Maroc : retour de la « taxe soda »

27 février 2022 - 00h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les commissions des finances des deux Chambres du parlement devront débattre de l’application de la taxation des produits de consommation contenant du sucre. Une réunion est prévue le 2 mars prochain.

Outre les membres des commissions des finances des deux chambres du parlement, les représentants des ministères concernés participeront, eux aussi, à cette réunion, rapporte Le360. La TIC sur les boissons sucrées (sodas, jus de fruit, boissons énergisantes, boissons gazeuses) avaient fait l’objet de discussions lors de l’examen du projet de loi de finances de 2019. Les membres du gouvernement d’alors avaient retenu un amendement au cours de l’approbation de la première partie de ce projet de loi. Un amendement qui sera rejeté lors de l’examen par la Chambre des conseillers du PLF exercice 2019.

À lire : Maroc : les taxes sur les boissons sucrées augmentent de 50%

Le gouvernement avait expliqué que cette taxation devait permettre de lutter contre l’obésité dont souffrent de millions de Marocains. Sous d’autres cieux, une mesure pareille avait déjà été prise pour les mêmes raisons. Le cas de la France en est la parfaite illustration. En juillet 2018, l’hexagone « avait introduit des modifications sur cette taxe », dite « taxe soda », en vigueur depuis 2012 et « qui s’applique aux boissons contenant des sucres ajoutés ». De quoi contraindre les industriels à réduire la teneur en sucres de leurs produits, et tout particulièrement des sodas.

Sujets associés : Impôts - Alimentation - Parlement marocain

Aller plus loin

Maroc : les sodas et les boissons plus chers en 2020

La Taxe intérieure de Consommation (TIC) sur les sodas et les boissons sucrées connaîtra une hausse dès janvier 2020, mais ce ne sera pas le cas pour la TVA.

Maroc : les industriels vent debout contre la taxation des produits sucrés

Les producteurs de jus et de sodas réunis au sein de la Fédération nationale de l’agroalimentaire (Fenagri) s’opposent à l’application d’une taxe intérieure sur la consommation...

Boissons sucrées : vers une augmentation de la taxe au Maroc

La taxe intérieure de consommation (TIC) sur de nouveaux produits sucrés pourrait augmenter. C’est du moins ce qu’envisagent les deux chambres du Parlement qui ont tenu une...

Maroc : les taxes sur les boissons sucrées augmentent de 50%

Le prix des boissons sucrées devrait croître dans les prochaines semaines suite à la décision des parlementaires d’augmenter fortement la taxe intérieure de consommation (TIC).

Ces articles devraient vous intéresser :

Les influenceurs marocains vont payer l’impôt sur le revenu

Le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaâ, a donné des éclaircissements sur la taxation des revenus perçus par les influenceurs.

Netflix, Spotify... Le Maroc serre la vis

Selon la loi de finances 2024, les fournisseurs de services non-résidents au Maroc ont désormais l’obligation de s’enregistrer sur la plateforme dédiée et d’obtenir un identifiant fiscal.

Maroc : malgré la conjoncture, les recettes fiscales en hausse

Malgré un contexte international difficile, les recettes fiscales ont enregistré une nette augmentation en 2021, atteignant près de 153,46 milliards de dirhams (MMDH), soit une hausse de 6 % par rapport à 2020, selon le ministère de l’Économie et des...

Maroc : allègement des mesures fiscales pour 2023

Le gouvernement marocain a décidé d’alléger une série de mesures fiscales consignées dans le projet de loi de finances 2023 qui fera l’objet d’examen et de vote à la Chambre des conseillers dès ce lundi 5 décembre 2022.

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...

Salaires : bonne nouvelle pour les Marocains

Le gouvernement marocain, via son porte-parole Mustapha Baitas, a annoncé une révision de l’Impôt sur le revenu (IR) avec pour objectif d’augmenter les revenus des employés et fonctionnaires.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Maroc : du changement pour l’impôt sur le revenu

Au Maroc, des ajustements ont été apportés à l’Impôt sur les sociétés (IS) et l’Impôt sur le revenu (IR) dans le cadre de la Loi de finances 2024.

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.

Les banques marocaines se disent asphyxiées par les taxes

Afin d’élargir l’assiette fiscale, le gouvernement envisage de prendre de nouvelles mesures vis-à-vis des entreprises du secteur financier. Ainsi, à partir de 2026, les banques doivent supporter un taux de 40% sur leurs bénéfices et payer 5%...