Le Maroc revendique les îles et rochers espagnols

27 novembre 2022 - 20h50 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le Maroc continue de revendiquer des territoires espagnols. En dehors de Sebta et Melilla, Rabat se concentre désormais sur les eaux juridictionnelles espagnoles, notamment les îles Chafarinas, Alborán et Perejil (Ilôt Leila), de même que les rochers d’Al Hoceima et de Vélez de la Gomera.

En plus des eaux de la côte sahraouie dans l’Atlantique et celles qui chevauchent les îles Canaries, le Maroc veut également délimiter les eaux au large de la côte méditerranéenne dans le nord du pays. Il s’agit notamment des îles Chafarinas, Alborán et Perejil (Persil), ainsi que des rochers d’Al Hoceima et de Vélez de la Gomera. « Le groupe de travail sur la délimitation des espaces maritimes de la côte atlantique sera réactivé, dans le but de réaliser des progrès concrets », indique le point 6 de la déclaration conjointe entre Pedro Sanchez et Mohammed VI, signée à Rabat le 7 avril.

À lire : Le Maroc reporte « sine die » la délimitation des frontières maritimes avec les îles Canaries

Le groupe de travail a déjà tenu au moins deux séances à Madrid pour délimiter les eaux qui chevauchent le Maroc, le Sahara et les îles Canaries. Les deux parties ont revendiqué la souveraineté sur ces espaces maritimes et préfèrent négocier avant de saisir le tribunal international du droit de la mer. Le Maroc ne reconnaît pas ces espaces maritimes comme espagnols, mais les considère sous sa souveraineté. Le royaume estime par exemple que le rocher de Vélez de la Gomera, d’une longueur de 85 mètres, qui dépend de la capitainerie maritime de Melilla, ne dispose que de cinq mètres d’eaux territoriales espagnoles.

À lire : Maroc-Espagne : la réactivation du groupe de travail sur la délimitation des espaces maritimes saluée

Cette pression sur les rochers et îles espagnols au large des côtes marocaines pourrait être une stratégie du Maroc pour obtenir un avantage dans la délimitation des eaux des îles Canaries et du Sahara, analysent des experts. À la date d’aujourd’hui, il n’existe aucune délimitation clairement convenue de ces eaux, ni dans les îlots, ni dans les rochers, ni même dans les cas de Sebta et Melilla, explique Alejandro del Valle, professeur de droit international à l’université de Cadix. « Les réunions du groupe de travail vont porter leurs fruits ; tous les engagements seront mis en œuvre », a récemment assuré José Manuel Albares, le ministre espagnol des Affaires étrangères.

À lire : Le Maroc accusé de bloquer la délimitation des espaces maritimes avec l’Espagne

Par ailleurs, le président du conseil provincial de Nador, Said Rahmouni, s’est rendu récemment à Madrid pour tenter de conclure des accords de voisinage avec Melilla, afin de définir un nouveau modèle de frontière avec la ville autonome. Une initiative qui s’inscrit en droite ligne du projet de « régionalisation avancée » proposée par le roi Mohammed VI. Pedro Sánchez a déjà exprimé le soutien de l’Espagne au plan marocain d’autonomie de ce territoire qu’il considère comme la solution « la plus sérieuse, la plus crédible et la plus réaliste » pour mettre fin au conflit.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Ceuta (Sebta) - Melilla - Al Hoceima - Iles Canaries - Maritime

Aller plus loin

Rocher d’Al Hoceima : fin de la tour d’horloge

Sans tambours ni trompettes, le ministère espagnol de la Défense a procédé en août à la démolition de la Tour d’horloge sur le rocher d’Al Hoceima, située à 700 mètres de la...

Il y a 163 ans, l’Espagne et le Maroc signaient le traité de Tétouan

Le 26 avril 1860, l’Espagne et le Maroc signaient le traité de Tétouan ou Wad-Ras, marquant la fin du conflit entre les deux pays.

« Le Maroc récupérera Ceuta, Melilla, les îles Chafarinas et les Canaries »

Le Maroc finira par récupérer Sebta, Melilla, les îles Chafarinas et les îles Canaries, a affirmé un journaliste marocain, allant même jusqu’à soutenir que le transfert des deux...

Le Maroc reporte « sine die » la délimitation des frontières maritimes avec les îles Canaries

Le Maroc a décidé de reporter « sine die » l’approbation des lois relatives à la délimitation des eaux maritimes avec les îles Canaries dans la Méditerranée et l’Océan...

Ces articles devraient vous intéresser :

Découverte de fossiles d’un lézard marin (Thalassotitan atrox) au Maroc

Des chercheurs ont découvert au Maroc un lézard marin (mosasaure) géant nommé Thalassotitan atrox, avec d’énormes mâchoires et des dents comme celles des orques, et se nourrissant de tortues et d’autres reptiles marins.

Africa Morocco Link (AML) s’offre un nouveau bateau

L’Africa Morocco Link (AML) aurait acquis pour 2,4 millions d’euros le navire marocain « Boraq » appartenant au groupe maritime grec Attica Group, lors de la vente aux enchères qui s’est déroulée le 27 juin au siège de l’Autorité portuaire de la baie...

Un voilier coulé par des orques près de Tanger

Alors qu’il naviguait au large des côtes marocaines, un voilier a été attaqué à plusieurs reprises par une meute d’orques dans le détroit du Gibraltar. Face à la furie des cétacés, le navire a coulé près de l’entrée du port de Tanger-Med.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Les travaux du câble sous-marin « Medusa » traversant le Maroc, bientôt lancés

La construction de « Medusa », le câble sous-marin devant relier l’Afrique du Nord au sud de l’Europe en passant par le Maroc, va bientôt démarrer. Il vise à favoriser la connectivité dans la région.

Une espèce dangereuse de poisson s’approche des côtes marocaines

Apparu pour la première fois en Israël il y a plus de trois décennies, le poisson-lion (Rascasse volante), une espèce dangereuse, se rapproche des eaux marocaines.

Pour le roi Mohammed VI, la clé du développement en Afrique passe par la mer

Le roi Mohammed VI a annoncé lundi, dans son discours de la Marche verte, son intention de « construire une flotte marchande nationale forte et compétitive », afin d’améliorer le commerce sur la côte atlantique.