Maroc : une réforme fiscale pour mettre fin à la fraude

1er août 2021 - 08h20 - Economie - Ecrit par : J.K

La loi relative à la réforme fiscale est entrée en vigueur au Maroc. Ce nouveau cadre légal va permettre aux pouvoirs publics de lutter efficacement contre l’évasion fiscale, et surtout, espère-t-on, atteindre l’équité fiscale, garantir l’égalité de tous devant l’impôt, renforcer les droits et la confiance mutuelle entre les contribuables et l’administration.

Publié au Bulletin Officiel, ce texte vise l’équité fiscale, l’égalité de tous devant l’impôt, sans oublier le renforcement des droits et de la confiance mutuelle entre les contribuables et l’administration, écrit le quotidien Al Akhbar. Ainsi, à travers l’instauration d’un système fiscal simple et accessible, ce texte vient consolider les mécanismes de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale, ainsi que les mécanismes de contrôle et permettra l’installation d’un programme de sensibilisation et de suivi, en collaboration avec toutes les parties concernées, de même que la mise en place des sanctions en cas d’infraction.

Par ailleurs, la nouvelle loi a été instaurée pour rationaliser et tarir les niches d’évasion fiscale, souligne le quotidien. Ainsi, les entreprises pouvant bénéficier d’incitations fiscales doivent prétendre légalement à des aides publiques directes. De plus, les incitations fiscales que l’État accorde doivent être soumises à des évaluations périodiques pour le suivi du résultat obtenu. Mais, si le résultat espéré n’est pas atteint, l’État serait alors en mesure de les supprimer. Avec l’instauration de cette loi, l’État envisage également d’alléger la pression fiscale sur les contribuables en optant progressivement pour un taux unique de l’impôt sur les sociétés et en favorisant l’intégration du secteur informel.

Outre le volet de la réforme fiscale, cette loi vise également à corriger certains dysfonctionnements du système fiscal qui empêchent la réalisation des objectifs du système fiscal et le développement durable. Ainsi, à travers la réforme, le gouvernement souhaite booster la productivité des entreprises, via l’investissement productif, créateur de valeur ajoutée et d’emplois, surtout dans les secteurs prioritaires comme l’industrie, les nouvelles technologies et l’innovation, en les accompagnant dans la compétitivité nationale et internationale.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Lois - Impôts - Evasion fiscale

Aller plus loin

Le Maroc criminalise l’émission de fausses factures

Le Maroc renforce les moyens de lutte contre la fraude fiscale, notamment les factures fictives établies par des sociétés qui en font leur unique activité. Dans ce sens, le...

Eric Gerets coupable d’évasion fiscale ?

L’administration fiscale marocaine ne prélèverait aucun impôt sur le salaire versé par la Fédération Royale Marocaine de Football à l’entraîneur des Lions de l’Atlas Eric...

Le Maroc met en œuvre une réforme fiscale en 2022

À compter de 2022, le Maroc va entamer une refonte de son système fiscal, qui lui permettra de mobiliser les ressources pour financer les politiques publiques et renforcer...

Maroc : des sociétés écrans créées pour échapper au fisc

La Direction générale des impôts a découvert que plusieurs sociétés installées dans les provinces du sud, créent des « sociétés écran » pour exercer leurs activités commerciales...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : révision de l’impôt sur le revenu

Le gouvernement marocain, via son porte-parole Mustapha Baitas, a annoncé une révision de l’Impôt sur le revenu (IR) avec pour objectif d’augmenter les revenus des employés et fonctionnaires.

Maroc : des sociétés écrans créées pour échapper au fisc

La Direction générale des impôts a découvert que plusieurs sociétés installées dans les provinces du sud, créent des « sociétés écran » pour exercer leurs activités commerciales en dehors de cette région. Une évasion fiscale qui ne dit pas son nom.

Maroc : vers une hausse des taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques

Le Maroc entend augmenter les taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques. Une décision motivée, dit-on, par le souci de préserver la santé des consommateurs, notamment les jeunes Marocains.

Les MRE et la détaxe, ce qu’en dit la Douane

De très nombreux Marocains résidant à l’Etranger effectuent des achats quand ils sont en vacances au Maroc. Ces achats peuvent-ils faire l’objet d’une détaxe, c’est-à-dire donner lieu au remboursement, à ces acheteurs, de la Taxe sur la Valeur ajoutée...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes tuent leurs commerces.

La DGI aux trousses des auteurs de fausses factures

La direction générale des impôts (DGI) veut en finir avec la fraude à la fausse facture. Une pratique qui prend de l’ampleur et n’épargne aucun secteur d’activité ni région du pays.

Marocains, n’oubliez pas de payer vos impôts

Au Maroc, les entreprises et les contribuables doivent s’acquitter de l’impôt sur le revenu (IR), de l’impôt sur les sociétés (IS), de la TVA et autres avant le 31 mars. Passé ce délai, ils s’exposent aux pénalités et sanctions prévues par la direction...

Maroc : les influenceurs vont payer les impôts

La direction générale des impôts (DGI) a adressé des notifications aux influenceurs et créateurs de contenu digital qui ne sont pas à jour vis-à-vis du fisc pour les enjoindre de régulariser leur situation.

Marocains, n’oubliez pas de déclarer les revenus fonciers

Le dépôt de la déclaration de revenus fonciers soumis à l’impôt sur le revenu (IR) et le paiement dudit impôt, doivent être effectués au plus tard le 29 février, a prévenu la Direction générale des impôts (DGI).