Nice : un Algérien poursuivi pour avoir égorgé sa femme d’origine marocaine

7 janvier 2022 - 20h00 - France - Ecrit par : S.A

Un homme de 77 ans est jugé devant les Assises à Nice pour avoir égorgé sa compagne qui voulait partir toute seule au Maroc, son pays natal. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Les faits se sont déroulés en fin de matinée le 28 juillet 2018 dans un appartement de la rue Solférino à Vallauris. Allaoua, 77 ans, d’origine algérienne, a tué sa compagne marocaine Najat, la mère de ses cinq enfants, après plus de quarante ans de vie commune. Lasse des accès de colère de son mari, la victime souhaitait repartir au Maroc, toute seule, ce qui n’a pas plu à son époux. Selon les conclusions des légistes, Najat est morte égorgée, rapporte Nice-matin. Quatre plaies profondes au cou ont été relevées.

À lire : France : un MRE en prison pour avoir tué son ex-compagne

À la barre, le présumé meurtrier raconte les faits. « Elle a commencé à crier, à ouvrir le balcon. Je suis connu à Vallauris », raconte le commerçant. Redoutant le qu’en-dira-t-on, il dit l’avoir attrapée, pas par les cheveux mais par le col. « D’un seul coup, le couteau est rentré là ! ». Il pointe sa gorge avec son index, tête en arrière. « Elle s’est retirée le couteau de la gorge. On est tombés tous les deux », poursuit-il.

« C’est bizarre, ça ne correspond pas à vos premières déclarations », observe la présidente Emmanuelle De Rosa. Lorsque les enquêteurs se sont rendus à l’appartement du couple, ils ont retrouvé le corps sans vie de Najat, les bras en croix, allongée dans une mare de sang. C’était « un accident », assure le vieil accusé.

À lire : Une étudiante marocaine tuée par son petit ami en France

Les enfants du couple connaissent le côté sombre de leur père. « Depuis tout petit, j’entends mon père dire qu’il va tuer ma mère », a confié Mourad, l’un des fils, aux enquêteurs. « Il nous a donné quarante ans de bonheur. On n’a jamais manqué de rien », rectifie Nordine, le cadet. « Il part dans tous les sens. Il est dans le déni. Cela fait trois ans et demi qu’on ne l’a pas vu. C’est très dur… On l’aime autant qu’on le déteste, mais ça reste notre père », résume l’aînée de la fratrie.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Nice - Homicide

Aller plus loin

France : un MRE en prison pour avoir tué son ex-compagne

Un Français d’origine marocaine a été placé en détention à la maison d’arrêt de Grass pour avoir étranglé et tué son ex-compagne le 1ᵉʳ janvier 2022. À l’origine de ce meurtre,...

Lille : arrestation d’un homme soupçonné d’avoir voulu immoler sa compagne marocaine

Les policiers lillois (nord de la France) ont arrêté un homme soupçonné d’avoir voulu immoler sa compagne marocaine. En attendant sa comparution le 11 février, il a été placé en...

Un Marocain égorge son oncle en Espagne

La Garde civile a arrêté à Albatera (Alicante) un jeune marocain, accusé d’avoir égorgé et décapité son oncle âgé de 39 ans. La police judiciaire a ouvert une enquête pour...

Une étudiante marocaine tuée par son petit ami en France

Une étudiante marocaine a été sauvagement assassinée par son petit ami, dans un appartement du centre-ville d’Amiens, dans le nord de la France.

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Meurtre de Malak : des traces d’agressions sexuelles révélées par le médecin légiste

Lors d’une conférence de presse donnée jeudi par le parquet de Liège, des révélations choquantes ont été faites sur le meurtre de Malak, la jeune adolescente de 13 ans tuée par Olivier Theunissen, un Sérésien de 37 ans. Le médecin légiste a en effet...

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.