Maroc : le contrôle du commerce de viande d’âne et de chien, un véritable casse-tête

30 avril 2021 - 14h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Maroc est devant une équation difficile à résoudre  : le contrôle du commerce de viande d’âne et de chien. C’est ce qui ressort de la réponse du ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb à une question du conseiller et chef du groupe parlementaire de l’Istiqlal à la deuxième chambre, Abdeslam Lebbar.

Le Maroc face à une épineuse question. La question liée aux abattoirs clandestins commercialisant de la viande d’âne et de chien était au centre des débats lors de la séance de questions adressées aux ministres, mardi dernier. Selon Abdeslam Lebbar (PI), ces abattoirs continuent d’exercer en l’absence d’installations modernes et conformes aux normes, rapporte Assabah. Il a dénoncé le non-respect des mesures d’hygiène. Certains vendent leur viande sans contrôle vétérinaire, ce qui constitue une violation flagrante de la loi, a encore dénoncé le chef du groupe parlementaire de l’Istiqlal à la 2ᵉ Chambre.

Ces viandes sont « nocives pour la santé des consommateurs, étant donné qu’elles peuvent être un vecteur de microbes et de parasites, pouvant affecter l’homme et baisser son immunité », a-t-il alerté, pointant une mission de contrôle défaillante. L’élu a accusé les hauts fonctionnaires de négligence.

Le contrôle des abattoirs est une tâche « très difficile », a reconnu Noureddine Boutayeb, soulignant que les communes territoriales rurales ou urbaines ont montré leurs limites. « Nous accordons davantage de ressources financières aux communes pour améliorer le travail des abattoirs, mais en vain », a-t-il ajouté. Le ministre délégué a alors préconisé la création de nouveaux abattoirs modernes et le renforcement de ceux qui existent déjà. Ce chantier devra être mené en coordination entre le ministère de l’Intérieur et celui de l’Agriculture, a-t-il poursuivi.

Au Maroc, bon nombre d’abattoirs ne sont pas autorisés à mener leurs activités. Dans un communiqué, l’Ordre national des vétérinaires (ONV) avaient fait savoir que ce sont seulement 8 abattoirs de viandes rouges qui ont été agréés par l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (Onssa). « La majorité des unités d’abattage ne dispose pas du minimum requis en termes d’hygiène et de salubrité », avait-il précisé.

Sujets associés : Istiqlal - Noureddine Boutayeb - Distribution

Aller plus loin

De la viande avariée dans les assiettes des Tanjaouis

Le chauffeur du triporteur arrêté lundi, en flagrant délit de distribution de viandes avariées à Tanger à des vendeurs ambulants de sandwichs, est un repris de justice. Selon...

Maroc : rumeurs sur la vente de viande d’âne à Fnideq

Les rumeurs faisant état de la vente de la viande d’âne dans certaines boucheries de Fnideq sont fausses, assure une commission mixte de contrôle après avoir mené son enquête.

De la viande avariée destinée aux Casablancais saisie

Les éléments de la Gendarmerie royale ont réussi à intercepter un camion transportant de grandes quantités de viandes avariées. La saisie a eu lieu lundi lors d’un contrôle à...

Maroc : faut-il s’inquiéter de la viande de volaille ?

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) s’inquiète des risques auxquels sont exposés les consommateurs de volailles. Selon un rapport, de nombreuses...

Ces articles devraient vous intéresser :

Cannabis : des entreprises étrangères attendent leur autorisation au Maroc

Suite à l’adoption du projet de loi sur l’usage légal du cannabis, plusieurs investisseurs étrangers manifestent leur intérêt pour investir dans ce domaine au Maroc. Plus d’une dizaine d’entre eux attendent leurs autorisations, selon le député...

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...