Nadia Fettah critique les 10 ans de gestion du PJD

26 octobre 2021 - 22h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Lors de la présentation du projet de loi de finances (PLF) 2022 au Parlement lundi, Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des Finances a critiqué la gestion des islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD) restés à la tête du gouvernement pendant une décennie.

« Depuis dix ans, notre pays n’a pas réalisé les progrès à la hauteur de ses capacités. Notre situation aurait été meilleure si nous avions une plus grande immunité pour faire face à la pandémie de Covid-19. Les politiques gouvernementales, au cours des dix dernières années, ont engendré des échecs économiques et sociaux, qui ont anéanti les acquis réalisés précédemment et ont constitué un obstacle au développement au lieu d’en être le moteur », a dénoncé la ministre.

À lire : Maroc : quel est le budget du palais royal pour 2022 ?

Même si la crise liée au coronavirus est sans précédent, elle estime qu’elle n’explique pas à elle seule tous les problèmes économiques et sociaux et ne doit pas être une excuse pour cacher des crises d’avant-Covid, ou justifier des dysfonctionnements accumulés pendant 10 ans. Après avoir prononcé ce sévère réquisitoire contre les gouvernements dirigés par le PJD, Nadia Fettah a assuré que l’actuel exécutif veut changer de paradigme à travers le projet de loi de finances (PLF) 2022. Le PLF vise à répondre aux attentes fondamentales des citoyens en matière de santé, d’éducation et d’emploi, redonner du dynamisme à l’investissement privé, accompagner l’entreprise nationale et l’inciter à créer des opportunités d’emploi et continuer à soutenir l’investissement public.

« Le gouvernement veut mobiliser les efforts et l’intelligence collective de toutes les forces vives pour faire face à ces cumuls négatifs et proposer les alternatives qui vont répondre aux attentes des citoyens et régler leurs problèmes », a-t-elle dit, ajoutant que le nouvel exécutif est déterminé à faire du PLF-2022, un point de départ pour la mise en œuvre de son programme, qui tire ses orientations et ses priorités des discours royaux et dont les composantes sont en harmonie avec les conclusions du rapport sur le Nouveau modèle de développement ».

À lire : Loi de Finances 2020 : un déficit budgétaire abyssal

Concrètement, l’actuel gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch, patron du Rassemblement national des indépendants (RNI) entend créer 250 000 emplois directs en 2022 et 2023, pour une enveloppe globale de 2,25 MMDH, insuffler une nouvelle dynamique au programme “Intelaka” et lancer “Forsa” pour 1,25 MMDH, injecter 9 MMDH dans le secteur de la Santé, dont 5 MMDH pour l’infrastructure et mobiliser l’investissement public 245 MMDH, dont le financement du Fonds Mohammed VI pour l’investissement.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Loi de finances (PLF 2024 Maroc) - Nadia Fettah Alaoui

Aller plus loin

Elections au Maroc : déroute électorale pour le PJD

Sévère défaite pour le Parti de la Justice et du Développement (PJD) lors des élections qui se sont déroulées mercredi au Maroc. Le parti islamiste, au pouvoir depuis 10 ans,...

Loi de finances 2022 : voici les recommandations du patronat

Le patronat marocain vient de présenter ses recommandations dans le cadre du projet de loi de finances pour 2022, actuellement en examen au parlement.

Comment le Maroc compte-t-il relancer son économie ?

Le Maroc mise sur un investissement public massif pour relancer son économie frappée de plein fouet par la crise sanitaire liée au Covid-19.

Loi de Finances 2020 : un déficit budgétaire abyssal

Un important solde budgétaire négatif de 41,3 milliards de dirhams (MMDH) est constaté après l’exécution de la loi de finances (LF) à fin septembre 2020, fait savoir le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Marocains, déclarez vos avoirs à l’étranger : les règles changent en 2024 !

Le gouvernement marocain a instauré dans le budget 2024 une contribution libératoire relative à la régularisation spontanée sur les avoirs et liquidités détenus à l’étranger de manière définitive. Que retenir ?

Subventions au gaz et aux produits alimentaires : le coût pour l’Etat marocain en 2022

Les subventions accordées au gaz ont coûté au budget de l’État 22 milliards de dirhams l’année dernière, selon les données fournies par le ministère des Finances.

Maroc : des sociétés écrans créées pour échapper au fisc

La Direction générale des impôts a découvert que plusieurs sociétés installées dans les provinces du sud, créent des « sociétés écran » pour exercer leurs activités commerciales en dehors de cette région. Une évasion fiscale qui ne dit pas son nom.

Succès d’une nouvelle émission obligataire lancée par le Maroc

Le Maroc clôture avec succès un emprunt obligataire sur les marchés financiers internationaux d’un montant global de 2,5 milliards de dollars. L’opération fait suite à un Roadshow auprès de la communauté des investisseurs internationaux.

La majorité des avocats marocains ne payent pas d’impôts

Face à la polémique liée à l’imposition des avocats, annoncée dans le PLF 2023, le gouvernement a dévoilé des chiffres inquiétants sur l’évasion fiscale constatée au sein de cette profession libérale.

Le tourisme de montagne, un potentiel inexploité au Maroc

Le tourisme de montagne au Maroc est un secteur à fort potentiel qui est inexploité, selon Nadia Fettah Alaoui, la ministre marocaine du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale.

La douane marocaine va renforcer la lutte contre la fraude en 2023

Le projet de loi de Finances (PLF) 2023 prévoit de nouvelles mesures douanières visant à lutter contre la fraude.

Maroc : allègement des mesures fiscales pour 2023

Le gouvernement marocain a décidé d’alléger une série de mesures fiscales consignées dans le projet de loi de finances 2023 qui fera l’objet d’examen et de vote à la Chambre des conseillers dès ce lundi 5 décembre 2022.

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...