Maroc : les plages en péril

10 juin 2024 - 23h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Au Maroc, l’extraction illégale du sable côtier a transformé une large bande littorale entre Safi et Essaouira en une zone rocheuse nue.

Dans son dernier rapport sur les « Mécanismes de délivrance des permis et le contrôle de l’exploitation des ressources naturelles (ressources en eau et carrières) » dont le site Al3omk détient une copie, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) sonne l’alerte sur l’extraction illégale du sable côtier. L’institution affirme que la moitié du sable utilisé au Maroc, soit l’équivalent de 10 millions de mètres cubes par an, provient de l’extraction illégale du sable côtier. En conséquence, une large bande littorale entre Safi et Essaouira a été transformée en une zone rocheuse nue. L’exploitation excessive de certains types de carrières produit des impacts tangibles à court, moyen et long terme, notamment la « destruction et la dégradation des écosystèmes et des habitats, des changements dans les paysages, des dommages à l’infrastructure routière, etc. », précise le rapport.

À lire :Au Maroc, la mafia du sable dévore les plages

Ces activités illégales peuvent également nuire aux territoires et à la santé publique par la pollution et le bruit, affecter la fertilité des terres voisines des carrières et les moyens de subsistance des populations locales vivant près des carrières, comme l’abandon de certaines activités génératrices de revenus telles que l’agriculture ou le tourisme, et mettre à mal la sécurité alimentaire et hydrique. Certains habitants ont dû s’installer dans d’autres régions. Autres conséquences : la diminution de la valeur des propriétés, et l’attractivité des territoires.

À lire :Carrières de sable illégales au Maroc : de hauts responsables pointés du doigt

Le Conseil d’Ahmed Réda Chami pointe en outre la négligence de certains exploitants d’anciennes carrières. Ceux-ci quittent ces sites après leur exploitation sans effectuer les travaux de réhabilitation nécessaires, ou ils les réalisent de manière non conforme aux normes établies. En conséquence, on observe une défiguration des paysages, et ces sites deviennent des foyers de danger ou des sources de pollution, surtout lorsqu’ils sont utilisés comme décharges sauvages, ce qui affecte négativement les écosystèmes et les eaux souterraines, souligne le rapport du CESE.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Safi - Essaouira - BTP - Environnement

Aller plus loin

Extraction illégale de sable : un parlementaire du PAM risque gros

Des camions et engins de travaux publics appartenant à un parlementaire du PAM ont été interceptés par la police des carrières en pleine opération de pillage de sable dans les...

Au Maroc, la mafia du sable dévore les plages

Au Maroc, le pillage illégal du sable est encore fréquent. Les plages sont ponctionnées illégalement par des mafias, créant, très souvent, des paysages lunaires.

Label Pavillon Bleu au Maroc : voici la liste complète

Pour la saison estivale 2024, 32 sites marocains arboreront le label Pavillon Bleu, décerné par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement sous la présidence...

Carrières de sable illégales au Maroc : de hauts responsables pointés du doigt

De hauts responsables figurent parmi les exploitants « clandestins » de carrières de sable qui commercialisent du sable de mauvaise qualité partout au Maroc. D’ailleurs, cette...

Ces articles devraient vous intéresser :

Des chercheurs marocains révolutionnent l’isolation des habitations

Des chercheurs marocains des Universités Moulay-Ismail de Meknès et de Rabat ont développé une nouvelle méthode d’isolation des habitations. Celle-ci est écologique et surtout économique.

Maroc : des plages plus sûres et plus propres cette année

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, s’active pour la protection et l’amélioration des plages dans le cadre de la préparation de la saison estivale 2024.

Maroc : nouvelle tragédie pour les rescapés du séisme

Les rescapés du violent et puissant tremblement de terre du 8 septembre se battent maintenant pour survivre aux rafales de vent et aux inondations qui frappent le Maroc. Ils vivent dans des tentes qui ne résistent pas aux intempéries. Face à la...

Le FMI confirme un prêt pour le Maroc

Le Maroc bénéficiera d’un prêt de 1,3 milliard de dollars du Fonds monétaire international (FMI) pour soutenir sa transition écologique et renforcer sa résilience face aux catastrophes naturelles.

Carrières de sable illégales au Maroc : de hauts responsables pointés du doigt

De hauts responsables figurent parmi les exploitants « clandestins » de carrières de sable qui commercialisent du sable de mauvaise qualité partout au Maroc. D’ailleurs, cette activité échappe à la taxation imposée dans la loi de finances 2023.

Le FMI va accorder un important prêt au Maroc

Le Fonds monétaire international (FMI) s’apprête à débloquer, à partir du nouveau fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité, un énorme prêt au Maroc, afin de renforcer la résistance du pays aux catastrophes liées au climat.

Un mystérieux cratère apparaît au Maroc après le séisme

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a secoué le Maroc, une fosse géante s’est formée dans une zone rurale. Le séisme a-t-il favorisé sa formation ?

Transition énergétique : le Maroc sur la bonne voie

Dans un contexte difficile marqué par la crise énergétique et la flambée des prix, le Maroc est passé à la vitesse supérieure sur son chantier de la transition énergétique. Grâce à sa politique axée sur l’investissement privé dans le secteur, le...

Une belle innovation sauve des villages marocains des pénuries d’eau

Au Maroc, la mise en œuvre d’un projet novateur permet aux villages situés dans le sud-ouest du pays de s’approvisionner en eau potable. De quoi amoindrir voire mettre fin à une difficulté majeure des populations qui souffrent chaque année des pénuries...

Autoroutes du Maroc : un nouveau projet passe mal

Anouar Benazzouz, directeur général de la Société nationale des autoroutes du Maroc, a annoncé le lancement d’un projet de reboisement des abords des autoroutes marocaines.