Maroc : les grands chantiers d’infrastructures prévus en 2022

3 novembre 2021 - 12h40 - Maroc - Ecrit par : A.T

En 2022, le gouvernement a prévu de lancer plusieurs projets d’infrastructures pour renforcer et entretenir son investissement dans ce secteur. Réseau routier et ferroviaire, maintenance portuaire et hydraulique, tels sont les champs qui seront impactés.

Lors de son intervention mardi à la Chambre des représentants sur l’examen du budget, le ministre de l’Équipement, du transport et de la logistique, Nizar Baraka a présenux élus l’état des lieux des travaux d’infrastructures réalisés ces dernières années par le Maroc, rapporte Les Inspirations Eco.

« Le Maroc a réalisé un important élan en matière d’infrastructures qui l’ont placé dans le top 20 en matière de développement des infrastructures et de captation des investissements nationaux et étrangers, même s’il faut avouer que le rendement de ces infrastructures a diminué de plus de 50 %, ce qui montre que le secteur privé n’a pas pu accompagner les efforts déployés », a-t-il indiqué.

À l’occasion, il a dévoilé les projets prévus dans ce secteur au titre de l’année 2022, souligne le journal, précisant que ces projets portent d’une part sur l’extension du réseau routier avec la poursuite des opérations ayant fait l’objet de conventions devant le souverain, et qui sont relatives à la mise à niveau des infrastructures routières des villes pour un montant global de plus 1,1 milliard de dirhams. Sur ce volet, les opérations de maintenance nécessiteront un budget de plus de 1,5 milliard de dirhams, a-t-il précisé.

A lire : Ces grands chantiers qui vont transformer le Maroc cette année

Ensuite, Baraka a indiqué que l’année prochaine le gouvernement va procéder au lancement de plusieurs projets portuaires de grande envergure, essentiellement le port de Dakhla Atlantique avec une enveloppe budgétaire de plus de 12,6 milliards de dirhams, ainsi que le projet d’extension des ouvrages de protection du port de Casablanca pour un coût qui dépasse 1,1 milliard de dirhams.

Dans le secteur ferroviaire, il est prévu un financement pour des études techniques préalables ainsi que la libération des emprises nécessaires, afin d’assurer la connectivité ferroviaire du port de Nador-West Med.

« Le démarrage du projet est prévu lorsque le montage financier sera définitivement stabilisé, sachant que le coût global du projet est estimé à 4,3 milliards de dirhams », fait savoir le journal, selon lequel pour les infrastructures hydrauliques, pas moins de 18 grands barrages sont en cours de construction. Les travaux de construction de deux grands barrages dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima ont été également évoqués.

Sujets associés : Investissement - Transports - Ministère de l’Equipement et du Transport - Loi de finances (PLF 2024 Maroc)

Aller plus loin

Malgré le Covid-19, le Maroc poursuit les chantiers d’infrastructures

Malgré la crise sanitaire que traverse le monde, le Maroc a maintenu le cap dans le domaine des infrastructures. Facteur majeur de croissance et de compétitivité, ce secteur...

Une nouvelle route entre Bouskoura et l’aéroport de Casablanca

L’aménagement de la voie de Taddart, reliant la ville verte de Bouskoura à l’Aéroport Mohammed V prévu dans le cadre du renforcement des infrastructures de transport dans la...

Maroc : lancement de 73 projets d’investissement dans 10 secteurs d’activité

Le Maroc a lancé une batterie de projets d’investissement avoisinant les trois milliards de dirhams et porteurs de plus de 10 000 opportunités d’emploi, indique un communiqué du...

Voici les grands projets de Casa Tramway pour 2021

Casa Tramway s’apprête à lancer plusieurs chantiers pour l’année 2021. L’entreprise a saisi l’occasion de son huitième anniversaire, pour lever le voile sur ses nouvelles...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : obligation de payer les contraventions avant de vendre une voiture

Au Maroc, toute personne désirant vendre sa voiture est tenue d’être à jour du paiement de sa Taxe spéciale annuelle sur les véhicules (TSAV), communément appelée vignette, en attendant la mise en œuvre d’une nouvelle réforme devant obliger à payer les...

Maroc : une aide directe pour les plus pauvres

Le gouvernement envisage d’accorder en 2023 une aide financière mensuelle directe à l’ensemble des familles démunies. Plus précisément, sept millions d’enfants et 3 millions de familles seront concernés.

Maroc : de nouveaux projets pour renforcer le « Made in Morocco »

Le Maroc poursuit sa marche vers la souveraineté industrielle. Mardi dernier, le gouvernement a procédé au lancement du 4ᵉ lot d’opportunités d’investissements, initiées dans le cadre de la banque à projets. Au total, 275 nouveaux projets ont été...

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.

Programme Noor Atlas : lancement d’un appel d’offres

L’agence marocaine pour l’énergie durable (Masen) est à la recherche d’un ou des constructeurs EPC du programme solaire Noor Atlas, pour une capacité d’environ 260 MW. Un appel d’offres a été lancé à cet effet.

Maroc : une taxe de 30% sur les « Iphone »

Les députés de la majorité parlementaire désapprouvent l’augmentation de 2,5 % à 30 % des droits de douane sur les smartphones importés, prévue dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Certains plaident pour une taxe sur les téléphones de luxe,...

Netflix, Spotify... Le Maroc serre la vis

Selon la loi de finances 2024, les fournisseurs de services non-résidents au Maroc ont désormais l’obligation de s’enregistrer sur la plateforme dédiée et d’obtenir un identifiant fiscal.

Le groupe Thalès renforce sa présence au Maroc, près de 150 emplois à terme

Le groupe français Thalès, spécialiste mondial de cybersécurité, va renforcer sa présence au Maroc à travers un nouvel investissement d’une valeur de plus de 350 millions de dirhams dédié au secteur de l’outsourcing.

La majorité des avocats marocains ne payent pas d’impôts

Face à la polémique liée à l’imposition des avocats, annoncée dans le PLF 2023, le gouvernement a dévoilé des chiffres inquiétants sur l’évasion fiscale constatée au sein de cette profession libérale.

Tournages de films au Maroc : chiffre d’affaires record pour le CCM en 2022

Très sollicité pour les tournages étrangers, le Maroc devrait renouer avec les bénéfices cette année. De nombreuses productions annulées en raison de la crise sanitaire et des mesures restrictives, sont de retour, selon le centre cinématographique...