Les médias français en guerre contre la tomate marocaine

2 février 2024 - 12h00 - Economie - Ecrit par : S.A

La France est de loin la première cliente du Maroc avec 51% de la production écoulée à l’étranger. La tomate marocaine dame ainsi le pion à la française et l’espagnole, mais des voix s’élèvent pour interdire son importation.

La guerre contre la tomate marocaine s’intensifie en France. En témoigne l’article de BFMTV titré « +40 % d’importations en 5 ans : les tomates marocaines dans le collimateur des producteurs français ». « Cela fait des mois maintenant que la tomate et plus précisément celle en provenance du Maroc est dans le collimateur des producteurs français. En juin déjà des opérations coups de poing étaient organisées dans certaines enseignes de grande distribution. À Arles dans les Bouches-du-Rhône notamment, des producteurs locaux avaient fait irruption dans un E. Leclerc pour coller des étiquettes « Origine Maroc  » sur des barquettes de tomates cerises vendues 95 centimes », écrit l’auteur de l’article, soulignant que « l’attrait de la distribution » pour la tomate marocaine « ne date évidemment pas la poussée inflationniste post-Covid ».

À lire :Tomate française : le combat perdu d’avance face au Maroc (vidéo)

Il précisera : « relativement stables entre 2011 et 2017 à 300 000 tonnes par an, les importations de tomates marocaines ont bondi depuis selon les chiffres des Douanes. Elles ont atteint plus de 425 000 tonnes en 2022, soit une hausse de 40 % en à peine cinq ans. » Le Maroc est devenu le troisième exportateur de tomates de la planète. L’Hexagone est de loin son premier client avec 51 % de la production écoulée à l’étranger. Viennent ensuite le Royaume-Uni (19 %) et les Pays-Bas (11 %). Une rude concurrence pour la tomate espagnole qui recule depuis 10 ans, mais aussi et surtout pour la tomate française.

À lire :Tomate marocaine : les producteurs espagnols pleurent

Conséquence : le pays d’Emmmanuel Macron est le troisième importateur mondial de tomates dans le monde, derrière les États-Unis et l’Allemagne. « Au total, on estime que 36 % des volumes annuels de tomates fraîches consommées en France sont importées, principalement l’hiver mais de plus en plus toute l’année en raison du développement d’une offre marocaine, belge et néerlandaise concurrençant la production française de saison », s’alarmaient en 2022 les auteurs d’un rapport sénatorial.

À lire :Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Les récoltes de la tomate nécessitent une forte mobilisation de la main-d’œuvre. Le salaire horaire chargé d’un ouvrier au Maroc est de 0,74 euro contre 13,64 euros en France, rappelle Légume de France. En magasin, « sur certains produits comme la tomate cerise, la différence se traduit par des écarts de prix spectaculaires », fait-on savoir. « Le prix moyen en magasin pour la tomate cerise origine France est 2,4 fois plus élevé que l’origine Maroc, estime le site des chambres bretonnes d’agriculture. Pour les tomates cocktail et ronde l’écart est moins important (1,4). Ceci est d’autant plus significatif que la part de marché de la tomate cerise dans les achats des ménages français est passée de 7,8 % en 2015 à 14,3 % en 2020. »

Sujets associés : France - Agriculture - Espagne

Aller plus loin

Tomate française : le combat perdu d’avance face au Maroc (vidéo)

Les producteurs de tomates en France traversent une période d’anxiété, confrontés à une concurrence accrue des produits importés. Plus de 40 % des tomates consommées dans le...

Les producteurs français de tomate dénoncent la concurrence marocaine

Dépassés par la concurrence marocaine, les producteurs de tomates français ont exprimé leur mécontentement, initiant des actions pour réclamer la révision de l’accord de...

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Les agriculteurs bretons dénoncent « l’invasion » de la tomate marocaine

Une action d’étiquetage a été lancée le vendredi 2 juin 2023 par les producteurs de tomates d’Ille-et-Vilaine et la FDSEA 35, pour dénoncer les tomates importées du Maroc.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Importations de céréales : la facture s’alourdit pour le Maroc

À l’instar de plusieurs pays de par le monde, le Maroc souffre également de l’augmentation des prix des denrées alimentaires causée par la guerre entre la Russie et l’Ukraine. À fin mai dernier, le pays a dépensé 15,8 MMDH pour son approvisionnement en...

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).

Production de dattes : le Maroc revoit ses ambitions à la hausse

Le Maroc entend mobiliser ses efforts et ses ressources pour doubler sa production de dattes, en atteignant 300 000 tonnes par an, contre 149 000 tonnes en 2021.

Le Maroc pourrait importer 5 millions de tonnes de céréales cette année

Le Maroc pourrait importer jusqu’à 5 millions de tonnes de céréales cette saison 2022-2023. Le royaume poursuit sa stratégie de diversification des sources d’approvisionnement dans un contexte climatique tendu.

L’OCP s’empare de 50% de l’espagnol GlobalFeed

L’Office Chérifien des Phosphates (OCP) confirme avoir réussi l’acquisition de 50 % du capital de la firme espagnole GlobalFeed. Cette transaction a été réalisée en partenariat avec l’entreprise d’engrais Fertinagro Biotech, également basée en Espagne.

Les objectifs ambitieux du Maroc pour la culture de dattes

Le Maroc a des objectifs ambitieux pour la culture des dattes. Il entend notamment atteindre une production annuelle de 300 mille tonnes d’ici 2030 et se donne les moyens pour sa concrétisation.

Le Maroc capable d’établir un record en matière d’exportations d’avocats

Le Maroc a enregistré une hausse record de ses exportations d’avocats en volume au cours de la saison et pourrait rééditer l’exploit au cours de la saison 2022/23 (juillet-juin).

Tomate : le Maroc dépasse l’Espagne en Europe

Pour la première fois, le Maroc se hisse au rang de premier fournisseur de tomates sur le marché européen, devançant ainsi l’Espagne. Un pur hasard ? non, le Maroc prend peu à peu la place de premier fournisseur pour l’Europe.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.