mesure.

L’exécutif, critiqué avec virulence par les partis de la majorité, a été décrit jeudi dernier par Abdelhadi Khairat, député de l’Union Socialiste des Forces Populaires pour la région de Settat, comme étant "un gouvernement rétrograde, jouant des rôles comiques dans une pièce de théâtre médiocre".

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Partis politiques - Istiqlal - Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) - Mouvement Populaire - Mohand Laenser - Abdelilah Benkirane - Hamid Chabat - Gouvernement marocain - Abdelhadi Khairat - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Le Maroc met de l’ordre dans les « Airbnb »

Après son adoption par le gouvernement marocain et sa publication au Journal Officiel, le décret définissant les procédures administratives relatives à l’ouverture des établissements touristiques et leur exploitation, est entré en vigueur.

Aide au logement au Maroc : le flop ?

Applaudi à son lancement, l’aide au logement ne suscite plus le même engouement. À ce jour, 8 500 personnes ont bénéficié de cette subvention.

Maroc : une aide versée aux familles

Comme annoncé, l’aide prévue pour les familles marocaines dans le besoin sera versée par le gouvernement. Celle-ci devrait intervenir sous peu. Quel montant ? quand est-ce qu’elle sera versée ?

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Les restaurateurs marocains accusés d’empoisonner leurs clients

Les propriétaires des cafés et restaurants ont rejeté les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI). Celle-ci a adressé une question écrite au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit...

Cafés et restaurants au Maroc : un secteur en danger de mort ?

Face à la fermeture de nombreux cafés et restaurants, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Ils ont saisi Younes Sekkouri, Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, et exigent une...

Maroc : ménage au ministère de l’Intérieur ?

Un nouveau redéploiement s’annonce imminent au ministère de l’Intérieur avec, à la clé, la mise à la retraite de bon nombre de walis et gouverneurs et des nominations.

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.