Maroc : les homosexuels ont le plus souffert durant l’état d’urgence sanitaire

29 mars 2022 - 08h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les homosexuels et les migrants en situation irrégulière figurent parmi les personnes qui ont le plus souffert durant l’état d’urgence sanitaire. C’est ce que révèle un rapport du Conseil civil de lutte contre toutes les formes de discrimination.

Les migrants en situation irrégulière, les personnes à besoin spécifique et les homosexuels font partie de ceux qui en ont le plus souffert, indique le dernier rapport du Conseil Civil de lutte contre toutes les formes de discrimination. D’après le document, la précarité et la vulnérabilité de certains groupes de populations présents sur le territoire marocain se sont accrus à cause de l’état d’urgence sanitaire. L’état d’urgence sanitaire a non seulement limité leurs possibilités de faire valoir leurs droits mais a aussi fait émerger certaines formes de discriminations systémiques.

À lire : 88 % des Marocains ne souhaitent pas avoir d’ami homosexuel

Selon les explications des auteurs du rapport, les mesures de lutte contre la pandémie de Covid-19 « ont prévu de nouveaux délits qui ont fait courir à ceux qui les enfreignent des risques de poursuite pénale, sans pour autant prendre en compte les spécificités de certaines catégories de résidents » : les étrangers, les personnes dépendantes aux drogues et autres. Bon nombre d’entre eux ont été poursuivis pour avoir enfreint, malgré eux, les restrictions.

À lire : Des homosexuels arrêtés à Tanger

Pour étayer leurs propos, ils citent en exemple « les migrants en situation irrégulière qui ont été arrêtés et détenus durant l’état d’urgence sanitaire, en dehors de tout cadre juridique ». Sans possibilité d’avoir des moyens de recours. Le Conseil Civil de lutte contre toutes les formes de discrimination a dénoncé ces pratiques qui, selon lui, ne datent pas de la pandémie. Elles étaient appliquées par le passé, notamment dans le cadre de la lutte contre les migrations irrégulières et du contrôle des frontières. Entre mars et décembre 2020, 490 personnes étrangères, majoritairement ressortissantes d’Afrique de l’Ouest et Centrale, avaient été arrêtées, principalement dans les villes de Tanger, Laâyoune, Rabat, Dakhla et Nador, précise l’association.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration - Homosexualité Maroc

Aller plus loin

Des homosexuels arrêtés à Tanger

Cinq individus ont été interpellés samedi par les éléments de la préfecture de police de Tanger. Les suspects, des homosexuels, sont poursuivis pour atteinte à la pudeur et...

Le Maroc prolonge l’état d’urgence sanitaire jusqu’à fin juin

Une fois de plus, le Maroc vient de décider de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’à fin juin, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Des lesbiennes marocaines en prison au Qatar

Des lesbiennes marocaines sont détenues à Doha en raison de leur orientation sexuelle, l’homosexualité étant un délit passible de sept ans de prison au Qatar. Elles sont...

Ces articles devraient vous intéresser :

Des conseils pour les LGBT désireux de se rendre au Maroc

Habituée des voyages, une lesbienne prodigue des conseils sécurité aux membres de la communauté LGBT désireux de voyager au Maroc et dans d’autres pays comme la Russie.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.

Éric Ciotti (Les Républicains) en visite au Maroc

Une délégation du parti Les Républicains, menée par Éric Ciotti, a annoncé sa visite au Maroc du 3 au 5 mai prochains dans le but de poursuivre « une relation de fraternité et de responsabilité » avec le royaume.

Maroc : une série télévisée accusée de faire l’apologie de l’homosexualité

La série « 2 wjoh » (deux visages) aborde-t-elle l’homosexualité ? C’est en tout cas ce que semblent dénoncer de nombreux internautes sur les réseaux sociaux après la diffusion d’un extrait du teaser de la série qui sera diffusée tous les jours à 19h45...

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.