Maroc-Espagne : quel impact en cas d’éventuelle rupture des relations ?

29 mai 2021 - 20h00 - Espagne - Ecrit par : A.T

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Le Maroc et son voisin ibérique iront-ils jusqu’à la rupture des relations diplomatiques ? La question est posée sérieusement après l’accueil par l’Espagne de Brahim Ghali et l’arrivée de plusieurs centaines de Marocains à Sebta. L’économiste Nabil Adel et Mohamed Badine El Yattioui, Enseignant-chercheur en relations internationales à l’Université américaine de Dubai (AUE) tentent de répondre à la question.

Dans un entretien accordé à Maroc Diplomatique, Nabil Adel et Mohamed Badine El Yattioui se sont penchés sur les conséquences sur le plan économique s’il arrivait que les relations entre les deux alliés se dégradaient davantage. L’Espagne est le premier partenaire commercial du Maroc, les échanges entre les deux pays représentent quasiment un tiers du commerce extérieur marocain, constate Mohamed Badine El Yattioui, qui rappelle que l’Espagne a dépassé la France, il y a environ six ans sur le plan commercial.

Le Maroc est le premier client africain de l’Espagne et son deuxième client mondial en dehors de l’Union européenne. Il s’agit donc d’un partenaire essentiel. Au-delà du commerce, l’Espagne est le troisième contributeur en termes d’IDE, derrière la France et les Émirats arabes Unis. Mais souligne-t-il, si le Maroc décide de rompre les liens diplomatiques, les relations économiques ne seront pas automatiquement impactées.

El Yattioui explique que les investissements sont régis par le droit privé. « On aurait un ralentissement des investissements à venir mais les contrats déjà signés et les investissements ayant déjà eu lieu, ne vont pas s’interrompre du jour au lendemain ». Ainsi, « si nous avons des projets industriels entre le Maroc et l’Espagne avec des unités de production au Maroc, ceux-ci ne disparaîtront pas », ajoute-t-il. En revanche, ce qui pourrait arriver, c’est que si le Maroc décide de rompre les relations avec l’Espagne, « les futurs investissements et projets en cours de négociation pourront très probablement être suspendus ».

Nabil Adel quant à lui, estime que l’impact serait un peu plus dur pour le Maroc que pour l’Espagne si cela devait se produire, mais il rappelle qu’une rupture diplomatique ne signifie pas un arrêt des relations économiques. « Il va y avoir un rappel des ambassadeurs, des explications, mais je ne pense pas que cela va durer. Le scénario d’une rupture est extrêmement faible et aucun des deux voisins ne voudrait que les choses en arrivent jusque-là, compte tenu de l’enjeu. » Mais si cela se produisait, « le Maroc ferait valoir d’autres cartes que celles de l’économie, notamment sur le plan sécuritaire et migratoire, l’Espagne perdra donc beaucoup plus ».

Si les tensions semblent s’accentuer au fil des jours, notamment après la sortie de l’ambassadeur du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, qui a réagi aux propos « inappropriés » des représentants espagnols, Nabil Adel estime que la crise se dirige davantage vers un déblocage, plutôt qu’un blocage. « Le Maroc a obtenu ce qu’il voulait, à savoir qu’il soit entendu par un juge et c’est ce qui va se passer le 1ᵉʳ juin. »

Pour El Yattioui, ces tensions pourraient représenter une occasion de se rapprocher davantage du Royaume-Uni du fait de sa stratégie pro-active depuis le Brexit et en raison de son différend avec l’Espagne autour de Gibraltar. Un argument que nuance toutefois l’économiste Nabil Adel, selon qui, « ce n’est pas demain la veille qu’un client britannique pourra remplacer un client espagnol, cela prend du temps pour se mettre en place ». Il rappelle que pour arriver à la teneur de ces relations avec l’Espagne, cela a pris plusieurs décennies.

Beaucoup se demandent également ce qui pourrait advenir des Marocains résidant en Espagne. Pour El Yattioui, cela ne devrait avoir aucun impact. Les Marocains sur place ne seront pas touchés, car un nombre important détient la nationalité espagnole, rappelle-t-il. Il ne craint pas non plus pour la sécurité des ressortissants espagnols au Maroc. « Ce qui serait plus compliqué, c’est au niveau de la société espagnole, les Marocains pourraient subir des discriminations, du racisme », a-t-il indiqué.

Sujets associés : Espagne - Importations - Accord de libre échange - PIB - Consommation - Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

MRE : l’Espagne perdrait 500 millions d’euros après l’annulation de Marhaba 2021

L’exclusion de l’Espagne de l’opération annuelle Marhaba 2021 fait perdre d’énormes profits aux entreprises espagnoles. Elles appellent leurs responsables politiques à faire...

L’Espagne craint-elle une suspension de ses relations avec le Maroc ?

La suspension par le Maroc de ses relations avec l’Allemagne sonne comme un avertissement pour l’Espagne avec qui le royaume a des désaccords sur la même question de la...

L’Espagne salue l’excellente relation de coopération et de collaboration avec le Maroc

Depuis plusieurs années le Maroc et l’Espagne entretiennent de bonnes relations de coopération et de collaboration dans tous les domaines, a indiqué le ministre espagnol de...

L’Espagne ne changera pas sa position sur le Sahara (vidéo)

L’Espagne est disposée à travailler pour le rétablissement des relations avec le Maroc, mais elle maintient sa position en ce qui concerne la souveraineté du Sahara occidental....

Nous vous recommandons

Espagne

Plus de 2000 Marocains se font passer pour des Sahraouis pour avoir la nationalité espagnole

La police nationale a démantelé à Grenade un réseau de faussaires qui aurait aidé plus de 2 000 Marocains à obtenir un permis de séjour ou la nationalité espagnole, en leur falsifiant divers documents administratifs, les faisant passer pour des...

L’Espagne et le Maroc toujours divisés sur Ceuta et Melilla

En réponse aux questions de certains sénateurs des partis PP et Vox, le gouvernement espagnol a déclaré que le Maroc est un « partenaire stratégique » avec lequel il peut avoir des positions divergentes sur des questions essentielles comme celles de la...

Un Marocain victime de mauvais traitements dans un centre de migrants en Espagne

Un Marocain a déposé le 25 juillet une plainte devant le tribunal compétent, après avoir été battu par des policiers du centre d’accueil des étrangers (CIE) de Zapadores (Valence) alors qu’il se plaignait d’un mal de dents. Un témoin a corroboré lundi les...

La police marocaine met la main sur un Espagnol recherché par Interpol

Les éléments de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) ont procédé mardi 14 juin au port Tanger-Med à l’arrestation d’un ressortissant espagnol faisant l’objet d’une notice rouge d’Interpol. Il serait membre d’une organisation criminelle active entre...

L’Espagne refuse l’extradition d’un Marocain

L’Audience nationale a refusé l’extradition vers le Maroc d’un Marocain résidant dans la province d’Almeria, accusé d’appartenir à un groupe criminel dédié au trafic de migrants qui aurait fait entrer illégalement en Espagne 79 personnes à bord d’un bateau de...

Importations

Maroc : interdiction d’importer tous types de végétaux

Les voyageurs sont interdits d’introduire sur le territoire marocain tous types de végétaux, selon l’Office national de Sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA).

Des clarifications sur l’interruption des exportations du blé ukrainien vers le Maroc

Oksana Vasilyeva, ambassadeur de l’Ukraine à Rabat a apporté des clarifications sur l’interruption du blé ukrainien vers le Maroc, après l’invasion russe, lancée le 24 février dernier.

Le Maroc, premier pays importateur du champagne au Maghreb

Le Maroc est en tête des pays importateurs du champagne au Maghreb. C’est ce que révèle le rapport 2019 du Comité interprofessionnel des vins de champagne (CIVC).

Malgré le covid-19, l’activité portuaire en hausse

Malgré l’état d’urgence sanitaire décrété par les autorités marocaines, le trafic portuaire a progressé de 6,4 % durant les cinq premiers mois de l’année. Au total 39,6 millions de tonnes ont transité via les ports du...

Maroc : les subventions au pain coûtent très cher à l’Etat

Le Maroc a augmenté la subvention allouée au blé tendre qui, depuis le début de l’année en cours, est estimée à plus de 3MMDH. C’est ce qu’a annoncé jeudi à Rabat, Mustapha Baitas, ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du...

Accord de libre échange

Accords de libre échange : la nouvelle stratégie du Maroc

Le Maroc adopte une nouvelle stratégie de politique commerciale. Le royaume rééquilibre ses accords de libre échange avec ses partenaires, notamment la Turquie et l’Égypte.

Vers un accord de libre-échange entre le Maroc et l’Ukraine

L’Ukraine compte négocier un accord de libre-échange avec un certain nombre de pays d’Afrique du Nord, dont le Maroc, a indiqué le vice-ministre ukrainien du Développement économique, du commerce et de l’agriculture, Taras...

Accords de libre-échange : le Maroc met la pression sur la Tunisie et la Turquie

Après la Turquie, le Maroc, décidé à veiller au respect des Accords de libre-échange avec ses partenaires, vient d’instaurer des listes négatives avec la Tunisie et l’Égypte, excluant provisoirement certains produits du démantèlement tarifaire appliqué avec...

1er Janvier 2021 : entrée en vigueur de l’accord d’association Maroc-Royaume-Uni

L’accord d’association entre le Maroc et le Royaume-Uni entrera en vigueur le 1ᵉʳ janvier prochain, rappelle une Déclaration conjointe maroco-britannique.

L’Egypte laisse passer les voitures fabriquées à Tanger Med

Le lot de 250 voitures fabriquées au Maroc, bloquées par la douane égyptienne en mars dernier, a fini par accéder au marché égyptien.

PIB

De bonnes perspectives pour l’économie marocaine en 2022

L’économie marocaine devrait progresser de 3,2 % en 2022, selon les données du ministère de l’Économie et des finances qui annoncent des perspectives de croissance favorables.

Quid de l’impact de la corruption sur l’économie marocaine ?

Le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Benchaaboun a déclaré que la corruption fait perdre au Maroc jusqu’à 7% de son PIB par an.

Covid-19 au Maroc : des emplois sauvés grâce aux mesures d’urgence

Les mesures d’urgence prises par le Maroc pour lutter contre la propagation du coronavirus, ont eu des impacts positifs en termes de préservation d’emploi. En tout, 71 % des emplois directement menacés par la crise, auraient été sauvegardés, selon la...

Coronavirus : le Maroc perd six points de PIB

Le Confinement imposé aux Marocains a fortement impacté le secteur économique. Cette période d’inactivité a notamment fait perdre 6 points du produit intérieur brut (PIB), selon le ministre de l’Économie.

Le Maroc connaitra la croissance économique la plus forte en Afrique cette année

L’embellie économique du Maroc fait l’unanimité au sein des agences d’analyse de données économiques mondiales. Le royaume enregistrerait la plus forte croissance en Afrique cette année.

Consommation

Allègement du couvre-feu : joie chez les restaurateurs et cafetiers du Maroc

Restés pendant des mois sous le joug des restrictions instaurées pour freiner la propagation du virus, les restaurateurs et cafetiers du Maroc peuvent désormais souffler. La restriction du couvre-feu vient d’être allégée et prend effet ce...

Les Marocains préfèrent consommer local, selon une étude

Une étude menée par le groupe Sunergia sur la préférence des Marocains en matière de consommation, a révélé qu’ils sont nombreux à opter pour les produits fabriqués au Maroc.

L’huile d’olive marocaine sera-t-elle élue la meilleure au monde ?

Trente meilleurs dégustateurs du monde se réuniront les 18 et 19 mars à Cordoue, dans le sud de l’Espagne, à l’occasion du concours international Evooleum Awards, pour évaluer les échantillons des 100 meilleurs huiles d’olive extra vierges (EVOO) du monde...

Les ménages marocains reprennent confiance

Les ménages marocains renouent avec une certaine embellie, comme le traduit la situation financière future qui gagne 20,7 points par rapport au quatrième trimestre 2020 et 12,8 points par rapport au premier trimestre. Cette remontée de la confiance des...

Voici pourquoi le prix de la tomate a flambé au Maroc

Suite à la forte augmentation du prix de la tomate ces dernières semaines au Maroc, le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, était attendu pour donner les raisons de cette flambée que les Marocains ont du mal à...

Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération

Polisario : Bourita promet une riposte du Maroc à la hauteur de la provocation

Les nombreuses atteintes aux accords de cessez-le-feu et aux résolutions onusiennes du Polisario ne sont pas du goût du Maroc, qui menace de riposter fermement.

Maroc : soutien financier de 1,3 milliard d’euros de l’Allemagne

L’Allemagne a accordé au Maroc une enveloppe de 1,387 milliard d’euros, dont 202,6 millions d’euros sous forme de dons dans le cadre de la coopération au développement maroco-allemande, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, de la...

Nasser Bourita : le sommet arabe « ne doit pas être au service d’un quelconque agenda »

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, était mercredi au Caire, à la 157ᵉ session du Conseil de la Ligue des États arabes. Lors de son intervention, le ministre a appelé à une bonne préparation du Sommet arabe non seulement en termes de...

Plus de 4000 MRE décédés ont été rapatriés durant la crise du Covid-19

Le rapatriement des dépouilles des Marocains décédés à l’étranger a fait l’objet d’une question parlementaire au ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

Bourita et Arrancha se félicitent des relations qui unissent le Maroc et l’Espagne

Le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita s’est entretenu, ce mardi 24 février avec son homologue espagnole Arancha Gonzalez Laya. Au cours de ces échanges par visioconférence, les deux responsables se sont félicités de l’excellence des relations...