Au Maroc, l’investissement privé piétine

1er novembre 2021 - 14h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Le Maroc est à la traîne en termes d’investissements privés alors que l’investissement public progresse. C’est ce que révèle une étude basée sur les bilans des entreprises non financières privées évoluant dans le secteur formel, réalisée par Inforisk, cabinet spécialisé dans le renseignement commercial.

Les investissements de ces entreprises sont passés de 75 milliards de dirhams en 2014 (équivalent à près de 8 % du PIB) à 50 milliards de dirhams (4 % du PIB) en 2019, précise l’étude. Sur 10 ans, le total atteint seulement 621 milliards de dirhams. Les estimations indiquent que la part de l’investissement privé au Maroc avoisine 25 % contre 75 % pour le secteur public. À comparer à la part de l’investissement privé dans des pays comme la Turquie (85 % contre 15 % pour le public), la situation est très peu reluisante au Maroc. Conscient de cette réalité, le royaume entend à travers son nouveau modèle de développement porter la part de l’investissement privé à 65 % contre 35 % pour le public.

À lire : Le Maroc attire à nouveau les investissements directs étrangers

Autre problème : « Quelques entreprises concentrent aujourd’hui la majorité des investissements privés au Maroc », observe Amine Diouri, directeur études et communication chez Inforisk auprès de Le360. Il fait remarquer que ce phénomène se retrouve dans la fiscalité marocaine où 80 % des recettes fiscales sont apportés par 0,8 % des entreprises.

Les grandes entreprises investissent un montant moyen de près de 63 millions de dirhams : 3,3 millions de dirhams pour les PME et de 200 000 dirhams pour les TPE, précise l’étude. « Ce constat nous amène à poser la question du ‘comment’ ? L’investissement privé n’est pas qu’une question de chiffres, mais aussi une question de choix du modèle de développement », souligne le responsable.

L’étude montre par ailleurs que la crise sanitaire liée au Covid-19 et ses effets néfastes sur l’activité économique constituent un frein à l’investissement privé. 81 % des entreprises sondées n’ont pas l’intention d’investir en 2021, fait-on savoir.

Sujets associés : Investissement - Etude

Aller plus loin

Investissement privé au Maroc : la banque mondiale sonne l’alarme

L’investissement privé est en chute libre au Maroc. C’est du moins ce que révèle la banque mondiale dans son nouveau rapport de suivi de l’économie marocaine.

La France principale destination des investissements marocains

En 2021, la France a été le principal pays de destination des flux nets des investissements directs marocains à l’étranger (IDME), avec 1,4 milliard de dirhams (MMDH), selon...

Investissements au Maroc 23 projets évalués à 9,74 milliards de DH validés

23 projets de conventions et d’avenants aux conventions d’investissement, d’un coup total de 9,74 milliards de Dirhams (MMDH), ont été examinés et approuvés vendredi par la...

Le roi Mohammed VI préside une séance de travail dédiée à l’investissement

Le Maroc va se doter bientôt d’une nouvelle charte des investissements. La nouvelle feuille de route a fait l’objet, mercredi, d’une séance de travail sous la présidence du roi...

Ces articles devraient vous intéresser :

Transition énergétique : le Maroc sur la bonne voie

Dans un contexte difficile marqué par la crise énergétique et la flambée des prix, le Maroc est passé à la vitesse supérieure sur son chantier de la transition énergétique. Grâce à sa politique axée sur l’investissement privé dans le secteur, le...

Où va l’argent des Marocains du monde ?

Les transferts des MRE ont atteint des niveaux record ces dernières années, malgré la crise sanitaire du Covid-19 et la conjoncture économique. À fin 2022, ces envois pourraient s’élever à 100 milliards de dirhams, soit une hausse de 13% par rapport à...

Dessalement de l’eau : le Maroc lance la construction de trois stations cette année

Afin de faire face à la pénurie d’eau potable, le Maroc prévoit de construire, cette année, trois nouvelles stations de dessalement de l’eau. L’objectif est d’atteindre une production d’un milliard de mètres cubes d’ici à 2030.

Les MRE, une source importante de devises pour le Maroc

Le premier retour des Marocains résidant à l’étranger (MRE) au Maroc après la pandémie de Covid-19 est marqué par un fort afflux de devises.

Maroc : fort engouement pour le statut d’auto-entrepreneur

Le nombre d’auto-entrepreneurs continue d’augmenter au royaume. Fin 2021, ils étaient 373 663, soit quatre fois plus qu’il y 4 ans, d’après les chiffres la Direction Générale des Impôts (DGI).

Cannabis : des entreprises étrangères attendent leur autorisation au Maroc

Suite à l’adoption du projet de loi sur l’usage légal du cannabis, plusieurs investisseurs étrangers manifestent leur intérêt pour investir dans ce domaine au Maroc. Plus d’une dizaine d’entre eux attendent leurs autorisations, selon le député...

Une entreprise canadienne pour le traitement des rejets de la station de Bouregreg

Aquatech Maroc, filiale du groupe Aquatech International basé au Canada, a été retenue au terme de la procédure de sélection de l’entreprise qui aura en charge la gestion et l’exploitation des installations et ouvrages de l’unité de traitement des...

Le Maroc veut augmenter la part d’investissements des MRE

Au Maroc, la part d’investissement privé provenant des Marocains du monde reste faible. Seulement 10 % des transferts des MRE y sont consacrés. Un dispositif incitatif se met en place pour mieux mobiliser les investissements de cette communauté.

Le Maroc facilite la vie aux investisseurs

À compter de l’année prochaine, le nombre de documents requis pour le traitement des dossiers d’investissement au Maroc sera réduit de près de la moitié.

Gazoduc Maroc – Nigeria : le groupe russe OMK ne veut pas investir dans le projet

Les informations selon lesquelles, le groupe russe OMK, spécialisé dans la métallurgie, était impliqué dans le financement du projet de gazoduc Maroc – Nigeria, sont fausses. La direction a apporté un démenti, niant toute intention d’investir dans ce...