L’exploitation sexuelle, forme la plus courante de la traite des êtres humains au Maroc

17 février 2022 - 01h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

La Commission nationale de lutte et de prévention contre la traite des êtres humains a présenté mardi à Rabat, son premier rapport lors d’une réunion marquée par la participation de représentants d’institutions onusiennes et européennes. Selon ce document, la traite des êtres humains a connu une augmentation significative au cours des trois dernières années au Maroc.

Même si le rapport présenté par le directeur des Affaires pénales et des grâces au ministère de la Justice, Hicham Malati, a salué les efforts fournis par le Maroc pour luter contre le phénomène, toujours est-il que les chiffres ainsi que des données en la matière montrent une nette progression du fléau.

À lire : Le Maroc veut lutter contre la traite d’êtres humains

Le rapport souligne qu’au cours des trois dernières années, 719 personnes, en majorité des adultes, ont été victimes de traite. On estime à 414, le nombre d’hommes alors que les victimes de sexe féminin sont au nombre de 305, dont 192 mineurs et 213 adultes, répartis entre 536 Marocains et 183 étrangers. Le rapport met également en avant l’exploitation sexuelle, identifiée comme étant la forme la plus courante de la traite des êtres humains, avec 283 cas, suivie de l’exploitation dans la mendicité (56 cas) et le travail forcé (35 cas).

À lire : Maroc : forte hausse des cas de traite d’êtres humains

Au cours de la même période, 585 personnes ont été poursuivies dans des affaires de traite des êtres humains. On compte parmi elles, 84 étrangers et 144 femmes, souligne le rapport, qui salue les efforts déployés pour définir le crime et démanteler les réseaux actifs dans ce domaine.

À lire : Laâyoune : deux individus interpellés pour traite d’êtres humains

De son côté, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a indiqué que «  le Royaume a ratifié de nombreuses conventions internationales relatives aux droits de l’homme en général, et à la lutte contre les crimes organisés et de traite des êtres humains en particulier. Il y a également l’adoption de la Loi 27-14 relative à la lutte contre le fléau  ».

À lire : Maroc : 6 femmes écrouées pour proxénétisme aggravé et traite d’êtres humains

Ce premier rapport élaboré par la Commission nationale a posé bien de diagnostics et mis à jour de nombreuses contraintes qui entravent la bonne application de la loi. C’est la raison pour laquelle le document a fait un certain nombre de recommandations qui ont été proposées par des acteurs actifs sur le terrain.

Sujets associés : Trafic - Ministère de la Justice et des Libertés

Aller plus loin

Trafic d’êtres humains : Le Maroc épinglé par un rapport américain

Le Maroc est passé du niveau trois soit le pire en ce qui concerne le trafic d’êtres humains, au niveau deux, soit celui des pays qui doivent être contrôlés mais aussi améliorer...

Maroc : 6 femmes écrouées pour proxénétisme aggravé et traite d’êtres humains

La Brigade de la Police judiciaire de la province de Khemisset a procédé à l’arrestation de 8 personnes dont 6 femmes pour constitution d’un réseau criminel de proxénétisme et...

Le Maroc veut lutter contre la traite d’êtres humains

Face à l’intensification du phénomène de la traite d’êtres humains, il a été mis sur pied, une commission nationale pour coordonner les mesures de lutte et de prévention contre...

Affaire Jacques Bouthier : des victimes aussi au Maroc

Une ancienne employée d’ASSU 2000 au Maroc, vient de livrer un témoignage accablant contre Jacques Bouthier, mis en examen le 24 mai dernier et incarcéré pour « traite d’êtres...

Ces articles devraient vous intéresser :

Abdellatif Ouahbi accusé par les salafistes d’atteinte à l’islam

La réforme du Code de la famille passe mal chez les salafistes. Prêcheurs et imams de mosquées sont en colère contre le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Réaction d’Abdellatif Ouahbi sur un éventuel remaniement du gouvernement

Le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi, également secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), serait l’un des ministres figurant sur la liste des départs au cas où un réajustement de l’équipe gouvernementale se confirmait.

Qu’est ce qui explique l’augmentation des divorces au Maroc ?

Les cas de divorce se sont envolés ces deux dernières années au Maroc. Rien qu’en 2021, près de 27 000 divorces ont été enregistrés. Pour le ministre de la Justice, cela s’explique par une prise de conscience des couples sur la nécessité de mettre fin...

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Après ses propos «  provocateurs  », Abdellatif Ouahbi présente ses excuses aux Marocains

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté ses excuses aux Marocains pour sa déclaration au sujet de la révision des résultats d’un concours d’accès à la profession d’avocat, indiquant qu’une telle action créerait une mauvaise jurisprudence.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Maroc : Ouahbi veut une régularisation sans délai du mariage coutumier

Face aux demandes appelant à une prolongation du délai accordé pour la régularisation du mariage coutumier, le ministre de la Justice a opposé un refus catégorique.