Maroc : les producteurs d’huile d’olive déçus

4 décembre 2021 - 08h40 - Economie - Ecrit par : A.T

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

En pleine campagne oléicole, les producteurs marocains d’huile d’olive et d’olives de table se préparent à de faibles rendements. Les pertes cette année sont estimées à 30 %, en raison de la pluviométrie.

L’embellie des années 2018 et 2019 est loin d’être atteinte et c’est la désolation dans les rangs des producteurs. De façon unanime, ces derniers s’accordent à reconnaitre que les estimations prévues cette saison ne seront pas malheureusement pas atteintes.

« C’est une année très particulière en termes de conditions climatiques puisqu’elle a été très marquée par la sécheresse, causant un problème dans la production des olives et donc de l’huile d’olive », a déclaré le responsable de l’agropole Olivier ENA Meknès, Noureddine Ouazzani, dans une interview accordée à SRNT News.

Conséquence, les agriculteurs devront s’attendre à une production entre 80 000 et 90 000 tonnes, alors qu’avec les précipitations, la production locale pourrait atteindre les 120 000 tonnes, a-t-il déclaré, ajoutant que « la qualité de l’olive est très moyenne cette année, surtout dans les « zones bour » qui sont des zones d’agriculture pluviale. Ce problème ne se pose par contre pas dans les terres bien irriguées qui nous ont permis d’obtenir des olives de bonne qualité et donc une huile très intéressante ».

« Notre priorité est d’abord que les gens réussissent à produire de l’huile d’olive, car pour la plupart des agriculteurs qui n’ont pas de moyens pour irriguer leurs terres, la quantité ainsi que la qualité de l’huile produite ne sont pas satisfaisantes comparées aux précédentes campagnes », a-t-il noté.

A lire  : Huile d’olive : le Maroc prépare son entrée sur le marché anglais

Par ailleurs, le responsable a évoqué le prix du litre, affirmant que le coût à l’international a connu une légère hausse passant de 2 euros en 2019 à 3,60 euros le kilogramme en 2021.

« La bonne nouvelle est que le Maroc commence petit à petit à élargir son marché d’exportations. Nous commençons à exporter aux États-Unis, car nous avons les accords de libre échange qui sont très importants. Et nous avons également commencé à toucher l’Europe, le Canada ainsi que la France. Le potentiel qualitatif de l’huile d’olive marocaine se développe de plus en plus », a-t-il conclu.

Sujets associés : Agriculture - Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

L’huile d’olive marocaine à la conquête du marché anglais

Le Maroc entend booster ses exportations d’huile d’olive conditionnée sur le marché anglais. L’Agence de développement agricole (ADA) nourrit des réflexions sur le...

Le Maroc, 5ᵉ producteur mondial d’huile d’olive

Le Maroc atteindra une production de 140 000 tonnes d’huile d’olive d’après les prévisions de la société espagnole «  Juan Vilar  » pour la campagne agricole 2020-2021. Il sera ainsi...

Maroc : vers une baisse de la production d’olive

Selon les prévisions de la Fédération Interprofessionnelle Marocaine de l’Olive, la production d’olives au titre de la prochaine campagne, devrait être en baisse, en raison des...

Huile d’olive : le Maroc prépare son entrée sur le marché anglais

Afin de booster ses exportations vers le Royaume-Uni, l’Agence de développement agricole (ADA) veut réaliser l’étude du marché sur l’huile d’olive...

Nous vous recommandons

Agriculture

Les Marocains boudent la pastèque

Les prix de la pastèque marocaine sont en forte baisse sur le marché local et international alors que la campagne de récolte bat son plein. En cause, plusieurs facteurs dont le plus en vue, est la campagne menée sur les résidus chimiques et l’utilisation...

Une bonne année agricole en vue au Maroc

Les perspectives sont bonnes pour le secteur agricole marocain. Avec les pluies abondantes ces trois derniers mois, la campagne agricole 2020/2021 s’annonce prometteuses, se réjouit le ministre de...

Le Maroc va fournir des engrais à l’Inde

Lors d’une visite de Mansukh Mandaviya, ministre indien des produits chimiques et des engrais au Maroc, le géant marocain OCP et des principaux acteurs indiens du secteur des engrais en Inde ont signé des mémorandums d’entente...

Pays-Bas : découverte de résidus chimiques dans des oranges marocaines

Les douanes néerlandaises ont découvert des résidus chimiques dans des oranges marocaines importées aux Pays-Bas. Il s’agit du chlorpyrifos, un produit chimique, qui agit comme poison de contact, et dont l’utilisation a été interdite en 2021 par l’agence...

Le Maroc augmente ses importations de blé français

Les importations marocaines de blé en provenance de France ont atteint 336 900 tonnes en avril dernier, faisant du royaume le plus gros client de l’Hexagone hors UE. Au total, le Maroc a déjà acheté de l’année, 1,2 million de tonnes de blé en...

Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime

Agriculture : le Maroc compte investir 4,5 MMDH en soutien aux investissements privés en 2021

Le Maroc à travers son Fonds de développement agricole (FDA), va appuyer son secteur agricole, en y injectant quelque 4,5 milliards de dirhams au titre de 2021. C’est du moins ce qu’a indiqué le ministère de l’Agriculture qui précise que cette enveloppe a...

Comment le Maroc compte se positionner sur le marché des produits bio

Le Maroc entend se positionner sur le marché des produits agricoles bio en plein essor à l’échelle internationale. Quelle est la stratégie du royaume  ?

Les Marocains consomment-ils des fruits et légumes cancérigènes ?

Ces derniers mois, des cargaisons de fruits et légumes d’origine marocaine sont refoulées sur une large partie du marché européen à cause de leur teneur en pesticide prohibé. Le tableau actuel inquiète les associations de défense des consommateurs au Maroc...

Maroc : 7500 tonnes de miel produites en 2021

La production marocaine de miel a augmenté l’année dernière, atteignant 7 500 tonnes mais, loin des 16 000 tonnes attendues par le plan Maroc Vert.

Aïd Al Adha : Comment conserver et stocker la viande ?

Pour éviter la détérioration de la viande durant l’Aïd Al Adha, l’office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a prodigué des conseils à suivre après l’abattage.