Recherche

Plus de 200 MRE arnaqués par Bab Darna

© Copyright : DR

29 novembre 2019 - 10h50 - Société

L’affaire "Bab Darna", un véritable scandale d’escroquerie immobilière qui a connu l’arrestation le 21 novembre de Mohamed El Ouardi, président de la société incriminée, continue de faire parler. Parmi les victimes, des centaines des MRE ayant investi d’importantes sommes d’argent.

L’affaire “Bab Darna” aura été l’un des plus gros scandales immobiliers survenus au royaume, du fait de son ampleur. En effet, ils sont près de 800 personnes arnaquées et l’argent détourné est évalué à des millions de dirhams au cours des cinq dernières années.

Le cerveau de cette supercherie immobilière, Mohamed El Ouardi, président de la société immobilière incriminée “Bab Darna”, a été arrêté à l’aéroport Mohammed V à Casablanca le 21 novembre dernier, alors qu’il s’apprêtait à quitter le territoire. Sur les 800 victimes, “Plus de 200 plaintes ont été déposées. Entre 100 et 200 Marocains résidant à l’étranger (MRE) sont concernés par l’affaire”, a confié Me El Ajouti à TelQuel.

A en croire un MRE cité par l’hebdomadaire, il ne s’est rendu compte de la supercherie qu’avec l’arrestation du président du groupe immobilier., "J’ai vu les publicités à la télévision. Honnêtement, le fait que ça passe sur une grande chaîne nationale, c’était déjà un gage de confiance à mes yeux", explique-t-il.

“Je suis venu chez eux, ils m’ont présenté ce qu’ils avaient comme offres. J’ai vu un projet qui m’a intéressé : un appartement non loin du boulevard Sidi Messaoud”, raconte le témoin qui a dû se rendre à Casablanca. S’en suit le paiement de l’appartement, avec les conditions de la société. “J’ai dû verser 33 % de la somme en question pour la réservation. Ensuite, on m’a dit de verser les autres 33 % lors de la remise des clés, puis les 33 % restants à solder dans les cinq ans après la remise des clés”, précise-t-il. La suite, on la connaît. Cette escroquerie l’a lésé de 200.000 dirhams. “Quand je parle avec les autres victimes, je me dis que dans mon malheur, j’ai eu de la chance. Certaines ont investi des sommes largement supérieures.”

Aujourd’hui, les victimes s’en remettent à la justice. Il faut désormais suivre le recouvrement des pertes des investisseurs, estime Me Mourad El Ajouti qui conclut : “La priorité pour les gens, c’est désormais de récupérer leur argent. Ils désirent savoir si des biens peuvent être saisis pour obtenir remboursement de leurs avances.”

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact