Marrakech : deux ans de prison pour un adjoint au maire

13 novembre 2021 - 17h20 - Maroc - Ecrit par : A.T

Le tribunal de Marrakech a condamné mercredi, l’ancien adjoint au maire de la ville Mohamed Al Hour à deux ans de prison ferme assortis de 50 000 Dh d’amende pour dilapidation de deniers publics.

Al Hour était poursuivi en état de liberté depuis 2017 dans une affaire de « gaspillage d’argent public ». Alors adjoint au maire (mandat 2009-2015), le nouveau conseiller avait la délégation de signature du maire. Position qui lui permettait de signer des décisions qui ont coûté au budget de la ville plus de 15 millions de dirhams dépensés en moins de 10 jours, relate SRNT News.

Le responsable politique a été arrêté en février 2017 et placé en garde à vue pendant 24 heures, avant d’être libéré et poursuivi en état de liberté. Durant son procès, il n’a pas été coopératif, évoquant des soucis de santé pour s’absenter au tribunal, souligne la même source, ajoutant que dans le même temps, il a assisté aux travaux du conseil communal de Marrakech et du conseil d’arrondissement de Guéliz.

A lire  : Fatima-Zahra Mansouri retrouve son fauteuil de maire de Marrakech

Mercredi soir, la chambre criminelle de première instance de Marrakech a rendu sa décision, le condamnant à deux ans de prison ferme et une amende de 50 000 Dh. Cet ancien conseiller communal a déjà été condamné en appel dans une autre affaire, plus connue sous le nom de « l’affaire du casino Saidi ».

Sujets associés : Marrakech - Droits et Justice - Corruption

Aller plus loin

Elections à Marrakech : le tribunal déboute le PJD

Les recours du PJD contre le RNI après les élections n’ont pas abouti. Le tribunal a confirmé les résultats proclamés par le ministère de l’Intérieur, déboutant ainsi le...

Marrakech : des agents d’autorité visés par une enquête pour constructions anarchiques

Après les auxiliaires d’autorité, c’est le tour des agents d’autorité d’être dans le viseur d’une enquête liée à la prolifération des constructions anarchiques à Marrakech. Les...

Justice : l’ancien maire de Nador condamné à 4 ans de prison ferme

Le tribunal de Fès a condamné, mardi, l’ancien député-maire de Nador, Slimane Houliche, à 4 ans de prison ferme pour dilapidation de deniers publics, corruption et trafic...

Fatima-Zahra Mansouri retrouve son fauteuil de maire de Marrakech

Fatima-Zahra Mansouri, première femme maire de Marrakech, vient de retrouver son fauteuil de présidente du conseil communal de la ville ocre.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Corruption au Maroc : Les chiffres alarmants

La lutte contre la corruption ne produit pas de résultats encourageants au Maroc qui est mal logé dans les classements mondiaux depuis quatre ans.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.