Le Maroc criminalise l’émission de fausses factures

14 mars 2022 - 17h00 - Ecrit par : S.A

Le Maroc renforce les moyens de lutte contre la fraude fiscale, notamment les factures fictives établies par des sociétés qui en font leur unique activité. Dans ce sens, le législateur a réaménagé plusieurs articles du Code général des impôts.

Des soucis en perspective pour les sociétés qui délivrent des factures fictives. Le législateur a réaménagé l’article 192 du Code général des impôts. La nouveauté concerne l’application des sanctions pénales « lorsqu’une personne aide un contribuable à se soustraire à ses obligations fiscales dans le but de déductions ou de remboursements de façon indue », fait savoir l’Économiste. Il est également question de la criminalisation de l’émission de factures fictives. Dès la première infraction, les auteurs de la fraude se verront infliger des peines de prison dans un délai de cinq ans suivant la condamnation à une amende. Autre changement : la consultation préalable de la commission des fraudes n’est plus nécessaire. Désormais, le ministre des Finances ou l’administration fiscale peuvent déclencher « la procédure judiciaire en saisissant directement le procureur du roi », après réception des plaintes relatives aux factures fictives.

À lire : La Direction Générale des Impôts en guerre contre les factures fictives

Toujours en quête d’efficacité dans la lutte contre les factures fictives, le législateur a réaménagé l’article 146 du Code général des impôts en y intégrant deux dispositions. La première a trait au rejet de la « déductibilité d’une facture si les services des impôts constatent deux défaillances indissociables : lorsqu’elle est émise par un fournisseur qui ne dépose pas de déclarations fiscales et ne paie pas ses impôts ». La seconde est l’adoption du « name and shame ». Comprendre : la publication sur le portail de la DGI d’une liste des identifiants fiscaux des entreprises à jour après jugement définitif au pénal (article 231 du CGI). Cette disposition a été introduite par la loi de finances 2021.

Tags : Blanchiment d’argent - Impôts - Fraude - Evasion fiscale

Aller plus loin

Maroc : le fisc aux trousses des influenceurs

Au Maroc, la Direction Générale des Impôts (DGI) a décidé de traquer les influenceurs marocains afin de lutter contre la fraude fiscale. Bon nombre de youtubeurs et d’influenceurs...

Le Maroc met en œuvre une réforme fiscale en 2022

À compter de 2022, le Maroc va entamer une refonte de son système fiscal, qui lui permettra de mobiliser les ressources pour financer les politiques publiques et renforcer...

La Direction Générale des Impôts en guerre contre les factures fictives

La Direction Générale des Impôts (DGI) est en lutte ouverte contre les factures fictives. Pour mieux traquer les faussaires, elle peut désormais se passer de la Commission...

Maroc : une réforme fiscale pour mettre fin à la fraude

La loi relative à la réforme fiscale est entrée en vigueur au Maroc. Ce nouveau cadre légal va permettre aux pouvoirs publics de lutter efficacement contre l’évasion fiscale, et...

Nous vous recommandons

Maroc : l’État reprend un terrain de 40 hectares à un conseiller royal

Le conseiller royal, Yassir Zenagui, vient de perdre son terrain de 40 hectares. La direction régionale des domaines de l’État de Rabat lui a repris le domaine pour n’avoir pas respecté son engagement d’utiliser toute la superficie pour construire un...

Bientôt une ligne maritime entre Carthagène (Espagne) et le Maroc

La compagnie maritime OCMIS prévoit d’ouvrir une nouvelle ligne depuis Carthagène vers le Maroc.

NamX HUV, un SUV hydrogène conçu par le Marocain Faouzi Annajah

Le Franco-marocain, Faouzi Annajah, fils d’un ouvrier marocain ayant travaillé pendant plus de 35 ans chez le constructeur Renault, est le concepteur du NamX HUV, un SUV à pile à combustible à zéro émission qui sera lancé en...

EasyJet annule ses vols vers Marrakech

Suite à la décision marocaine relative à la suspension des liaisons aériennes avec l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, la compagnie aérienne EasyJet a décidé d’annuler ses vols vers Marrakech.

Maroc : 1,1 million de dirhams de faux billets détectés

Un peu plus de 7 300 faux billets ont été détectés au Maroc en 2021, selon un rapport présenté au Roi Mohammed VI par le Wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri.

Sécheresse au Maroc : appel à arrêter la culture de l’avocat et de la pastèque

En cette période de sécheresse sévère et de risque de stress hydrique au Maroc, le mouvement Maroc environnement 2050 demande « l’arrêt immédiat » de la culture de certains fruits comme l’avocat et la pastèque qui assèchent les nappes...

Manuel Valls mise sur Aziz Akhannouch

L’ancien Premier ministre français, Manuel Valls a fait part de son souhait de voir le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, candidat aux élections du 8 septembre, devenir le prochain chef du gouvernement...

Maroc : le ministère de l’Industrie s’est fait arnaquer

La police judiciaire de Rabat a arrêté un entrepreneur, par ailleurs président d’une instance de lutte contre la corruption et d’une association de petites entreprises, soupçonné d’avoir arnaqué une banque et un ministère. Le suspect fait l’objet d’une...

Les entreprises de vêtements délaissent la Chine pour le Maroc

Avec la recrudescence des cas de variant Delta en Chine et au Vietnam, plusieurs grandes entreprises de vêtements et de chaussures quittent ces pays pour s’installer dans des pays plus proches de leurs magasins aux États-Unis, en Europe ou au...

Le Maroc examine la réouverture des frontières

Le gouvernement marocain se prononce une nouvelle fois sur la réouverture des frontières, soutenant que cette mesure sera prise en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique au Maroc et dans le...