« Je suis Marocain et Espagnol. J’aime les deux pays et c’est un privilège »

6 mars 2023 - 08h50 - Espagne - Ecrit par : A.P

Trois jeunes marocains nés à Majorque abordent sans tabou les questions d’identité et de discrimination. Selon eux, le fait de « s’intégrer » dans la communauté majorquine ne signifie pas qu’ils ont oublié leur culture.

Ces trois jeunes sont des enfants de la première génération de Marocains arrivés sur l’île dans les années 70-80. Leurs parents ont toujours été considérés comme des étrangers. Nés à Majorque, ces Majorquins de la deuxième génération dénoncent cette discrimination qui persiste depuis des années. « Si je parle sincèrement, je ne pense pas que nous ayons les mêmes opportunités qu’un Majorquin avec un nom de famille majorquin. Mais quand ils vous donnent l’opportunité et que vous montrez que vous avez les mêmes compétences que n’importe qui d’autre, ils vous font confiance », confie à El Diario de Mallorca, Amal Derdabi, une éducatrice sociale de 32 ans qui travaille au service communautaire de la mairie de Palma à Pere Garau.

À lire : Discrimination, intégration, identité : des Espagnols d’origine marocaine en parlent

« Vous devez toujours justifier pourquoi vous êtes arrivé ici », se désole Adel Boulharrak, consultant et diplômé en physique de l’UIB ». Les migrants ont toujours été traités comme des étrangers sur l’île. « Je ne remarque pas beaucoup de différence entre la génération de mes parents et la mienne », avoue Ghizlane Lahriga, une éducatrice sociale de 27 ans qui vit à Muro. Selon elle, « les discriminations sont toujours présentes ». « Le fait qu’Amal et moi ne portons pas de hijab [voile] nous rapproche. Mais l’autre jour, on m’a demandé : Tu es d’ici ou de là-bas ? Ce genre de commentaires m’agace beaucoup. Je suis d’ici et de là-bas. Ou comme quand ils disent : ‘Tu ne portes pas de hijab, tu ne leur ressembles pas’ », dénonce-t-elle, réprouvant cette mentalité de différenciation.

À lire : Le hijab, objet de discrimination dans le monde de l’emploi en Europe

Et Amal de poursuivre : « Quand tu dis ton nom de famille, la question suivante est toujours : d’où viens-tu ? Certaines personnes le font par simple curiosité, d’autres non. Au début, cela me dérangeait parce que j’avais l’impression de me justifier constamment, mais on apprend à vivre avec et à s’adapter ». Pour ces trois jeunes Majorquins d’origine marocaine, ils sont autant Marocains qu’Espagnols. J’aime les deux pays et c’est un privilège. Mais quand nous sommes là-bas, on nous dit que nous sommes d’ici, et quand nous sommes ici, on nous dit que nous sommes de là-bas. C’était plus difficile à l’adolescence, quand vous définissez votre identité. Et puis, au niveau académique, j’ai ressenti le besoin d’être parfait pour me mettre au même niveau que les autres », se souvient-elle.

À lire : Les discriminations et violences envers les musulmanes continuent en Espagne

« On ne devient jamais cent pour cent Espagnol, ni cent pour cent Marocain », confirme Boulharrak. Lahriga, elle, dit se sentir gênée lorsqu’on prononce mal mon nom. « Parfois, on m’a même dit que parce qu’ils ne savent pas comment le prononcer, ils vont m’appeler Catalina. Non, apprenez à prononcer mon nom comme j’ai appris à prononcer le vôtre », déclare-t-elle. Pour Derdabi, cette « normalisation de la xénophobie » la pousse à se « sentir plus Marocaine qu’Espagnole ». Les trois jeunes ne renient pas leur culture marocaine, malgré leur intégration à Majorque. « Le fait d’avoir étudié ici nous a permis de connaître nos droits pour les défendre. Nos parents ne connaissaient ni la langue, ni la culture d’ici, ni leurs droits. Ce n’est pas notre cas », assure Labriga.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Racisme - Immigration - Palma de Majorque - MRE

Aller plus loin

Murcie : un miroir de l’immigration marocaine en Espagne (reportage)

Plusieurs migrants d’origine marocaine se sont installés dans la région de Murcie dans les années 80 et leurs enfants se battent aujourd’hui pour obtenir leurs diplômes...

Les discriminations et violences envers les musulmanes continuent en Espagne

Les femmes musulmanes continuent de subir des violences sexistes et diverses discriminations en Espagne. C’est ce que révèle l’enquête menée par l’Association marocaine pour...

Le hijab, objet de discrimination dans le monde de l’emploi en Europe

65 % des femmes musulmanes ont moins de chance de trouver un emploi aux pays-Bas, en Espagne et en Allemagne, selon une enquête publiée récemment sur le site Web de l’Université...

Les attaques racistes contre des musulmans continuent en Espagne

Les responsables de la mosquée Cabezo de Torres à Murcie ont découvert au petit matin de ce mercredi, des tags xénophobes sur les murs et la tête d’un cochon posée à l’entrée du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Transferts de fonds des MRE : un record et une bouffée d’air pour le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent fortement à l’économie marocaine à travers les transferts de fonds qui vont crescendo ces dernières années. Ces flux sont passés de 22,96 milliards de dirhams en 2000 à 93,67 milliards en 2021.

Aide au logement : succès auprès des MRE

Près d’un quart des potentiels bénéficiaires de l’aide au logement sont des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Les inscriptions ont démarré le 1ᵉʳ janvier.

Marhaba 2023 : le dispositif exceptionnel d’accueil des MRE commence aujourd’hui

C’est ce lundi 5 juin que débutera l’opération Marhaba 2023 dédiée aux Marocains résidant à l’étranger. La Fondation a activé le dispositif d’accueil au niveau du Maroc, la France, l’Italie et l’Espagne, composé 24 sites d’assistance et...

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Prix des billets de bateau pour les MRE : un réduction de 25 % ?

Une augmentation de 28 % du nombre des arrivées des Marocains résidant à l’étranger (MRE) a été constatée depuis le lancement de l’Opération Marhaba, selon Mohamed Abdeljalil, le ministre du transport et de la logistique, à la Chambre des Conseillers,...

Iliass Aouani, recordman italien du marathon, répond avec élégance aux injures racistes

Après avoir battu le record italien du marathon (2h07:16), Iliass Aouani a essuyé des insultes racistes. Sur la toile, il a été attaqué notamment sur ses origines marocaines. Plutôt que d’employer le même ton que ses détracteurs, l’athlète a préféré...

Le gouvernement « bannit » les MRE d’Internet

L’un des seuls canaux de communication officiel du gouvernement marocain à destination des Marocains du monde n’est plus en ligne, du moins à l’heure où sont écrites ces lignes.

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

Les contrebandiers profitent de l’opération Marhaba (MRE)

L’opération Marhaba dédiée aux Marocains résidant à l’étranger est une opportunité pour certains commerçants qui n’hésitent pas à passer en contrebande des marchandises à caractère commercial ou prohibé.