Taxis contre Indrive : quand la rue marocaine devient un ring

25 mars 2024 - 20h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

La Coordination nationale et le Bureau régional de l’Organisation nationale pour les droits humains et la défense des libertés au Maroc appellent les autorités responsables du secteur des transports à trouver des solutions efficaces pour résoudre le conflit récurrent entre les professionnels de taxi et les chauffeurs « Indrive ». Ils estiment que cette situation pourrait affecter la sécurité publique et le tourisme.

La Coordination nationale et le Bureau régional de l’Organisation nationale pour les droits humains et la défense des libertés au Maroc sont préoccupés par le conflit entre les professionnels de taxi et les chauffeurs « Indrive ». Dans un communiqué, ils évoquent la vidéo montrant un conducteur « Indrive » harcelé et attaqué par un chauffeur de taxi. Selon eux, il est temps de régler les « les différends existants entre ces deux catégories du secteur des transports ». « Une solution médiane entre elles doit être trouvée », réclament-ils, assurant par ailleurs qu’ils « ne favorisent pas la propagation du transport clandestin, mais demandent la régulation de ce nouveau secteur désiré par une large tranche de la population marocaine.

À lire :Casablanca : un conducteur "Indrive" agressé par un chauffeur de taxi, deux interpellations

L’Organisation nationale pour les droits humains et la défense des libertés au Maroc a également décrié le comportement de certains chauffeurs de taxi. « Selon ce que nous vivons dans la rue marocaine, le comportement de certains chauffeurs de taxis pousse le client à demander des voitures d’applications « In Drive » malgré l’absence de documents les autorisant à travailler dans le secteur des transports », fait-elle remarquer. Pour étayer ses propos, elle affirme avoir « reçu plusieurs plaintes déposées à ses bureaux de la part de citoyens se plaignant du mauvais traitement reçu de la part des chauffeurs de taxis, sans parler de la conduite controversée de certains d’entre eux dans les rues et les ruelles sans respect pour le Code de la route et même l’état mécanique de certaines voitures suscite la controverse ».

À lire :Un chauffeur "InDrive" violemment agressé à Casablanca (vidéo)

L’organisation assure ne pas être « biaisée contre quiconque », mais qu’elle « examine les plaintes des citoyens, ce qui est une réalité que nous vivons quotidiennement avec une catégorie de chauffeurs de taxis, certains ne méritent pas “la licence de confiance”, et il y en a même qui ne méritent pas même le terme de chauffeur de taxi à cause de leurs comportements et de leur traitement des clients ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tourisme - Routier - Syndicat - Transport en commun

Aller plus loin

Un chauffeur "InDrive" violemment agressé à Casablanca (vidéo)

À Casablanca, la tension monte encore entre les utilisateurs des applications intelligentes et les chauffeurs de taxi. L’absence d’une loi régulant ce nouveau type de transport...

Maroc : le chauffeur de taxi était aussi un voleur

Un homme, au volant d’un taxi, a été arrêté dimanche par la police judiciaire du quartier de Yaacoub Al Mansour relevant de la préfecture de police de Rabat, après avoir causé...

Soufiane, chauffeur de taxi, agressé sauvagement par des clients aux Pays-Bas

Soufiane, un chauffeur de taxi de 27 ans, a été agressé par deux clients lors d’un trajet entre Wateringen et La Haye aux Pays-Bas.

Marrakech retire le permis au chauffeur de taxi arnaqueur d’un YouTubeur

La sanction est tombée. Les autorités de Marrakech ont retiré le permis au chauffeur de petit taxi, accusé d’avoir escroqué un célèbre YouTubeur britannique.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le tourisme au Maroc : une nouvelle feuille de route ambitieuse pour 2023-2026

Le Chef du Gouvernement marocain a présidé une cérémonie de signature pour le déploiement d’une feuille de route stratégique pour le tourisme 2023-2026. Celle-ci a pour objectif d’attirer 17,5 millions de touristes, d’atteindre 120 milliards de...

Tourisme : Le Maroc, victime de son succès... et d’AirBnB

Les recettes touristiques du Maroc poursuivent leur tendance à la baisse. Après une chute de 905 millions de dirhams (−10,5 %) en janvier, elles ont dégringolé de 1,06 milliard de dirhams (−6,7 %) à fin février. Pendant ce temps, les arrivées...

Des villages marocains parmi les plus beaux du monde

Deux villages marocains figurent sur la liste des plus beaux villages du monde qui ont reçu la palme de « Best Tourism Villages 2022 » de la part de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Marrakech veut en finir avec la mendicité et les SDF

La ville de Marrakech mène une lutte implacable contre la mendicité professionnelle et le sans-abrisme, qui porte déjà ses fruits. À la manœuvre, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et la brigade touristique.

Le Maroc veut devenir une destination touristique incontournable

La ministre marocaine du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, a dévoilé la nouvelle feuille de route élaborée pour le secteur à l’horizon 2026 afin de faire du Maroc l’une des plus grandes destinations touristiques au monde.

L’un des plus beaux endroits au monde est Marocain

L’Erg Chebbi, ou dunes de Merzouga dans le Sahara marocain, est l’un des plus beaux endroits au monde, selon un classement réalisé par Time Out.

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...

Maroc : voici les plages qu’il faut éviter cette année

Alors que les 24 plages propres (Pavillon bleu) au Maroc ont été révélées cette semaine, le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable vient de publier la liste des plages où il n’est pas recommandé de se baigner cette année.

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.

Au Maroc, le marché opaque des locations saisonnières

Dans le secteur de la location saisonnière, les agences de voyages opérant au Maroc font face à une « concurrence illégale » des courtiers qui tirent grand profit de l’activité à leur détriment. Des voix s’élèvent pour appeler à l’assainissement du...