Au Maroc, les spoliations immobilières ont encore de beaux jours devant elles

2 octobre 2021 - 13h20 - Economie - Ecrit par : S.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Malgré sa publication au Bulletin officiel le 26 août 2019, la loi 31-18 relative à l’enregistrement des procurations et des sociétés civiles immobilières aux registres électroniques dédiés n’est toujours pas en vigueur à cause de l’absence des textes d’application.

Le Maroc n’est pas près de mettre fin aux spoliations immobilières. Les textes d’application de la loi anti-spoliation foncière ne sont toujours pas prêts, fait remarquer L’Économiste. Or, l’entrée en vigueur de la loi est subordonnée à la publication des textes réglementaires nécessaires et à la mise en application des registres des mandats et de celui des SCI.

En 2015, le roi Mohammed VI avait instruit le ministre de la Justice à l’effet de trouver une solution aux spoliations immobilières. Ces instructions royales faisaient suite aux plaintes de nombreuses victimes. C’est ainsi que la loi 31-18 relative à l’enregistrement des procurations et des sociétés civiles immobilières aux registres électroniques dédiés avait été votée. Cette loi institue un registre électronique national des mandats relatifs aux droits réels.

À lire : Foncier : les nouveaux élus locaux invités au respect des textes

Elle vise à réformer certaines dispositions du code des obligations et contrats, notamment via l’institution d’un registre national des procurations. Sont concernés par ce dispositif les mandats permettant à des tiers de modifier la propriété d’un immeuble ou la constitution d’autres droits réels, leur transmission ou leur déchéance. En d’autres termes, toute formalité portant sur un transfert de propriété immobilière est conditionnée à l’inscription de ces mandats dans le registre des procurations. Ces dernières ne produiront d’effets juridiques qu’à compter de la date de cet enregistrement.

À lire : Immobilier : la mafia foncière a perdu du terrain au Maroc

Les mandats établis à l’étranger doivent également être inscrits au même registre ou à celui tenu par le tribunal de première instance de Rabat ou du lieu où se trouve le bien immeuble. La seule chose qui manque, c’est un décret d’application devant définir les modalités d’organisation de ce registre. Ce décret devra notamment définir les modalités relatives au fonctionnement du dispositif, au mode de collecte et de consultation des données, leur sécurisation, au respect des dispositions sur les données personnelles ; déterminer s’il y aura une période transitoire pour la gestion des procurations établies avant la publication de la loi, etc.

Sujets associés : Immobilier - Spoliation immobilière au Maroc

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Bond du marché immobilier au Maroc

Les transactions immobilières ont repris pour l’ensemble du secteur. Les derniers chiffres laissent apparaître une forte hausse de l’offre et la demande au troisième trimestre de...

Maroc : les maux qui minent la gestion des copropriétés

La situation des immeubles en copropriété dans la plupart des villes marocaines serait préoccupante. Les communes ont souvent des difficultés avec des locataires débiteurs...

Rabat : des victimes délestées de 100 000 à 360 000 DH

La brigade nationale de la police judiciaire a interpellé et placé en garde à vue, mercredi, cinq individus pour leur implication présumée dans une affaire de contrefaçon,...

MRE : les plaintes pour arnaque immobilière ont grimpé de 45 % en 2021

En 2021, les Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont déposé 290 plaintes liées à des spoliations de biens immobiliers au Maroc, contre 200 plaintes recensées l’année dernière par le...

Nous vous recommandons

Immobilier

Agadir : un député-maire pjdiste au cœur d’un scandale

Le chantier de construction d’un lotissement près de la zone de "Tikiouine" dans la ville d’Agadir est mis à l’arrêt. Et pour cause, le parlementaire pjdiste et président du Conseil de la municipalité de Dchira Jihadia, Ramadan Bouachra, également promoteur...

Les mesures du gouvernement pourront-elles sauver le secteur de l’immobilier ?

Le conseil du gouvernement a pris certaines mesures consignées dans le projet de loi de finances rectificative afin de relancer le secteur de l’immobilier touché par le coronavirus. Seulement, ces mesures sont loin de produire l’effet...

Casablanca : TGCC Immobilier lance un méga projet à 550 millions de dirhams

Actuellement en charge du chantier de la Tour Mohammed VI à Rabat, plus haute tour d’Afrique, TGCC, le leader marocain de la construction, lance la construction du méga projet de la Tour 33 à Casablanca.

À Casablanca, les prix de l’immobilier seconde main grimpent

À Casablanca, les prix ainsi que les transactions de l’immobilier seconde main ont connu une augmentation entre le troisième et le quatrième trimestre 2021. C’est que révèlent les données de Bank Al-Maghrib (BAM) et de l’Agence nationale de la conservation...

Belgique : les enquêtes se multiplient pour expulser les locataires marocains de leurs logements sociaux

La Flandre a décidé de multiplier les enquêtes sur le patrimoine des locataires marocains et d’autres nationalités pour expulser ceux qui possèdent des biens immobiliers de leurs logements sociaux. Dans ce cadre, le gouvernement réaffirme sa décision de...

Spoliation immobilière au Maroc

Marrakech : encore des arrestations pour spoliation immobilière

Les éléments de la police judiciaire de Marrakech ont interpellé mercredi quatre personnes pour leur implication dans une affaire d’extorsion de biens immobiliers, de falsification de documents officiels et de...

Au Maroc, les spoliations immobilières ont encore de beaux jours devant elles

Malgré sa publication au Bulletin officiel le 26 août 2019, la loi 31-18 relative à l’enregistrement des procurations et des sociétés civiles immobilières aux registres électroniques dédiés n’est toujours pas en vigueur à cause de l’absence des textes...

Le Maroc durcit la lutte contre la spoliation immobilière

Le ministère de l’Intérieur durcit la lutte contre la spoliation immobilière – surtout dans les communes. De nouvelles mesures ont été prises en ce sens.

Marrakech : une nouvelle arnaque immobilière

Suite à une plainte du président de l’Association de défense des droits de l’Homme, Abdellah Tatouche, déposée contre le promoteur d’un projet immobilier économique et social pour escroquerie et abus de confiance, la police judiciaire de Marrakech mène une...

Des MRE spoliés en appellent au roi Mohammed VI

Se trouvant dans une situation d’« extrême vulnérabilité », un collectif de victimes de spoliations immobilières et de détournement d’héritages appelle le roi Mohammed VI au secours.