Israël refuse la demande d’indemnisation des juifs marocains

27 août 2021 - 13h20 - Monde - Ecrit par : S.A

En Israël, la Cour suprême a décidé jeudi dernier que l’État ne versera aucune indemnité aux juifs du Maroc victimes de la Shoah, car ils sont inéligibles. Insatisfait de cette décision, David Yadid, l’avocat des plaignants dénonce « une discrimination pour des considérations budgétaires » et compte soumettre une demande pour une autre audience sur le sujet.

Selon les juges Neal Hendel, David Mintz et Yosef Elro, la privation de libertés et les restrictions imposées aux Juifs marocains pendant la guerre ne remplissaient pas les conditions prévues par la loi, rapporte Times of Israël. Selon la loi israélienne sur la persécution nazie, les personnes ayant souffert de problèmes de santé à la suite de persécutions nazies pendant la Shoah ont droit à des prestations et à une indemnisation.

À lire : Émeutes de 1948 au Maroc : des Israéliens demandent réparation

Ils justifient leur décision par le fait que le préjudice subi par « les Juifs marocains était principalement économique et se limitait en grande partie à leur capacité à s’intégrer au marché du travail, à acquérir une éducation en dehors de la communauté juive et à choisir leur lieu de résidence ». Les juges avanceront que les souffrances causées aux Juifs du Maroc pendant la Seconde Guerre mondiale sont la conséquence de « la pression exercée par le régime français de Vichy sur le gouvernement marocain pour qu’il applique des lois antisémites ».

Cette décision de la Cour suprême fait suite à la contestation d’un jugement du tribunal du district de Haïfa, qui avait rejeté la plainte pour persécution nazie au Maroc. Les victimes avaient alors interjeté appel. Ils réclament 400 millions de shekels par an comme indemnisation. Les survivants de la Shoah estiment que les restrictions qui leur avaient été imposées donnent un caractère légitime au préjudice subi. Ils ont également argué que la privation de leurs libertés leur avait causé une peur extrême.

À lire : Des révélations sur la discrimination israélienne contre les immigrés marocains

Les juges ne l’entendent pas de cette oreille. Ils ont d’ailleurs tenu à dissiper toute équivoque. « Les rôles de l’historien et du tribunal sont différents l’un de l’autre », ont-ils déclaré. « L’État discrimine les victimes du régime nazi pour des considérations budgétaires », a dénoncé, David Yadid, avocat des plaignants, ajoutant qu’il entend soumettre une demande pour une autre audience sur la question avec un panel élargi de juges.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Israël - Judaïsme marocain

Aller plus loin

Émeutes de 1948 au Maroc : des Israéliens demandent réparation

Les émeutes qui avaient éclaté à Oujda et Jerada en 1948 suite à la proclamation de l’indépendance de l’État d’Israël restent un souvenir prégnant pour bon nombre d’Israéliens....

Mushi Halioua, dernier Juif du « mellah » de Marrakech

Mushi Halioua, septuagénaire, est le seul Juif vivant encore dans le “mellah” (quartier juif) de Marrakech, où il tient une boutique de tissus et accueille les touristes...

Pas de taxe « cacher » pour les touristes israéliens en visite au Maroc

La rumeur selon laquelle les touristes israéliens en visite au Maroc seraient soumis à une taxe en contrepartie de la délivrance du «  Label Casher Maroc  », est complètement...

Des révélations sur la discrimination israélienne contre les immigrés marocains

De troublantes révélations sur la discrimination israélienne contre les immigrés marocains sont consignées dans le nouveau livre de l’historien Shay Hazkani intitulé « Dear...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Le Maroc inaugure la première synagogue universitaire du monde arabe

L’Université polytechnique Mohammed VI (UM6P) a inauguré une synagogue universitaire, une première au Maroc et dans le monde arabe. Le lieu de culte, situé à côté de sa nouvelle mosquée, reflète la coexistence des religions au Maroc.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...