Au Maroc, l’investissement privé piétine

1er novembre 2021 - 14h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Le Maroc est à la traîne en termes d’investissements privés alors que l’investissement public progresse. C’est ce que révèle une étude basée sur les bilans des entreprises non financières privées évoluant dans le secteur formel, réalisée par Inforisk, cabinet spécialisé dans le renseignement commercial.

Les investissements de ces entreprises sont passés de 75 milliards de dirhams en 2014 (équivalent à près de 8 % du PIB) à 50 milliards de dirhams (4 % du PIB) en 2019, précise l’étude. Sur 10 ans, le total atteint seulement 621 milliards de dirhams. Les estimations indiquent que la part de l’investissement privé au Maroc avoisine 25 % contre 75 % pour le secteur public. À comparer à la part de l’investissement privé dans des pays comme la Turquie (85 % contre 15 % pour le public), la situation est très peu reluisante au Maroc. Conscient de cette réalité, le royaume entend à travers son nouveau modèle de développement porter la part de l’investissement privé à 65 % contre 35 % pour le public.

À lire : Le Maroc attire à nouveau les investissements directs étrangers

Autre problème : « Quelques entreprises concentrent aujourd’hui la majorité des investissements privés au Maroc », observe Amine Diouri, directeur études et communication chez Inforisk auprès de Le360. Il fait remarquer que ce phénomène se retrouve dans la fiscalité marocaine où 80 % des recettes fiscales sont apportés par 0,8 % des entreprises.

Les grandes entreprises investissent un montant moyen de près de 63 millions de dirhams : 3,3 millions de dirhams pour les PME et de 200 000 dirhams pour les TPE, précise l’étude. « Ce constat nous amène à poser la question du ‘comment’ ? L’investissement privé n’est pas qu’une question de chiffres, mais aussi une question de choix du modèle de développement », souligne le responsable.

L’étude montre par ailleurs que la crise sanitaire liée au Covid-19 et ses effets néfastes sur l’activité économique constituent un frein à l’investissement privé. 81 % des entreprises sondées n’ont pas l’intention d’investir en 2021, fait-on savoir.

Sujets associés : Investissement - Etude

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Maroc : l’investissement public en hausse de 37%, entre 2011 et 2021

Entre 2011 et 2021, l’investissement public a connu une hausse de 37%, passant de 167,3 milliards à 230 milliards de dirhams prévus en 2021. C’est ce qu’indique la sixième version...

La diaspora, une niche d’investissements pour le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) participent activement au développement socio-économique du royaume depuis de nombreuses années. Cet apport passe entre autres par les...

Le roi Mohammed VI préside une séance de travail dédiée à l’investissement

Le Maroc va se doter bientôt d’une nouvelle charte des investissements. La nouvelle feuille de route a fait l’objet, mercredi, d’une séance de travail sous la présidence du roi...

Le Maroc veut augmenter la part d’investissements des MRE

Au Maroc, la part d’investissement privé provenant des Marocains du monde reste faible. Seulement 10 % des transferts des MRE y sont consacrés. Un dispositif incitatif se met en...

Nous vous recommandons

Investissement

Le Four Seasons Marrakech racheté

L’hôtel Four Seasons de Marrakech a été cédé au fonds anglais Actis et à l’Ougandais Moez Mangajli.

Près de 8000 entreprises créées à Marrakech en 2021

En 2021, près de 8000 entreprises ont été créées à Marrakech, en hausse de 27 % par rapport à 2020, selon le centre régional d’investissement (CRI) de la région.

Maroc : fort engouement pour le statut d’auto-entrepreneur

Le nombre d’auto-entrepreneurs continue d’augmenter au royaume. Fin 2021, ils étaient 373 663, soit quatre fois plus qu’il y 4 ans, d’après les chiffres la Direction Générale des Impôts (DGI).

Le gouvernement encourage les MRE de Belgique à investir au Maroc

Les autorités marocaines sont à l’écoute des entrepreneurs établis en Belgique. Ce lundi, la ministre déléguée chargée des Marocains résidant à l’étranger a annoncé que les premiers bénéficiaires du projet Maghrib Belgium Impulse (MBI) auront tout l’accompagnement...

La gestion du projet de gazoduc Maroc-Nigéria confiée à une coentreprise

Dans un communiqué conjoint, le Maroc et le Nigeria ont annoncé avoir confié la gestion du projet de gazoduc à une coentreprise composée d’ILF Consulting et DORIS Engineering.

Etude

Covid-19 : l’activité de l’industrie du sport a régressé de plus de 60% au Maroc

À l’instar de tous les secteurs, l’industrie du sport a subi les effets la crise sanitaire. Au Maroc, l’activité des entreprises qui y évoluent a baissé de 64 %, d’après une récente étude réalisée par Stadia et Sports Management...

Le Prince Moulay El Hassan étudiera au Maroc

Après avoir décroché son baccalauréat avec une mention très bien, le prince héritier Moulay El Hassan a décidé de s’inscrire à l’université Mohammed VI polytechnique de Benguerir.

Le Maroc pourrait perdre 10 millions de touristes

L’impact de la crise sanitaire liée au coronavirus sur le tourisme marocain perdure. Certaines études montrent que le Maroc pourrait perdre jusqu’à 10 millions de touristes cette année.

Légalisation du cannabis : une manne financière pour le Maroc

La mise en œuvre de la loi 13-21 relative à la légalisation du cannabis médical va générer une augmentation des recettes de l’ordre des 40 % par rapport aux apports actuels en plus des avantages sur les plans sanitaire, environnemental et économique. C’est...

« La jeunesse marocaine est engagée dans une sorte d’éducation sexuelle néfaste »

La jeunesse marocaine est engagée dans une sorte d’éducation sexuelle néfaste et une représentation des relations dans les films sexuels imparfaite. C’est ce que révèle une étude consacrée à la perception de la jeunesse marocaine sur plusieurs concepts, dont...