Maroc : une campagne sur la mendicité infantile choque les internautes

18 mars 2021 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

L’association Jood, qui vient en aide aux sans-abris, a lancé depuis 10 mars, une campagne de sensibilisation contre la mendicité infantile, devenue sujette à controverse sur les réseaux sociaux. Les internautes la jugent « choquante » et « maladroite ». L’association quant à elle, assume pleinement.

« Nous sommes convaincus que le seul moyen d’arrêter l’exploitation des enfants pour des fins de mendicité et leur laisser une chance de partir à l’école, dépend de la société civile… donc de nous tous. SVP, ne donnez plus d’argent aux enfants mendiants, ni aux adultes qui exhibent des enfants pour vous émouvoir et vous inciter à donner », indique l’association Jood sur sa page Facebook.

Les internautes n’ont pas apprécié cette action de l’association et n’ont pas manqué de le lui faire savoir. « Maladresse !!! », a tweeté l’un d’eux. « Hé @JOOD_ONG, votre affiche de la mendicité est choquante et surtout mal faite », publie un autre. « Le message est maladroit oui, mais il ne faut pas dénigrer l’excellent travail de l’association Jood qui vient en aide aux SDF au quotidien. », relativise un troisième.

De son côté, l’association assume pleinement le caractère « choquant » de la campagne. « Le seul moyen de faire prendre conscience aux gens de cette réalité, c’est de les choquer. Sans cela, cette campagne n’aurait pas eu un tel impact. », a confié à Médias24, Hind Laïdi, présidente et fondatrice de l’association Jood, ajoutant que la situation est alarmante depuis fort longtemps. « Certains enfants sont loués 150 dirhams la journée. Avec ça, les parents se garantissent une recette d’au moins 4 500 dirhams par mois, et le fait de mendier eux-mêmes avec leurs enfants leur rapporte a minima 350 dirhams par jour. On peut vite grimper à 12 000 dirhams par mois… Ceux qui jugent cette campagne maladroite n’ont probablement pas pris la peine de cliquer sur le lien pour lire les chiffres communiqués par les différentes institutions et organismes marocains et internationaux », explique-t-elle.

Hind Laïdi évoque par ailleurs la question de la réinsertion professionnelle des parents et scolaire des enfants. « Quand on propose un emploi aux parents ou une place à l’école pour leurs enfants, ils refusent. C’est systématique : ceux qui mendient ne veulent que de l’argent », soutient-elle, invitant les citoyens à changer de comportement. « S’ils cessent de donner, ces enfants ne sortiront plus mendier. », a-t-elle assuré.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Enfant - Esclavage moderne - Mendicité

Aller plus loin

Maroc/Enfants de la rue : les grands oubliés en ces temps de pandémie

Ils sont des milliers, ces enfants marocains, sans acte de naissance, sans livret de famille, sans carte d’identité. Ce phénomène qui prend de l’ampleur dans le royaume, laisse...

« Pour son bien, ne lui donne rien », une campagne contre la mendicité des enfants au Maroc

« Pour son bien, ne lui donne rien ». C’est le slogan sous lequel l’association Jood a démarré depuis le 10 mars, une campagne de sensibilisation contre la mendicité à laquelle...

Mendicité au Maroc : l’action publique a été engagée à l’encontre des exploitants des enfants

Quelque 142 affaires relatives à l’exploitation des enfants dans la mendicité ont été traitées à Rabat, Salé et Témara, a annoncé lundi, le procureur général du Roi près la Cour...

66 % des enfants marocains âgés de 10 ans ne savent pas lire

Dans un récent rapport, la Banque Mondiale a relevé la crise sévère que traverse l’école marocaine en soulignant notamment que 66 % des enfants du royaume âgés de 10 ans...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.

Enfants de Dounia Batma : Mohamed Al Turk dénonce une exploitation sur les réseaux sociaux

Mohamed Al Turk, l’ex-mari de Dounia Batma actuellement en détention, reproche à la sœur de l’actrice marocaine, Ibtissam, de chercher à gagner la sympathie des Marocains en publiant des photos de leurs filles, Ghazal et Laila Rose, sur les réseaux...

Maroc : des caméras de surveillance pour lutter contre la mendicité

Le ministère marocain de l’Intérieur a annoncé l’installation de caméras de surveillance dans les principales villes du royaume en vue de lutter contre la mendicité.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.