Maroc : Une taxe salée sur l’alcool pour ... protéger la jeunesse

11 novembre 2023 - 22h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Au Maroc, l’addiction des jeunes à l’alcool préoccupe le gouvernement. Ce dernier compte augmenter très fortement la taxe sur les boissons alcoolisées.

« Le prix de (l’alcool) doit être élevé pour ne pas encourager les produits de contrebande et la fabrication illégale d’alcools, qui représentent un véritable danger pour la santé des citoyens, comme c’est le cas avec le ‘mahia’ (alcool traditionnel) », a déclaré le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaa, lors d’une réunion de la commission des finances pour voter les amendements du projet de loi de finances pour l’année 2024. Selon lui, il y a lieu de considérer la grande marge bénéficiaire entre la vente en gros et la vente dans les restaurants, où des augmentations sont possibles. Le gouvernement propose que la TIC sur les vins passe de 850 DH à 1 500 DH/hl ; de 1 150 DH à 2000 DH/hl pour les bières ; de 18 000 DH à 30 000 DH/hl pour l’alcool pur destiné à faire de nouveaux produits.

À lire : Taxer ou interdire ? Le dilemme marocain sur la consommation d’alcool

Soulignant que « l’objectif du gouvernement est de différencier le produit local de l’importé », il a expliqué que des discussions devront être engagées avec les acteurs économiques du secteur, pour qu’une approche plus réaliste soit proposée. Lekjaa a assuré que la proposition du gouvernement vise à « ne pas pousser les citoyens à consommer de l’alcool illégal, et aussi à ne pas priver l’État d’une ressource importante », car « son impact sur la santé est prouvé, et les chiffres de la consommation sont disponibles ».

À lire :Maroc : l’alcool coûtera (beaucoup) plus cher

Partant du constat selon lequel les alcools sont vendus sans délivrance de reçu au client, le président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du développement (PJD), Abdallah Bouanou appelle le gouvernement à obliger les grands magasins à délivrer un reçu à toute personne achetant de l’alcool. « Indépendamment de l’aspect religieux, les alcools sont nocifs pour la santé et il existe des études, même en Europe, confirmant leur lien avec le cancer et les maladies cardiovasculaires », a déclaré pour sa part le parlementaire du PJD, Mustapha El Ibrahimi, avant de citer l’un des rapports de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) indiquant que les Marocains consomment 24,5 litres par an.

À lire :Le Maroc en guerre contre la contrebande d’alcool

Cette question « nécessite une décision politique », a déclaré Idriss Sentissi, président du groupe Haraki recommandant une étude devant montrer si la consommation des alcools diminuera si les prix augmentent.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Gouvernement marocain - Alcool

Aller plus loin

Maroc : maintien de la taxe sur la consommation d’alcool

Le ministre délégué chargé du budget, Fouzi Lekjaa, a déclaré, lors d’un débat sur le projet de loi de finances 2024 devant la commission des Finances, de la planification et du...

Hausse des prix de l’alcool au Maroc : les bars en difficulté ?

L’augmentation de la taxe sur la consommation d’alcool, prévue par le Projet de loi de finances (PLF) 2024, pourrait profiter à la contrebande et entrainer une fermeture massive...

Taxer ou interdire ? Le dilemme marocain sur la consommation d’alcool

L’augmentation des taxes sur les boissons alcoolisées ne fait pas l’unanimité au parlement marocain. Alors que certains députés y sont favorables, d’autres rejettent cette...

Le Maroc parmi les pays où l’on boit le moins d’alcool au monde

Le Maroc figure dans le top 17 pays où, le pourcentage de non-buveurs d’alcool est le plus élevé au monde, selon une compilation de chiffres qui vient d’être publiée. Tous ces...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des villageois lancent un appel au roi Mohammed VI

Les habitants d’un village touché par le puissant et dévastateur tremblement de terre, sont en colère contre le gouvernement à cause de l’aide d’urgence qu’ils affirment ne pas avoir encore reçu. Ils appellent le roi Mohammed VI au secours.

Hausse historique du prix du gaz au Maroc, une première en 30 ans

La bonbonne de gaz vendue au Maroc devrait voir son prix augmenter progressivement pendant trois ans, vient de révéler le Premier ministre Aziz Akhannouch.

Le Maroc met de l’ordre dans les « Airbnb »

Après son adoption par le gouvernement marocain et sa publication au Journal Officiel, le décret définissant les procédures administratives relatives à l’ouverture des établissements touristiques et leur exploitation, est entré en vigueur.

Tanger Med : Un recrutement qui fait polémique

Zineb Simou, la parlementaire du parti Rassemblement national des Indépendants (RNI), a interpellé le gouvernement d’Aziz Akhannouch sur un recrutement au port de Tanger Med jugé exclusif.

Marocains, déclarez vos avoirs à l’étranger : les règles changent en 2024 !

Le gouvernement marocain a instauré dans le budget 2024 une contribution libératoire relative à la régularisation spontanée sur les avoirs et liquidités détenus à l’étranger de manière définitive. Que retenir ?

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Aide au logement au Maroc : le flop ?

Applaudi à son lancement, l’aide au logement ne suscite plus le même engouement. À ce jour, 8 500 personnes ont bénéficié de cette subvention.

Aide au logement : succès auprès des MRE

Le programme d’aide directe au logement « Daam Sakane », lancé le 2 janvier 2024, est un succès, notamment auprès des MRE, assure Mustapha Baitas, porte-parole du gouvernement, lors du point de presse hebdomadaire à l’issue du conseil de gouvernement.

Maroc : suspension des droits à l’importation des bovins domestiques

Le gouvernement marocain a adopté mercredi dernier, un projet de décret portant sur la suppression des droits de douane sur les achats de bovins domestiques d’un poids minimal de 550 kg.

Aïd El Fitr 2024 : une bonne surprise pour les fonctionnaires marocains ?

La ministre déléguée chargée de la réforme de l’administration et de la transition numérique, Ghita Mezzour, propose au gouvernement de décréter un congé exceptionnel de trois jours au lieu de deux à l’occasion de l’Aïd Al-Fitr 2024.