Bordeaux : "Mouf", principal importateur de cannabis marocain, devant la justice

1er septembre 2021 - 14h20 - Monde - Ecrit par : S.A

Le procès du principal importateur de cannabis marocain, Moufide Bouchibi alias “Mouf” s’ouvre ce mercredi devant la cour d’appel de Bordeaux. Il avait été arrêté à Dubaï le 21 mars, puis extradé vers Paris le 12 mai 2021. En 2015, il avait écopé, en son absence, de 20 ans de prison.

Moufide Bouchibi alias “Mouf” enfin jugé en France après plus de 10 ans de cavale. Devant la cour d’appel de Bordeaux, « il doit répondre de plusieurs go-fast entre l’Espagne et la France », fait savoir BFMTV. Cet homme de 41 ans avait été arrêté à Dubaï le 21 mars dernier. Après sa condamnation, en son absence, en 2015 à Bordeaux, à 20 ans de prison, un mandat d’arrêt international avait été lancé contre lui. En fuite au Maroc en 2012, les enquêteurs ont tenté de l’arrêter. Sans succès. Le fugitif a eu le temps de disparaître et de réapparaître en Algérie. En 2019, le même scénario se reproduit. Cette fois, il était en Tunisie. Il s’installe, par la suite, à Dubaï où il dissimulait une partie de son argent.

À lire : Dubaï : extradition du principal importateur de cannabis marocain

À l’âge de 20 ans, Moufide Bouchibi se lance dans le trafic de drogue par le biais d’un Alsacien, Sophiane Hambli alias « la Chimère », un informateur de la police au cœur d’une retentissante affaire qui avait mis en lumière les pratiques controversées de l’ex-patron de la lutte antidrogue, François Thierry. La mission de Mouf consistait à assurer les livraisons de cannabis par des go-fast qui transportent la marchandise du Sud de l’Espagne vers la région parisienne. Au fil des ans, il est devenu « un trafiquant de premier ordre, un homme qui compte dans le business du cannabis », rapportait Le Parisien.

À lire : Le principal importateur de cannabis en France entre-temps en cavale au Maroc interpellé

Mouf sera arrêté en 2002 en possession de 240 kg de cannabis. En 2009, il sera enlevé au Maroc puis torturé avant d’être libéré contre plusieurs centaines de milliers d’euros de rançon. Il a réussi à échapper à plusieurs reprises aux policiers spécialistes de la lutte contre les trafics de stupéfiants (Ofast). Moufide Bouchibi est décrit comme un baron de la drogue « proche de producteurs de cannabis marocains » dirigeant « une flotte importante de bateaux destinés à transporter la drogue et serait en lien avec les narcos trafiquants sud-américains spécialisés dans le trafic de cocaïne ». Son procès devrait se poursuivre jusqu’à demain jeudi 2 septembre.

Sujets associés : Paris - Bordeaux - Droits et Justice - Prison - Cannabis

Aller plus loin

"Mouf", principal importateur de cannabis marocain, bientôt fixé sur son sort

Ouvert mercredi dernier devant le tribunal correctionnel de Bordeaux, le procès du principal importateur de cannabis marocain, Moufide Bouchibi alias “Mouf” s’est achevé vendredi...

Sidi Rahal : des ballots de drogue rejetés par la mer

Trois individus ont été arrêtés après que des ballots de résine de cannabis rejetés par la mer ont été découverts sur une plage de Sidi Rahhal dans la province de Berrechid. Les...

Perpignan : de la drogue découverte dans un camion immatriculé au Maroc

La Brigade anti-criminalité (BAC) a arrêté samedi trois individus dont un Marocain lors de sa patrouille nocturne dans le secteur Saint-Charles. Les trois prévenus, accusés de...

Bordeaux : "Mouf", principal importateur de cannabis marocain, risque 18 ans de prison

L’avocate générale de la cour d’appel de Bordeaux a requis contre Moufide Bouchibi, considéré comme l’un des importants trafiquants de cannabis entre le Maroc et la France, une...

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...