« Au Maroc, tout opposant ou considéré comme tel est étouffé »

10 avril 2023 - 22h50 - Maroc - Ecrit par : A.P

Kholoud Mokhtari, la femme de Souleimane Raissouini, le journaliste marocain condamné par la justice marocaine à cinq ans de prison pour « viol », raconte le triste sort de son mari et dénonce le non-respect de la liberté d’expression dans le royaume.

Trois journalistes les plus virulents contre le régime marocain ont été condamnés dans des affaires de mœurs. Les concernés, Taoufik Bouachrine (condamné à 12 ans de prison), Omar Radi (6 ans) et Souleimane Raissouni (cinq ans) ont toujours nié les faits et dénoncé un procès politique. Kholoud Mokhtari, la femme de Raissouni, raconte le parcours de son mari qui a fêté ses 50 bougies l’année dernière. « Cadre fonctionnaire d’arrondissement dans le Rif, sa région natale », Raissouni est devenu en 2008 « critique d’art puis journaliste », avant de faire ses preuves à « Nichane » et « Al-Massae », où il a excellé dans le journalisme d’investigation, déclare-t-elle dans un entretien à Le Soir.

À lire : Souleimane Raissouni a déjà perdu 22 kilos depuis le début de sa grève de la faim

Raissouni a été ensuite rédacteur en chef du journal électronique Awal, avant de succéder en 2018 à Taoufik Bouachrine dans le journal « Akhbar al-Yaoum ». Cette année-là, Adel Ait Chraa a annoncé sur Facebook avoir été victime d’agression sexuelle par une personne dont il n’a pas révélé l’identité. Deux ans plus tard, le 20 mai 2020, Raissouni a été arrêté à son domicile, dans un quartier situé en face de la Garde royale, sans qu’une plainte n’ait été déposée. « Nous connaissions en effet cet Adel. Je l’avais aidé à trouver du travail, ce qui était difficile pour lui (Adel Aït Chraa est homosexuel, NDLR). Il était venu pour que je l’aide à fuir sa famille ! », explique Kholoud Mokhtari.

À lire : La date du procès du journaliste Souleimane Raissouni connue

« Adel dit que lors de cette visite chez nous en 2018, mon mari l’aurait agressé sexuellement. Rien ne tient dans ce scénario. Notamment, il y a un témoin clé, la femme de ménage qui se trouvait chez nous ce jour-là. Le tribunal a refusé d’entendre son témoignage. Selon l’accusation, et Adel qui s’est finalement constitué partie civile après l’arrestation de Souleimane, mon mari aurait enfermé la femme de ménage à clé dans la cuisine. Pas de chance pour eux : c’est une cuisine américaine que rien ne sépare des autres pièces. De toute façon, tout élément à décharge a été refusé à la défense. Souleimane a été condamné à cinq ans lors d’une séance du tribunal où lui et ses avocats étaient absents. La salle était vide. J’y étais, toute seule », détaille-t-elle.

À lire : La victime présumée de Souleimane Raissouni brise le silence

Raissouni a fait appel de sa condamnation. Mais le 24 février 2022, la cour a confirmé la décision du tribunal, malgré les plaidoiries de ses avocats pour faire ressortir les nombreuses anomalies du dossier. Le 21 juillet 2022, le Groupe de travail de l’ONU a conclu que la détention de Raissouni est « arbitraire », au regard de la gravité « des violations du droit à un procès équitable ». La femme du journaliste confie qu’elle survit difficilement. « Je suis scénariste. Sans travail. Même mes amis n’osent pas m’embaucher, je peux les comprendre. Je suis diffamée sur certains sites, traitée de prostituée juste parce que des personnes publiques se rendent chez nous pour témoigner de leur solidarité », se désole Mokhtari. « Au Maroc, tout opposant ou considéré comme tel est étouffé », conclut-elle.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Liberté d’expression - Prison - Taoufik Bouachrine - Omar Radi

Aller plus loin

Le journaliste Souleimane Raissouni hospitalisé

Incarcéré à la prison locale d’Oukacha de Casablanca, le journaliste Souleimane Raissouni a été transféré lundi à la clinique de la prison dans un état critique, a indiqué son...

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté...

Souleimane Raissouni a déjà perdu 22 kilos depuis le début de sa grève de la faim

Pour avoir essuyé un refus à leur demande de libération provisoire, les deux journalistes marocains Omar Radi et Soulaimane Raissouni, ont entamé une grève de la faim depuis...

La date du procès du journaliste Souleimane Raissouni connue

Le procès du journaliste Souleimane Raissouni s’ouvre ce 9 février après plus de huit mois de détention provisoire et à 2 mois de la fin de l’instruction. Poursuivi au moment de...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’Union Européenne brise le tabou des droits humains au Maroc

Le Parlement Européen tiendra la semaine prochaine une séance plénière pour discuter des droits humains au Maroc, une première en 25 ans. Cette décision a été prise suite au scandale de corruption « MoroccoGate » qui a touché l’institution européenne,...

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.