Recherche

Maroc : quels véhicules pour remplacer les grands taxis ?

© Copyright : DR

12 août 2014 - 21h56 - Economie

Le gouvernement marocain vient d’officialiser la fin des mythiques grands taxis blancs Mercedes 240, en publiant au bulletin officiel du 18 juillet dernier, les modalités de primes accordées pour ce type de véhicules.

Ainsi, les exploitants de grands taxis se verront offrir une subvention de 80.000 dirhams s’ils souhaitent renouveler leur véhicule, mais avec, bien sûr, des conditions assez strictes.

Pour avoir droit à cette prime, le véhicule en question doit avoir au moins 10 ans. Quand on sait que la moyenne d’âge est de 30 ans, cette condition devrait être facilement remplie. Ensuite, le véhicule doit avoir servi en tant que grand taxi durant les trois années précédant la demande de subvention. Enfin, dernière condition, le grand taxi devra obligatoirement aller à la casse et être détruit, soit par l’administration elle même, soit par le concessionnaire auprès duquel est acheté le fameux véhicule de remplacement.

L’administration promet d’être sévère en cas de non respect du contrat. Si le véhicule n’est pas utilisé en tant que taxi au cours des 48 mois suivant l’acquisition, le « taxi driver » sera dans l’obligation de payer une amende de 1000 dirhams par mois, pour la durée restante du crédit.

Et comme on pouvait s’y attendre, les chauffeurs de taxis ne sont pas du tout emballés par la modique subvention de 80.000 dirhams. Entre le paiement du crédit du nouveau véhicule, le loyer mensuel payé au propriétaire de l’agrément et le carburant de plus en plus cher, ils craignent des fins de mois beaucoup plus difficiles.

Des Dacia Lodgy pour remplacer les grands taxis, ou...
... des Ssangyong Stavic

En tout cas, si la prime à la casse est une réussite, on devrait voir apparaître dans les prochains mois des nouveaux véhicules avec de vraies 7 places « confortables ». Et ce seront vraisemblablement des Dacia Lodgy et Ssangyong Stavic.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact