Maroc : les opérateurs du tourisme entre incompréhension, colère et désespoir

13 décembre 2021 - 17h00 - France - Ecrit par : S.A

Au Maroc, le secteur du tourisme est toujours plombé par le manque de visibilité. Les professionnels ont du mal à comprendre les décisions du gouvernement (de fermer les frontières) qui douchent chaque fois leurs espoirs de pouvoir mener convenablement l’activité touristique dans ce contexte de crise sanitaire liée au coronavirus. Ils perdent la confiance des clients et des agences de voyages françaises.

« Nous sommes très déçus par la prolongation de la fermeture, après encore de faux espoirs et malgré les appels de toute la profession à sauver notre économie. Combien d’acteurs vont fermer leurs portes par lassitude ou par difficultés financières ? », s’emporte un réceptif marocain du Nord du pays. Une fois de plus, les opérateurs du tourisme ne pourront pas profiter des vacances pour réaliser de gros chiffres d’affaires. « Depuis deux ans, ils (les dirigeants du pays, NDLR) ont annulé toutes les vacances (fermeture du ciel en mars 2020, puis mars 2021, l’été et décembre). À ce rythme, les prestataires vont tous mettre la clé sous la porte », fulmine de colère Yasmine, patronne de RIF Planète.

À lire : Maroc : la prolongation de la suspension des vols ruine les espoirs des opérateurs du tourisme

Les décisions des autorités marocaines relatives à la suspension des vols au départ de et à destination du Maroc suscitent l’incompréhension dans un pays où la bonne gestion de la pandémie de Covid-19 est saluée. Cette situation met les professionnels du secteur en difficulté. « Les transporteurs touristiques ont vendu et bradé leurs flottes, certaines banques ont même saisi des véhicules. Pendant ce temps l’industrie hôtelière est au plus mal », confie à TourMag Emmanuelle Barat, cheffe de projets d’Authentik Traveller. « Au sein de l’Association Régionale des Agences de Voyages de Marrakech — Safi (ARAVMS), nous faisons le constat que 50 % des agences de voyages (80 % sont des réceptifs, NDLR) vont ou ont déjà déposé le bilan," déplore Jean-Pierre Champert.

À lire : Maroc : comment sortir le secteur hôtelier de la crise ?

Les professionnels expriment de vives inquiétudes quant à l’avenir du secteur. « Nous perdons la confiance de nos clients et des agences de voyages françaises. A force, ils ont créé un frein psychologique qui risque de pénaliser la destination. Nous allons en subir les conséquences à l’avenir  », pense savoir Emmanuelle Barat. Le directeur général de Sport Travel, Jean-Pierre Champert, lui, se montre plutôt optimiste. « À chaque fois, qu’il y avait une ouverture, les clients revenaient tout de suite. Je suis plutôt optimiste, car les Français aiment le Maroc. L’enjeu actuel est de sauver les entreprises ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Tourisme

Aller plus loin

Maroc : un appel pour sauver les agences de voyages

Les responsables des agences de voyage ont organisé un sit-in mardi 4 janvier 2022 à Rabat, au cours de laquelle ils ont appelé le gouvernement à sauver leur secteur durement...

Maroc : comment sortir le secteur hôtelier de la crise ?

L’École internationale de management en tourisme et hospitalité, « Ostelea » de Rabat, a organisé un webinaire pour étudier les stratégies à déployer pour permettre au secteur...

Maroc : un plan d’urgence pour soutenir le secteur du tourisme

Le ministère du Tourisme a annoncé un plan d’urgence d’un coût global de deux milliards de dirhams pour donner du souffle au secteur. Ce financement permettra le report des...

Maroc : la prolongation de la suspension des vols ruine les espoirs des opérateurs du tourisme

Alors qu’ils espéraient la levée de la décision relative à la suspension des vols réguliers au départ et à destination du Maroc pour réaliser de bons chiffres d’affaires en ce...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc renforce le contrôle des locations Airbnb

En collaboration avec les ministères du Tourisme et de l’Intérieur, les services de contrôle de l’Office des changes mènent un vaste audit des transferts internationaux pour la location de résidences touristiques via la plateforme Airbnb.

Le Maroc, 3ᵉ meilleure destination dans le monde arabe

Le Maroc figure à la 3ᵉ place des pays arabes ayant enregistré le plus grand nombre d’arrivées de touristes en 2022, selon l’office Mondial du Tourisme (OMT).

Les cascades d’Ouzoud se refont une beauté

L’achèvement de la réhabilitation du site touristique des Cascades d’Ouzoud préoccupe le conseil du groupement des collectivités territoriales Haut et Moyen Atlas d’Azilal. Une convention de partenariat a été approuvée dans ce sens.

Le tourisme marocain bat des records

L’année 2023 a vu repartir à la hausse la fréquentation touristique au Maroc. Une embellie pour le tourisme marocain après les trois années noires qu’elle a connues à cause de la pandémie de Covid-19.

Le Maroc mise sur le tourisme interne

L’office national marocain du tourisme (ONMT) a lancé le week-end dernier, une campagne multi-support visant à booster le tourisme intérieur.

« J’ai visité le Maroc - voici pourquoi je n’y retournerai jamais »

Sur la toile, des tiktokeurs et Youtubeurs – dont des Américains – déconseillent à leurs followers de se rendre au Maroc et en évoquent les raisons. Ils disent ne plus avoir l’intention de retourner dans le royaume.

L’aéroport de Tanger fait peau neuve

Le projet de développement et d’expansion de l’aéroport Ibn Batouta, vise à contribuer au développement touristique et économique de la ville de Tanger. La commune apporte une contribution financière.

Au Maroc, le tourisme se remet des effets de la pandémie de Covid-19

Lentement mais sûrement, l’industrie touristique se remet progressivement du Covid-19. C’est ce qui ressort de la présentation du budget du ministère du Tourisme devant la Commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants.

Les touristes peuvent-ils entrer au Maroc avec un drone ?

Les touristes nationaux mais surtout étrangers développent de plus en plus une passion pour l’utilisation des drones. Que dit la loi marocaine sur cet appareil ?

Les couples non-mariés pourraient partager une chambre d’hôtel au Maroc

Au Maroc, le ministère du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire a engagé des concertations avec les ministères de l’Intérieur et de la Justice, en vue de la levée de l’interdiction pour les couples non-mariés de partager la...