Najat El Hachimi : une voix qui divise en Catalogne

7 octobre 2023 - 18h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Trois des plus importantes associations musulmanes de Catalogne dénoncent les propos « diffamatoires » exprimés par l’écrivaine d’origine marocaine Najat El Hachimi lors du lancement des festivités de La Mercè.

Dans une lettre datée du 26 septembre et adressée au maire de Barcelone, Jaume Collboni, ces trois associations (Union des communautés islamiques de Catalogne, Fédération des Pakistanais d’Espagne et Fédération du conseil islamique de Catalogne) accusent Najat El Hachimi d’avoir « diffamé et blessé la foi des musulmans […] » dans son discours lors des festivités de La Mercè le mois dernier. Elles critiquent également ses « attaques féroces contre la culture marocaine et pakistanaise à laquelle s’identifient de nombreux Barcelonais », relate El Confidencial.

À lire : Najat El Hachmi : « le voile est discriminant »

La Catalogne compte une forte communauté musulmane estimée à près de 617 500 personnes, dont la plupart sont des Marocains et des Pakistanais, selon les données de l’Observatoire andalou, un centre d’études lié à la Commission islamique d’Espagne. « Il y a des filles qui grandissent en croyant qu’elles n’auront de valeur que si elles se couvrent », a déclaré Najat El Hachimi le 22 septembre, faisant référence aux jeunes femmes musulmanes. « Il y a des filles qui ont terriblement peur à l’idée d’être emmenées au Maroc ou au Pakistan et mariées à ce cousin qui a besoin de papiers » pour résider légalement en Espagne.

À lire : Najat El Hachmi : « d’arabe de merde à un prix littéraire »

Et d’ajouter : « Il est très surprenant qu’aujourd’hui, il soit considéré comme controversé de défendre les droits fondamentaux à Barcelone et non à Téhéran ». El Hachimi a aussi critiqué les autorités du Maroc, son pays d’origine, dénonçant un « régime autoritaire habitué à traiter sa population en sujets dignes de soumission ». Née à Nador au Maroc, El Hachimi est arrivée en Catalogne à l’âge de 7 ans. Elle a étudié la littérature arabe à l’Université de Barcelone. En plus d’écrire des romans en catalan et en espagnol, elle publie des articles d’opinion dans plusieurs journaux.

À lire : Najat El Hachmi prône la laïcité pour sortir du féminisme islamique

El Hachimi nie être islamophobe, mais assure qu’elle critique la version rigoureuse et intolérante de l’islam qui, selon elle, continue de prévaloir dans de nombreuses familles originaires de pays musulmans. Sur les réseaux sociaux, plusieurs écrivains comme Quim Monzó et Blanca Luz Vidal ont pris la défense d’El Hachimi, Les associations musulmanes, pour leur part, demandent une audience au maire « pour analyser l’incident » et connaître sa position sur le sujet.

Sujets associés : Espagne - Barcelone - Religion - Najat El Hachmi - Islamophobie - MRE

Aller plus loin

Le voile est une « prison mobile », selon Najat el Hachmi

L’écrivaine espagnole d’origine marocaine, Najat el Hachmi, a, dit-elle, grandi dans un environnement où les règles strictes de l’Islam n’accordaient pas de liberté aux femmes....

Najat El Hachmi : « le voile est discriminant »

L’écrivaine d’origine marocaine, Najat El Hachmi, a critiqué sur les réseaux sociaux, sa compatriote, Fatima Hamed, la porte-parole du Mouvement pour la dignité et la...

Najat El Hachmi : « d’arabe de merde à un prix littéraire »

L’écrivaine marocaine et lauréate du Prix Nadal 2021, Najat El Hachmi, est une femme émancipée qui a su surmonter le racisme dont elle a été victime en Espagne.

Najat El Hachmi prône la laïcité pour sortir du féminisme islamique

L’écrivaine espagnole d’origine marocaine, Najat El Hachmi, lauréate du prix Nadal 2021, ne croit pas que l’égalité des sexes deviendra une réalité dans le monde musulman sans...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les Marocains du monde, des compétences « sous-exploitées » par le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent faiblement au développement du Maroc. Pourtant, leurs compétences sont nécessaires pour relever les défis économiques et socioculturels du royaume.

MRE et l’OCDE : l’heure de la renégociation fiscale

Le gouvernement marocain affirme vouloir préserver les intérêts des six millions de Marocains résidant à l’étranger (MRE). Il entend engager dans les prochains jours des négociations avec l’OCDE pour revoir les conventions relatives à l’échange des...

Gad Elmaleh évoque « le modèle marocain de fraternité judéo-musulmane »

À l’occasion de la sortie de son film « Reste un peu » qui sort le 16 novembre, l’humoriste marocain Gad Elmaleh revient sur la richesse spirituelle du Maroc, « une terre de fraternité judéo-musulmane » dont le modèle n’existe « nulle part ailleurs ».

Ramadan : point sur la délégation d’accompagnement religieux des MRE

Le nombre de personnes composant la délégation chargée de l’accompagnement religieux des Marocains résidant à l’étranger en ce mois de ramadan est connu.

Le Maroc et l’Espagne se concertent pour l’Opération Marhaba (MRE)

La réunion de la Commission mixte hispano-marocaine s’est tenue ce mercredi au siège du ministère de l’Intérieur en vue de coordonner l’Opération Passage du Détroit 2023 (OPE-23) ou Marhaba 2023 entre l’Espagne et le Maroc.

Marhaba 2023 : le grand retour des MRE

Cette année, l’opération Marhaba 2023 dédiée à l’accueil des Marocains résidant à l’étranger coïncide avec l’Aïd Al Adha, donnant encore plus de sens aux retrouvailles. En tout, quelques 3 millions de MRE devraient rentrer au Maroc cet été.

Marhaba 2022 : des mesures pour garantir une bonne phase retour

Dans le cadre de la planification des retours des Marocains de l’étranger venus en vacances au Maroc, des dispositions ont été mises en place, afin de faire face à l’intensité du trafic.

Hijab et football féminin : Le Conseil d’État maintient l’interdiction

L’interdiction du port du hijab lors des compétitions de football féminin, qui est en vigueur depuis 2016, a été confirmée par le Conseil d’État jeudi.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Ramadan 2023 : le Maroc va envoyer 400 prédicateurs à l’étranger, surtout en Europe

Interpelé sur « l’encadrement religieux des MRE », le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a déclaré que le gouvernement a pris ses dispositions pour que durant le mois de ramadan, cette opération ait finalement lieu après...