Les autorités et la presse divergent sur les limites de la liberté d’expression

11 décembre 2008 - 18h36 - Maroc - Ecrit par : L.A

Les récents procès intentés contre des organes de presse indépendants au Maroc ont suscité un vif débat concernant les relations entre la presse et les autorités. La presse indépendante marocaine accuse les autorités de tenter de la museler en faisant en sorte que le système judiciaire applique des amendes financières très élevées. Une accusation que réfutent les autorités, qui dénient toute implication dans cette affaire et soulignent l’existence de lois régissant la liberté d’expression.

Le ministre marocain de la Communication Khalid Naciri a déclaré à Magharebia que "certains journaux ont le droit d’affirmer qu’un tel conflit existe ; après tout, nous sommes dans un pays libre".

"Il n’y a aucune confrontation entre les deux parties ; il y a simplement des actions en justice intentées par des particuliers, le gouvernement n’a lui-même intenté aucune action", explique-t-il.

M. Naciri faisait référence à un procès contre le journal indépendant Al Massae, qui s’est vu contraint de payer six millions de dirhams pour diffamation à l’encontre de quatre procureurs du Roi, dont la cour a tranché qu’ils avaient été accusés d’homosexualité par le journal.

"Un débat est en cours pour tenter de parvenir à une voie conciliante qui emporte l’adhésion de toutes les parties dans le cadre de l’arrêt des violations aux droits des citoyens. L’exercice démocratique dépend du respect par la presse des limites de la moralité", a précisé le ministre.

Le directeur de la publication d’Al Massae Rachid Nini affirme que les relations entre la presse indépendante et le gouvernement n’ont jamais été très bonnes. "Mais au final, c’est la loi qui décide. Le problème au Maroc, c’est que le système judiciaire n’est ni indépendant ni impartial", a-t-il expliqué à Magharebia.

"Les relations tendues entre la presse et les autorités résultent d’une part de frictions entre le système judiciaire et la presse, et d’autre part entre la presse et les autorités, qui utilisent le système judiciaire pour tenter de détruire la presse."

Mohamed Eddaou Siraj, secrétaire général du Syndicat National de la Presse Marocaine (SNPM), a récusé tout conflit intrinsèque entre la presse et l’Etat. Il a néanmoins expliqué à Magharebia que certains excès avaient été commis par ce dernier, et que certains journalistes avaient violé le code de déontologie.

M. Siraj a souligné la nécessité d’un comportement professionnel de la part des journalistes, et d’une meilleure compréhension par les autorités du travail de journaliste. Il a estimé que les procès intentés à des journaux étaient une chose ordinaire, mais a fait part de sa surprise au vu du montant exorbitant des amendes imposées par les tribunaux.

La tension avec l’Etat est "éternelle, en particulier lorsque la presse est juste et objective", a déclaré Ali Nasih, le secrétaire général du Club de la Presse Méditerranéenne du Maroc. "La presse n’accepte pas le statu quo, et, ce faisant, elle embarrasse des autorités." De plus, la presse "s’efforce d’apporter le changement", a-t-il ajouté, "et est donc en conflit avec les autorités. Pour sa part, l’Etat s’efforce de sortir victorieux de ces conflits."

Mohamed Darif, professeur de science politique à in Casablanca, a expliqué à Magharebia : "Le problème principal tient à la compréhension du concept de liberté d’expression. Certains journalistes estiment qu’ils peuvent dire ce qu’ils veulent, parfois au-delà des limites de leur mission. Pour leur part, les autorités comprennent ce principe sous un jour radicalement différent."

Source : Magharebia - Naoufel Cherkaoui

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Presse - Procès - Liberté d’expression - Rachid Nini - Khalid Naciri - Syndicat - Sexualité

Ces articles devraient vous intéresser :

Ali B : un nouvel abum pour faire oublier ses ennuis judiciaires

Après avoir été éclaboussé par une affaire d’agressions sexuelles sur des candidates de l’émission The Voice of Holland, le rappeur néerlandais d’origine marocaine Ali B préparerait son retour sur la scène musicale. Il serait sur le point de sortir un...

Les adouls marocains vont préparer les jeunes mariés à la vie sexuelle

L’Ordre National des Adouls au Maroc, l’Association marocaine de planification familiale (AMPF) et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) s’unissent pour préparer les jeunes marocains au mariage. Une convention dans ce cadre, a été...

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Taxis contre Indrive : quand la rue marocaine devient un ring

La Coordination nationale et le Bureau régional de l’Organisation nationale pour les droits humains et la défense des libertés au Maroc appellent les autorités responsables du secteur des transports à trouver des solutions efficaces pour résoudre le...

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Maroc : les sites pour adultes cartonnent pendant le ramadan

Les Marocains sont friands des sites pour adultes pendant ce mois de ramadan. À quel moment visitent-ils ces sites ?

Maroc : très bonne nouvelle pour les salariés

En application de l’accord signé le 30 avril 2022 entre le gouvernement et les syndicats, le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) va augmenter de 5 % dès le 1ᵉʳ septembre dans les secteurs de l’industrie, du commerce, de l’agriculture et...

Khalid Naciri, ancien ministre marocain, s’éteint à l’âge de 77 ans

Khalid Naciri, ancien ministre de la Communication sous le gouvernement El Fassi et l’un des dirigeants du Parti du progrès et du socialisme (PPS), est décédé mercredi soir dans une clinique à Rabat à l’âge de 77 ans. Diplomate et communicant émérite,...

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.