Maroc : un pas de plus pour la préférence nationale

30 janvier 2021 - 06h40 - Economie - Ecrit par : J.K

Le dossier de la préférence nationale refait surface au parlement marocain. La dernière séance mensuelle de cette session sera consacrée à cette question cruciale pour la stratégie de relance, avec plusieurs actions conçues par les députés, afin de doter le principe de préférence nationale d’un cadre légal permanent, assurant aux PME, un droit d’accès aux marchés.

La priorité est de définir durant cette étape le cadre réglementaire d’une législation propre qui assure une pleine activation des mécanismes prévus durant cette année 2021, fait savoir Les Inspirations Eco, précisant qu’il s’agit de doter le principe de préférence nationale d’un cadre légal permanent assurant aux PME un droit d’accès aux marchés, et qui devra introduire un changement au niveau des cahiers des charges relatifs aux fournisseurs.

Plusieurs mécanismes assurent actuellement aux entreprises nationales un avantage compétitif, essentiellement la nécessité d’expliquer par écrit les motifs de recours aux produits importés, avec un accord a priori demandé au département des Finances pour tous les marchés dont la valeur est supérieure à 100 millions de DH, souligne le média.

Sujets associés : Administration - Lois - Consommation - Parlement marocain

Aller plus loin

Consommation : les Marocains adhèrent en majorité au «  made in Morocco  »

Dans leur grande majorité, les Marocains sont favorables aux marques locales. C’est ce que révèle un sondage réalisé par le cabinet Sunergia.

Relance industrielle : le Maroc veut booster le « made in Morocco »

Chaque année, le Maroc importe plus de 20 milliards de dollars de produits. Pour résoudre ce problème, le Royaume compte améliorer son tissu industriel national, en remplaçant...

Masques de protection : une innovation 100% marocaine (vidéo)

Une équipe d’ingénieurs et d’industriels marocains, chapeautée par le ministère de l’Industrie, vient de mettre sur pied une machine de production de masques de protection à...

Maroc : privilégier la demande intérieure

Avec la crise mondiale sanitaire qui a entraîné l’arrêt des industries européennes et asiatiques, le Maroc devrait privilégier la demande intérieure. À ce titre, il faudra...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une flambée inquiétante du prix de la volaille et des oeufs

Au Maroc, les prix de la volaille et des œufs s’envolent au grand dam des consommateurs. Quelles en sont les causes ?

Maroc : vers la suppression de la TVA sur certains produits ?

Des députés de l’opposition parlementaire continuent d’appeler à l’exemption de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur tous les produits de base à forte consommation afin de soutenir le pouvoir d’achat des Marocains en cette période d’inflation.

Maroc : une nouvelle hausse des salaires en discussion

Une nouvelle hausse des salaires pour les fonctionnaires marocaines serait actuellement en discussion au sein du gouvernement. La nouvelle a été confirmée par le ministre de l’Inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des...

Maroc : une taxe de 30% sur les « Iphone »

Les députés de la majorité parlementaire désapprouvent l’augmentation de 2,5 % à 30 % des droits de douane sur les smartphones importés, prévue dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Certains plaident pour une taxe sur les téléphones de luxe,...

Ramadan 2023 au Maroc : voici les horaires des administrations

En raison du mois de Ramadan qui démarre dans quelques jours, les horaires de travail dans les administrations, les établissements publics et les collectivités territoriales seront modifiés.

Le Maroc s’oriente vers une administration sans papier avec une nouvelle plateforme numérique

Le ministère délégué chargé de la Transition numérique entend développer une plateforme dénommée « le compte numérique de l’usager » pour améliorer la qualité des services de l’administration aux usagers.

16 deputés marocains perdent leurs sièges

La Cour constitutionnelle vient d’annuler l’élection de 16 membres de la Chambre des représentants, suite aux recours relatifs au scrutin du 8 septembre 2021.

Plus de 90 000 fonctionnaires marocains payés à ne rien faire

La ministre déléguée auprès du chef du gouvernement chargée de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, Ghita Mezzour, n’a pas souhaité ouvrir une enquête sur le scandale des fonctionnaires fantômes, estimés à plus de 90 000 dans...

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le porte-parole du gouvernement, la situation et due à plusieurs facteurs.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.