Maroc : Un maire écope de 2 ans de prison pour corruption

13 août 2015 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : J.L

Le président d’une commune rurale de la région de Taounate du Parti Authenticité et Modernité (PAM), a été condamné à deux ans de prison ferme et une amende de 60.000 DH, par le tribunal de première instance de Meknès.

L’élu dénoncé fin juillet par un entrepreneur MRE à travers le numéro vert anti-corruption, initié par le ministère de la Justice, a été arrêté en flagrant délit de corruption.

Le mis en cause exigeait de l’entrepreneur une importante somme d’argent pour débloquer le paiement d’un marché que l’homme d’affaires avait réalisé pour le compte de la commune.

Le "Pamiste" est également interdit de se présenter aux élections pendant deux mandats. Le président de commune a été arrêté en possession du chèque de 60.000 DH délivré par l’entrepreneur.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Meknès - Taounate - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Ministère de la Justice et des Libertés

Aller plus loin

Maroc : un président de commune condamné à trois ans de prison ferme pour corruption

Un président d’une commune rurale vient d’être condamné à trois ans de prison ferme pour corruption.

Maroc : Dix ans de prison pour un maire accusé de faux et usage de faux

Le maire de la commune de Bni Ahmed Imoukzan, dans la province d’Al Hceïma, au nord-est du Maroc, accusé de faux et usage de faux, a été condamné à dix ans de prison ferme par...

Corruption : Un entrepreneur MRE piège un élu à Meknès

Le président d’une commune rurale de la région de Taounate, à 80 km au sud de Fès, a été arrêté en flagrant délit de corruption lundi par la police judiciaire de Meknès, alors...

Maroc : ce que prévoit le gouvernement contre la corruption

A son arrivée à la tête du gouvernement, Abdelilah Benkirane avait mis dans ses priorités la lutte contre la corruption. Trois ans plus tard, il reconnaît lui même qu’il a...

Ces articles devraient vous intéresser :

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Abdellatif Ouahbi accusé par les salafistes d’atteinte à l’islam

La réforme du Code de la famille passe mal chez les salafistes. Prêcheurs et imams de mosquées sont en colère contre le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi.