Triporteurs au Maroc : D’un outil d’insertion à un symbole de délinquance

15 mars 2024 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Des triporteurs destinés aux personnes démunies et aux ex-détenus, sont détournés et utilisés à des fins criminelles. Une situation préoccupante, dénoncée dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux.

Ce type de tricycles a été impliqué dans de multiples enlèvements, vols avec violence et des activités liées au trafic de drogues, ce qui a suscité l’intervention des autorités sécuritaires de Casablanca pour mettre hors d’état de nuire les individus qui se livrent à ces actes criminels.

À lire : Condamné pour avoir touché près de 29 000€ d’aides de la CAF alors qu’il vit au Maroc

« Le Triporteur est devenu un point noir au sein de la société marocaine, notamment dans les grandes villes, où il est devenu un moyen de déviance et de commission d’actes criminels tels que les enlèvements, les vols et la violence », a déclaré Mohamed Akdid, ancien cadre de sécurité et expert en affaires criminelles, rappelant que ce tricycle, mis à la disposition des ex-détenus par l’État, « vise à faciliter leur intégration dans la société marocaine, créer de petites entreprises pour les jeunes et ouvrir de nouvelles perspectives d’emploi ».

À lire : Le Maroc va distribuer les aides directes aux plus pauvres cette année

Dans une déclaration à Al Ayam 24, Akdid a ajouté que la situation préoccupe à un haut point les autorités qui travaillent à y apporter des solutions viables, surtout après qu’un conducteur de ce type de tricycle a renversé récemment un policier. Pour sa part, Ali Chaabani, chercheur en sociologie, a déploré le fait que ces tricycles soient « désormais attribués à tout le monde », en violation des textes réglementaires et de la loi, et « utilisés par des consommateurs de drogues, ce qui représente un danger pour les citoyens ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Drogues - Lois - Prison - Trafic - Violences et agressions

Aller plus loin

Les triporteurs sèment le désordre à Marrakech

La prolifération des triporteurs à Marrakech pendant ce mois de Ramadan, cause des désagréments aux usagers de la route. Ces engins sont à l’origine de plusieurs accidents dans...

Maroc : versement imminent des aides pour les victimes du séisme

Fouzi Lekjaa, ministre délégué chargé du Budget, a annoncé à Rabat le versement imminent des aides d’urgence pour les familles affectées par le séisme d’Al Haouz. Ces aides, qui...

Le Maroc va distribuer les aides directes aux plus pauvres cette année

Le gouvernement prévoit d’accorder une aide financière mensuelle directe à l’ensemble des familles démunies. Cette mesure phare du processus de généralisation de la protection...

Maroc : Nouvelles règles pour triporteurs et trottinettes électriques

Le ministre du Transport et de la logistique, Mohamed Abdeljalil, a initié un projet de décret en vue de réglementer la conduite des triporteurs et des trottinettes électriques.

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohamed Chibi viré d’un restaurant en Egypte

Mohamed Chibi, joueur international marocain évoluant au club égyptien Pyramids fait face à de nombreuses pressions en Égypte. Cette situation découle d’un différend avec Hussein El Shahat, joueur emblématique du club rival Al Ahly.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Violences faites aux hommes : les Arabes brisent le silence

Dans les pays arabes, les hommes victimes de violences conjugales commencent à briser le silence. Au Maroc, on dénombre environ 24 000 cas et les chiffres sont sans doute sous-estimés.

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »