Maroc : une nouvelle loi pour réglementer l’utilisation des pesticides

8 avril 2021 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

La Cour des comptes a publié un rapport accablant sur les pesticides dangereux, obligeant la Chambre des représentants à prendre ses responsabilités. À cet effet, le parlement se prépare à étudier un projet de loi adopté en 2020 en Conseil de gouvernement pour encadrer l’utilisation des pesticides.

Le Parlement va bientôt légiférer sur l’usage des pesticides au Royaume. C’est la conséquence du rapport accablant de la Cour des comptes sur les pesticides. En effet, la Cour des comptes avait produit des données concernant le désordre qui caractérise l’utilisation des pesticides agricoles et l’absence de contrôle.

À la suite de ce rapport qui interpelle les dirigeants, la Chambre des représentants a décidé voter une nouvelle loi pour mieux encadrer l’usage des pesticides agricoles. L’un des axes de cette loi sera de freiner la vente illicite des pesticides agricoles et les intrants composés d’éléments chimiques sulfureux et toxiques. Dans son rapport, la Cour des comptes avait révélé que l’absinthe consommée dans le pays était non conforme aux normes sanitaires. Il en est de même pour 59 % de la menthe, 78 % du persil et 36 % de la coriandre sur le marché marocain.

Le projet de loi qui sera en étude remplacera la loi 42.95 et aura pour ambition de renforcer les capacités des autorités compétentes en matière d’évaluation des risques et de contrôle des produits phytopharmaceutiques, dans la perspective de limiter l’utilisation des produits les plus dangereux, rapporte Al Massae.

Par ailleurs la nouvelle loi édictera des principes pour encourager l’utilisation de produits à faible risque et de promouvoir le remplacement des produits chimiques par des méthodes alternatives.

L’Exécutif saisira l’occasion de cette loi pour organiser et contrôler la commercialisation de ces produits. Les nouvelles dispositions légales détermineront les personnes qualifiées pour exercer ces activités. Ces personnes devront être titulaires d’un agrément délivré à cet effet par les autorités compétentes, indique le quotidien qui fait part de la création d’une Commission nationale des produits phytopharmaceutiques.

Cette nouvelle commission, composée de membres de l’administration et de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), sera chargée de donner un avis consultatif sur l’approbation des substances actives, des phytoprotecteurs et des synergistes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Lois - Agriculture - Parlement marocain - Conseil de gouvernement

Aller plus loin

L’Europe écoule des pesticides interdits au Maroc

Greenpeace et Public Eye affirment que des entreprises européennes exportent 41 pesticides interdits au sein de l’UE vers plusieurs pays dont entre autres, le Maroc, le Brésil,...

Les Marocains consomment-ils des fruits et légumes cancérigènes ?

Ces derniers mois, des cargaisons de fruits et légumes d’origine marocaine sont refoulées sur une large partie du marché européen à cause de leur teneur en pesticide prohibé. Le...

Les pesticides proscrits en Europe bientôt interdits d’utilisation au Maroc

À partir du mois de mars, le Maroc va interdire l’utilisation des pesticides proscrits en Europe. Le royaume entend réviser les autorisations accordées à dix substances actives...

Pays-Bas : découverte de résidus chimiques dans des oranges marocaines

Les douanes néerlandaises ont découvert des résidus chimiques dans des oranges marocaines importées aux Pays-Bas. Il s’agit du chlorpyrifos, un produit chimique, qui agit comme...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : plus d’exonérations aux promoteurs immobiliers ?

Le conseil de gouvernement veut sonner la fin des exonérations accordées aux promoteurs immobiliers. Elles seront remplacées par des aides directes, lesquelles seront accordées aux acquéreurs.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Accord de pêche : le Maroc et l’UE font le point

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Maroc s’est réunie les 9 et 10 novembre à Rabat.

Restrictions d’eau : voici ce qui attend les Marocains

Face à une crise hydrique majeure imminente, le gouvernement d’Aziz Akhannouch a pris des mesures strictes pour lutter efficacement contre la pénurie d’eau.

Les objectifs ambitieux du Maroc pour la culture de dattes

Le Maroc a des objectifs ambitieux pour la culture des dattes. Il entend notamment atteindre une production annuelle de 300 mille tonnes d’ici 2030 et se donne les moyens pour sa concrétisation.

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire sera-t-il à nouveau prorogé ?

Au menu du prochain Conseil de gouvernement qui se tiendra jeudi sous la présidence du Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, plusieurs sujets seront abordés dont l’examen du projet de décret relatif à la prorogation de la durée de l’état d’urgence...

Les engrais du Maroc, à teneur élevée en cadmium, interdits dans l’UE

Les engrais phosphatés du Maroc et d’autres pays contenant plus de 60 milligrammes de cadmium par kilo ne sont plus autorisés sur le marché de l’Union européenne, selon une décision communautaire récemment entrée en vigueur.

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.