Recherche

Maroc : la minorité chrétienne « condamnée à vivre sa foi en silence »

© Copyright : DR

14 octobre 2013 - 13h33 - Société

Au Maroc, « les membres de la minorité chrétienne se réunissent en secret pour lire ensemble l’évangile, mais ils savent qu’il pèse sur eux un article du code pénal marocain qui peut les condamner à 3 ans de prison dans un pays où abandonner l’Islam est interdit », estime le journal La Razon dans son édition de ce lundi 14 octobre.

Pour le journal, qui prend comme exemple Mohamed Al Biladi, condamné par un tribunal marocain pour avoir « ébranlé la foi d’un musulman », il n’est pas facile de vivre sa foi de chrétien au Maroc. Et pour cause : l’article 220 du code pénal marocain condamne à 3 ans de prison toute personne qui tente d’ébranler la foi d’un musulman.

Mohamed Al Biladi s’en défend et estime qu’il n’a jamais essayé de convertir d’autres musulmans à la religion chrétienne, ni même offert des bibles. Il reconnaît seulement avoir répondu, parfois, aux questions de « ses compatriotes » sur les raisons de sa conversion au christianisme, religion qu’il a embrassée il y a 7 ans, « convaincu par des programmes écoutés à la radio ».

En septembre dernier, Mohamed a été arrêté dans son village Ulad Amar, à 70 km de Fès, après avoir été dénoncé par « ses propres amis ». En seulement 48 heures, il a été interrogé par la police, jugé et condamné en première instance à 2 ans et demi de prison.

Relâché depuis après une forte mobilisation nationale et internationale, il comparaîtra le 26 décembre prochain pour les mêmes faits, pour laisser « le temps à ses avocats, au nombre de 12, de préparer sa défense ».

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact