Marrakech tient bon et rassure les voyageurs

15 septembre 2023 - 16h00 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

Une semaine après qu’un séisme de magnitude 6,8 a frappé le Maroc, le pays s’efforce de reprendre une vie normale, notamment la très touristique Marrakech.

Dans des villages éloignés comme Ouirgane, Azgour et Amghras, la population est encore en état de choc. Pourtant, la solidarité nationale ne faiblit pas. Des associations de quartier, des groupes de mosquées et même des célébrités se sont mobilisés pour livrer des aides de première nécessité, allant du pain frais aux batteries portables pour les téléphones mobiles, rapporte The Times.

Jusqu’à mercredi, ce sont principalement les forces armées qui étaient sur le terrain, effectuant le travail de sauvetage. Mais aujourd’hui, les engins de fouille et les chiens renifleurs ont quitté les lieux, réduisant les espoirs de retrouver des disparus en vie. Entre-temps, l’industrie du tourisme marocaine est menacée par une vague d’annulations, notamment à Marrakech où les hôtels enregistrent des taux d’annulation allant jusqu’à 70 % pour certains.

A lire : Les Espagnols plébiscitent Marrakech

Le phénomène est en partie alimenté par une perception erronée, entretenue par certains médias, que tout le Maroc est touché par la catastrophe. La réalité est plus nuancée. Les zones affectées sont souvent éloignées des circuits touristiques traditionnels. Par ailleurs, des villes comme Agadir, Casablanca et Essaouira restent largement épargnées par les effets du tremblement de terre.

En ce qui concerne les infrastructures de Marrakech, la situation n’est pas aussi sombre qu’on pourrait le croire. Un grand nombre des dommages sont concentrés dans la médina, notamment le Mellah. Les autorités ont exigé que certains riads et restaurants demeurent fermés jusqu’à nouvel ordre, mais l’activité commerciale commence déjà à reprendre son cours normal.

Quant aux régions montagneuses du Haut Atlas, les conséquences sont bien plus graves. Le début de la saison de trekking a été annulé, des hôtels ont été gravement endommagés, et le risque de glissements de terrain a augmenté. Les opérateurs touristiques modifient leurs itinéraires, évitant les zones sinistrées.

Finalement, malgré les défis considérables auxquels fait face le pays, le soutien du secteur du tourisme demeure crucial pour le pays. Les employés du tourisme, tels que les serveurs, les guides et les chauffeurs, dépendent fortement de ces revenus, surtout en ces temps difficiles. Alors que les efforts de secours se poursuivent, les Marocains montrent une résilience remarquable face à cette catastrophe, conclut la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Tourisme - Tremblement de terre du 8 septembre au Maroc

Aller plus loin

Du nouveau pour le TGV Agadir-Marrakech

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a confié au bureau d’études LPEE les travaux de reconnaissance géologique, hydrogéologique et géotechnique nécessaires aux études...

Les Espagnols plébiscitent Marrakech

Marrakech figure parmi les destinations les plus demandées par les Espagnols au cours de ce mois de septembre, selon une agence de voyage en ligne.

Dole-Jura : des passagers pour Marrakech abandonnés

Un vol vers Marrakech depuis l’aéroport de Dole-Jura a été annulé. Les passagers ont été laissés à leur sort, sans solution alternative.

Adriana Karembeu et son palais 5 étoiles à Marrakech

Adriana Karembeu est la propriétaire du Palais Ronsard, une maison d’hôtes 5 étoiles à Marrakech. L’endroit paradisiaque compte 28 chambres avec six pavillons privés et piscine.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc parie sur le tourisme interne

Les autorités marocaines affirment avoir mené plusieurs actions pour promouvoir et renforcer le tourisme interne en 2023.

Ambitieux, le Maroc vise 26 millions de touristes en 2030

La ministre du Tourisme Fatim-Zahra Ammor a procédé au lancement des travaux de la nouvelle feuille de route du secteur avec la Confédération Nationale du Tourisme et ses principales associations et fédérations membres.

Maroc : à peine arrivé, Ryanair fait déjà polémique

Le ministère du Tourisme et celui du Transport et de la logistique ont tenu à faire une mise au point concernant le supposé soutien financier octroyé à Ryanair pour opérer des vols intérieurs au Maroc, la concurrence déloyale à Royal Air Maroc et le...

Le Maroc, 3ᵉ meilleure destination dans le monde arabe

Le Maroc figure à la 3ᵉ place des pays arabes ayant enregistré le plus grand nombre d’arrivées de touristes en 2022, selon l’office Mondial du Tourisme (OMT).

Tollé après la caricature du roi Mohammed VI par Charlie Hebdo

Le Conseil National de la Presse (CNP) a fermement condamné ce qu’il qualifie d’«  acte criminel odieux » du journal français Charlie Hebdo, l’accusant de s’attaquer directement au Roi Mohammed VI.

Ayoub, 16 ans : l’impossible deuil après le séisme au Maroc

Ayoub, 16 ans, est l’un des survivants du puissant et dévastateur séisme qui a touché une partie du Maroc dans la nuit du 8 septembre. Il a perdu cinq membres de sa famille dans la catastrophe.

L’un des plus beaux endroits au monde est Marocain

L’Erg Chebbi, ou dunes de Merzouga dans le Sahara marocain, est l’un des plus beaux endroits au monde, selon un classement réalisé par Time Out.

Le nouveau régime des dotations touristiques porte préjudice aux Marocains voyageant à l’étranger

Alors que l’Office des Changes assure avoir entrepris une réforme pour simplifier le régime des dotations touristiques pour tous les intervenants, y compris les banques, il a été constaté que le nouveau régime porte préjudice à de nombreux Marocains...

Séisme au Maroc : le Roi Mohammed VI passe à l’action

Le Roi Mohammed VIa présidé ce 14 septembre une réunion stratégique au Palais Royal de Rabat, focalisée sur l’activation d’un plan d’urgence relatif au récent séisme d’Al Haouz.

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».