« Pour son bien, ne lui donne rien », une campagne contre la mendicité des enfants au Maroc

30 mars 2021 - 10h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

« Pour son bien, ne lui donne rien ». C’est le slogan sous lequel l’association Jood a démarré depuis le 10 mars, une campagne de sensibilisation contre la mendicité à laquelle sont livrés les enfants dans les rues, les marchés et les artères des villes du Maroc.

Donner une pièce à un enfant, « c’est un crime » qui détruit définitivement son avenir, affirme Hind Laidi, présidente de JOOD, dans une déclaration à Hespress. « Pour son bien, ne lui donne rien » a été accompagnée du hashtag #Sa_place_est_en_classe. L’association s’insurge contre l’exploitation des enfants à des fins de mendicité professionnelle. Autrefois signe de pauvreté, elle est devenue un fonds de commerce pour certains qui n’hésitent pas à se servir de la vulnérabilité des enfants pour stimuler la pitié.

L’autre chose qui a motivé l’initiative est que les enfants sont drogués à l’aide de médicaments afin de provoquer l’endormissement. On leur apprend à coller les piétons afin de leur soutirer de l’argent. La campagne « Pour son bien, ne lui donne rien » dure jusqu’au 30 avril et doit connaitre le lancement sous peu d’une nouvelle étape pour matérialiser l’engagement de l’association en faveur de la défense des droits des enfants, avec la mise en ligne d’une pétition nationale, « pour que les peines dans les textes de loi soient plus lourdes et contraignantes envers les adultes qui exploitent des enfants dans le cadre de la mendicité professionnelle », explique Hind Laidi.

La pétition sera mise en ligne sur « campagne.jood.ma » et à travers les réseaux sociaux de l’association. La pétition circulera aussi sur WhatsApp, indique la présidente de JOOD. Tout en félicitant l’association, certains internautes ont dénoncé une campagne qui ne propose pas de solutions capables d’aider ces enfants souvent violentés lorsqu’ils ne ramènent pas d’argent à la fin de la journée. Pour Hind Laidi, il faut bien commencer la lutte quelque part. « Le ministère de la Justice fera ce qu’il faut, le ministère de l’Intérieur s’applique à trouver ces personnes et à les pénaliser, le ministère de la Solidarité a mené une grande campagne en 2020, et malgré la crise sanitaire il a pu sauver 142 gamins de ces réseaux-là », rapporte Hespress.

Mais pour elle, les citoyens restent les acteurs clés de cette lutte. « Notre part de responsabilité est encore plus importante en tant que citoyens. Tant que nous donnerons de l’argent à ces enfants, il y aura un marché, et tant qu’il y aura un marché, ces gens-là trouveront toujours des moyens » de recruter encore plus d’enfants.

Sujets associés : Droits et Justice - Pauvreté - Enfant - Mendicité - Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Ministère de la Justice et des Libertés

Aller plus loin

Maroc : la mendiante roulait en 4x4 dernier cri

C’est à Ait Aourir, à une dizaine de kilomètres d’Agadir que la mendiante au riche patrimoine a été interpellée vendredi dernier. Roulant en 4x4 flambant neuf, l’arnaqueuse...

Maroc : une campagne sur la mendicité infantile choque les internautes

L’association Jood, qui vient en aide aux sans-abris, a lancé depuis 10 mars, une campagne de sensibilisation contre la mendicité infantile, devenue sujette à controverse sur...

Les enfants, victimes collatérales des violences conjugales

Les enfants sont des victimes collatérales des violences conjugales qui dans nombre des cas génèrent de graves répercussions sur leur santé et leur développement psychosocial....

Mendicité au Maroc : l’action publique a été engagée à l’encontre des exploitants des enfants

Quelque 142 affaires relatives à l’exploitation des enfants dans la mendicité ont été traitées à Rabat, Salé et Témara, a annoncé lundi, le procureur général du Roi près la Cour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les autorités veulent imposer une réduction de la facture énergétique de 30%

Pour faire face à la hausse de la facture énergétique, les autorités ont demandé aux collectivités de baisser drastiquement la consommation de l’électricité des établissements publics et des réseaux d’éclairage public.

Les restaurateurs marocains accusés d’empoisonner leurs clients

Les propriétaires des cafés et restaurants ont rejeté les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI). Celle-ci a adressé une question écrite au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit...

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.

Maroc : l’État «  adopte  » les enfants devenus orphelins après le séisme

Le Maroc va procéder au recensement de tous les enfants devenus orphelins après le séisme du 8 septembre et leur accorder le statut de « pupille de la nation ».

La viande consommée par les Marocains dangereuse pour la santé ? un ministre répond

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a assuré du bon état des abattoirs et de la qualité de la viande qui en est issue. Ceci, en réaction aux propos d’un conseiller parlementaire qui a dénoncé l’absence de maintenance des équipements et de...

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...