Affaire d’escroquerie et de corruption : un avocat condamné à cinq ans de prison à Rabat

15 avril 2023 - 16h30 - Maroc - Ecrit par : P. A

La cour d’appel de Rabat vient de condamner un avocat impliqué dans une affaire d’escroquerie et de corruption, à une peine de cinq ans de prison, assortie d’une lourde amende.

L’avocat, ainsi que ses deux complices (un ancien officier de la marine royale et une femme d’affaires) étaient poursuivis pour « escroquerie, corruption, usurpation d’identité et supposée intermédiation dans un dossier judiciaire devant la justice », rapporte le quotidien Al Akhbar.

L’affaire a éclaté après que deux jeunes condamnés par la justice de Tanger à cinq ans de réclusion criminelle pour « constitution d’une bande criminelle, escroquerie et vol », ont déclaré que l’ex-officier de la marine royale aurait promis à leurs familles de les faire sortir de prison en échange d’une somme de 450 000 dirhams chacun.

À lire : Une escroquerie à 350 000 dirhams à Rabat, des soucis pour un avocat et un officier

Une rencontre a été organisée à Rabat avec les familles, à laquelle ont pris part l’avocat et la femme d’affaires qui se faisait passer pour l’épouse d’un haut responsable de l’administration territoriale et assurait avoir des relations au conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ). Les familles ont finalement payé le montant demandé pour la libération des deux jeunes.

S’étant ensuite rendu compte de la supercherie, elles ont déposé une plainte auprès du président du CSPJ et du bâtonnier du barreau de Rabat. Après enquête, le tribunal de première instance de Rabat a condamné l’avocat à cinq ans de prison ferme et chacun de ses deux complices à trois ans de réclusion criminelle. Une sentence qui a été confirmée mercredi par la cour d’appel de Rabat.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Tanger - Corruption - Rabat - Prison - Escroquerie

Aller plus loin

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le...

Une affaire d’escroquerie au tribunal d’Aïn Sebaâ

Le tribunal correctionnel d’Aïn Sebaâ serait miné par la corruption. Des responsables judiciaires seraient impliqués dans une affaire d’extorsion pour un rôle d’intermédiation...

Vol d’un milliardaire à Agadir : Le tribunal rend son verdict

La cour d’Appel d’Agadir vient de condamner deux anciens parlementaires et un avocat à deux ans de prison, dont un avec sursis, pour leur implication dans le vol du coffre-fort...

Salé : un notaire en prison pour une escroquerie de plus de 11 millions de dirhams

En attendant l’ouverture de son procès après l’Aïd Al-Fitr, un notaire exerçant à Salé a été placé en détention pour abus de confiance et escroquerie.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.