Un ex-ministre marocain devant les juges pour corruption

19 février 2024 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Soupçonné de malversations financières dans sa gestion de la commune de Fkir Ben Salah, l’ex-ministre Mohamed Moubdii, actuellement en prison, pourrait prochainement se retrouver devant les tribunaux.

Le juge d’instruction près la Cour d’appel de Casablanca a fini d’examiner le dossier de l’ex-président de commune, indiquent des sources proches du dossier à Hespress, précisant que Mohamed Moubdii, accusé de « détournement de fonds publics, d’abus de pouvoir, de corruption et de falsification de documents officiels, commerciaux et administratifs », a déjà subi plusieurs interrogatoires.

Au terme de ces auditions, les enquêteurs ont eu des confirmations de soupçons de malversations financières dans sa gestion de la commune ou dans le cadre de marchés publics, de surfacturation et de paiement de redevances pour des travaux non réalisés dans le cadre de contrats d’aménagement urbains.

À lire : L’ancien ministre marocain, Mohamed Moubdii, restera en prison

Une enquête a été ouverte contre Mohamed Moubdii après la plainte déposée à son encontre par la section régionale de Casablanca-Settat de l’Association marocaine de protection des finances publiques qui l’accuse de détournement de fonds publics, d’enrichissement illégal et de violation de la loi sur les marchés publics.

L’ex-président de commune sera fixé sur son sort dans les prochains jours. Après la conclusion de l’enquête, il revient désormais au procureur général près la Cour d’appel de décider de l’ouverture de son procès devant le tribunal compétent ou d’approfondir l’enquête.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Droits et Justice - Corruption - Enquête - Mohamed Moubdii

Aller plus loin

Détournement de fonds : lourde peine pour l’ex-président de commune au Maroc

L’ancien président de la commune de Mechraâ Bel Ksiri, dans la province de Sidi Kacem, vient d’être condamné à une peine de deux ans de prison ferme et au versement d’une amende...

L’ex-maire de Nador tombe pour corruption

L’ancien député-maire de Nador, Soulimane Houliche (PAM), a été condamné à trois ans de prison ferme par la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Fès, chargée des crimes...

Maroc : un juge arrêté pour corruption à Laâyoune

Un juge du tribunal de première instance de Laâyoune, dans le sud du Maroc, a été interpellé en flagrant délit de réception d’un pot-de-vin de 130 000 de dirhams.

Affaire Mohamed Moubdii : d’autres présidents de communes dans le collimateur

D’autres têtes pourraient tomber dans l’affaire de l’ancien ministre Mohamed Moubdiî, président de la commune de Fkih Ben Saleh et député du Mouvement populaire (MP),...

Ces articles devraient vous intéresser :

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.