Maroc : des ennuis judiciaires pour le prédicateur salafiste « Abou Ammar »

5 mars 2024 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La justice marocaine interdit au prédicateur salafiste controversé connu sur les réseaux sociaux sous le surnom de « Abou Ammar » de quitter le pays. Il est visé par des plaintes pour diffamation et calomnie.

« Abou Ammar » est dans de sales draps. Lundi, le parquet général du tribunal de première instance de la ville d’Inezgane a décidé d’interdire au prédicateur salafiste de quitter le Maroc suite aux plaintes déposées par la journaliste de Med Radio Farah Elbaz, ainsi que le célèbre artiste amazigh Outaleb Lamzoudi. Ils l’accusent de diffamation et de calomnie à leur égard via des vidéos largement diffusées sur les réseaux sociaux. Le prédicateur avait reproché à la journaliste d’être apparue « sans voile » lors de l’interview de l’artiste amazigh Raiss Ahmed Outaleb Lamzoudi et d’avoir invité un artiste qu’il considère comme un « débauché ». Les propos du prédicateur avaient suscité une vague d’indignation sur les réseaux sociaux. Aux yeux de nombreux acteurs des médias, syndicaux et des droits de l’homme, le comportement du prédicateur est une atteinte à la liberté et au droit des femmes de choisir leur tenue et d’exercer leur profession librement.

À lire :Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Deux autres artistes (un humoriste amazigh connu et sa femme) ont également porté de nouvelles plaintes pour diffamation et calomnie contre « Abou Ammar », fait savoir Le360. L’accusé devrait être présenté devant le procureur du tribunal de première instance d’Inezgane, en liberté, le mercredi 6 mars 2024. Après quoi, le procureur général décidera soit de le poursuivre en liberté provisoire, soit de le placer en détention pour les accusations portées contre lui.

À lire :Les raisons de l’annulation de la conférence du prédicateur Yassine El Amri à Agadir

« Abou Ammar » est un prédicateur salafiste controversé. Sur la toile, il s’attaque aux artistes, aux défenseurs des droits de l’homme, aux journalistes, et même certains de ses confrères prédicateurs parlant amazigh. Alors que ses partisans estiment qu’il pratique la « prédication » et l’appel à l’islam à sa manière, certains de ses détracteurs l’accusent d’« exploiter la religion à des fins personnelles ». Selon d’autres, il « surfe sur chaque vague pour réaliser des gains financiers à travers ses chaînes sur les réseaux sociaux ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Droits et Justice - Islam - Plainte

Aller plus loin

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence...

Les raisons de l’annulation de la conférence du prédicateur Yassine El Amri à Agadir

Plusieurs raisons expliquent l’annulation de la conférence du prédicateur Yassine El Amri, qui devait se dérouler le samedi 18 mars à Agadir.

Accusé à tort, un Marocain sommé de quitter le territoire français

Alors que lui et d’autres individus ont été agressés par un homme dans un camp de migrants à Bercy, un Marocain fait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français...

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source...

Ces articles devraient vous intéresser :

Aïd al Adha au Maroc : l’appel à l’annulation monte sur les réseaux sociaux

Alors que certains Marocains appellent à l’annulation de la célébration de l’Aïd al-Adha sur les réseaux sociaux, d’autres tiennent au respect de cette tradition religieuse.

Le stade de Chelsea accueille un « Open Iftar »

Après l’équipe de Blackburn, un club de D2 anglaise, qui avait ouvert ses portes en 2022, pour accueillir la prière de l’Aid Al Fitr pendant le ramadan, c’est au tour de Chelsea, le club de l’international marocain Hakim Ziyech, d’offrir une...

Ramadan et sport : oui, mais sous conditions

Le sport et le jeûne du Ramadan ne sont pas incompatibles. Bien au contraire, une activité physique modérée durant cette période peut s’avérer bénéfique pour la santé. Mais pour profiter pleinement de ses bienfaits et éviter les risques, il est...

Le Maroc débutera le ramadan le mardi 12 mars

Le mois de Ramadan débutera bel et bien mardi 12 mars 2024 au Maroc. Le ministère des Habous et des Affaires islamiques l’a annoncé ce dimanche 10 mars, après l’observation du croissant lunaire.

Maroc : Voici la date de l’Aïd al-Adha 2024

Alors que l’Aïd El Fitr marquant la fin du mois de ramadan, a été fêté il y a un peu moins d’un mois, les Marocains sont fixés sur la date de l’Aïd al-Adha.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Ramadan et grossesse : jeûner ou pas, la question se pose

Faut-il jeûner pendant le Ramadan quand on est enceinte ? Cette question taraude l’esprit de nombreuses femmes enceintes à l’approche du mois sacré. Témoignages et éclairages pour mieux appréhender cette question à la fois religieuse et médicale.

Le ramadan commence le lundi 11 mars 2024 en France

C’est officiel : le mois de Ramadan débutera lundi 11 mars 2024 en France, a annoncé le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM). Cette date a été déterminée après observation scientifique et calcul astronomique.

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Les confidences de Gad Elmaleh sur sa rencontre avec le pape François

L’humoriste marocain Gad Elmaleh s’est confié après sa rencontre avec le pape François, au Vatican le 23 décembre, à qui il a présenté son film « Reste un peu », sorti en France le 16 novembre et dont le scénario repose sur son cheminement spirituel...