Le Maroc, champion de l’industrie automobile

8 octobre 2023 - 08h00 - Economie - Ecrit par : S.A

The Financial Times célèbre la success-story marocaine dans le secteur de l’automobile en y consacrant un dossier mettant en lumière les progrès et les perspectives.

Le Maroc continue de consolider sa position en tant que plus grand centre de production automobile d’Afrique, tout en se préparant à l’ère des véhicules électriques, fait remarquer The Financial Times, précisant que le royaume compte aujourd’hui plus de 250 équipementiers automobiles, dont beaucoup sont des filiales d’entreprises étrangères, qui emploient quelque 220 000 personnes. L’année dernière, le groupe Renault a indiqué qu’il s’approvisionnait au Maroc pour plus de 60 % des pièces de ses véhicules, dont la majeure partie est exportée, tout en s’engageant à porter ce taux à 65 %, fait savoir le quotidien britannique. « Aujourd’hui, il est beaucoup plus facile de produire une voiture au Maroc qu’il y a dix ans », explique Faouzi Annajah, cofondateur du constructeur automobile à hydrogène NamX, précisant que le Maroc dispose non seulement d’un groupe compétitif de fournisseurs automobiles et d’équipementiers, mais il produit également un flux constant d’ingénieurs marocains, dont 3 500 – parmi lesquels de nombreuses femmes – travaillent dans la seule ville de Casablanca.

À lire :Batteries électriques : un groupe chinois prévoit une usine géante au Maroc

Selon l’auteur de l’article, la plus grande percée de l’automobile au Maroc a sans doute eu lieu en 2012. À cette époque, Renault a commencé à produire des voitures dans son usine de Tanger située à proximité du complexe industriel Tanger Med et à quelques kilomètres de l’Espagne, avec une capacité de 400 000 véhicules. En 2019, Peugeot, qui fait désormais partie de Stellantis, a marché dans le sillage de Renault en ouvrant une usine avec in investissement de près de 600 millions de dollars à Kénitra, avec une capacité de 200 000 véhicules. En novembre dernier, Stellantis, qui fabrique la Peugeot 208 dans cette usine, a annoncé qu’elle investirait 300 millions d’euros supplémentaires pour doubler la production et la porter à 400 000 véhicules. « Nous avons réussi à positionner Kénitra comme un site industriel leader de Stellantis, se félicite Samir Cherfan, son directeur opérationnel Moyen-Orient et Afrique.

À lire :Automobile : le groupe espagnol Antolin veut renforcer sa présence au Maroc

Le prochain défi pour l’industrie sera de s’adapter suffisamment et rapidement à l’évolution des conditions réglementaires, notamment l’interdiction par l’UE de la vente de la plupart des véhicules à moteur à combustion interne à partir de 2035, note le quotidien. Renault, qui s’inscrit déjà dans cette dynamique, a annoncé qu’elle commencerait à produire des véhicules électriques à deux places au Maroc cette année. Acquise par Renault en 1999, la marque Dacia produira également sa nouvelle génération de Sandero, un véhicule 100 % électrique à batterie, dans le royaume. La nouvelle gamme de Stellantis proposera de petites automobiles basées sur sa plateforme « Smart Cars » destinée principalement aux marchés émergents, y compris des véhicules électriques et renforcera également la production et l’assemblage de quadricycles électriques pour les marques Citroën et Opel, fait savoir la publication.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Grande-Bretagne - Automobile - Renault Tanger - Peugeot Citroën Kénitra (Stellantis)

Aller plus loin

Automobile : le groupe espagnol Antolin veut renforcer sa présence au Maroc

Le fabricant espagnol de composants automobiles, Antolin, veut renforcer sa présence au Maroc où il a déjà ouvert une usine à Tanger qui emploie 360 personnes.

Voitures électriques au Maroc : 2 500 nouvelles bornes à horizon 2026

Le Maroc s’active pour devenir un marché de vente attractif pour les véhicules électriques. L’Association professionnelle intersectorielle de la mobilité électrique (APIME)...

L’automobile, pilier des exportations marocaines

Le secteur automobile continue de booster les exportations marocaines, avec des ventes atteignant déjà 57 milliards de dirhams lors des cinq premiers mois de cette année.

Boom de l’automobile, chute du phosphate : les deux visages de l’économie marocaine

Le secteur automobile marocain a connu une forte croissance de ses exportations, atteignant près de 116,38 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2023, selon les dernières...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc interdit l’importation de véhicules polluants

Le Maroc poursuit ses efforts visant à réduire l’impact de la pollution sur la santé des citoyens et sur l’environnement. Le ministère du Transport et de la logistique et le département de la Transition énergétique et du développement durable ont pris...

Voici les marques de voiture les plus vendues au Maroc

Le marché automobile marocain se reprend après quelques mois d’accalmie avec une augmentation de 22,01 % par rapport à l’année précédente, selon les données de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).

Maroc : les exportations automobiles dépassent les 100 MMDH à fin novembre

Les exportations marocaines dans le secteur automobile ont généré au terme des onze premiers mois de l’année un chiffre d’affaires de 100,37 milliards de dirhams, en augmentation de 35% par rapport à la même période de 2021.

Boom de l’automobile, chute du phosphate : les deux visages de l’économie marocaine

Le secteur automobile marocain a connu une forte croissance de ses exportations, atteignant près de 116,38 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2023, selon les dernières données de l’Office des changes.

17% des voitures Renault vendues dans le monde ont été produites au Maroc

Renault Group Maroc franchit en avance ses objectifs d’intégration locale et de sourcing local, dépassant ainsi les engagements de l’écosystème Renault. En effet, avec un taux d’intégration locale, hors mécanique, atteignant 65,2 % en 2022 pour un...

Maroc : de bonnes perspectives pour le marché de l’occasion

Le projet de loi de finances (PLF) 2023 annonce une hausse de 33,36 % des recettes de droits de mutation (biens immobiliers, automobiles, etc.). Les perspectives semblent prometteuses pour le marché de l’occasion.

Le Français Faurecia va créer 1400 nouveaux emplois au Maroc

L’entreprise française Faurecia, spécialisée dans la fabrication d’équipements automobiles, va renforcer sa présence au Maroc, à travers la création d’une nouvelle usine à Salé. Dans ce sens, un protocole d’accord a été signé entre le groupe et l’État.

Dacia et Renault défient la baisse des ventes de voitures au Maroc

La vente de véhicules neufs a atteint 64 025 unités à la fin de mai, en baisse de 4,45 % par rapport à la même période de l’année précédente, selon les statistiques de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).

Les SUV et les voitures sportives, stars du marché automobile marocain

Le marché automobile marocain du neuf a enregistré une légère progression en 2023. C’est ce qui ressort du bilan annuel présenté par l’Association des Importateurs de Véhicules au Maroc (AIVAM) lors d’une conférence de presse.

Maroc : 100 milliards de dirhams d’exportations automobiles cette année

Le secteur automobile marocain devrait réaliser cette année un chiffre d’affaires record de 100 milliards de dirhams en termes d’exportation de véhicules, a annoncé mardi Ryad Mezzour, le ministre de l’Industrie et du commerce.